En ligue, en bande, en procession.

Nous étions en été. Le soleil réchauffait déjà la campagne à peine éveillée. C'était lundi. Le weeck end venait de s'achever et déjà ils en redemandaient. Ils s'étaient tous retrouvés la veille, au coeur de l'Auvergne médiévale. Chambon et son lac les avaient accueillis sous un ciel d'un bleu immaculé. Après un pic nique bien arrosé d'un bon vin rosé de Corent, ils avaient trempé dans les eaux calmes du lac, leurs pieds endoloris par la longue marche entreprise le matin même le long de la Couze, la remontant jusqu'à sa source au sein de la remarquable vallée de Chaudefour. La dent de la Rancune et la cascade de la Biche  les avaient particulièrement émerveillés. On leur avait dit qu'au tout début du siècle dernier, l'amorce d'une station thermale avait été ébauchée. Un hôtel avait  vu le jour, non loin de la source Sainte Anne, source ferrugineuse, qui jailli sur la rive droite du torrent et à laquelle ils avaient étanché leur soif. Des bâtiments avaient été construits, mais la guerre avait mis fin à ces projets insensés. La vallée classée réserve naturelle était désormais protégée et les envahisseurs ne pouvaient, pour le moment, plus s'accaparer cette éblouissante beauté désormais réservée aux seuls promeneurs sans leur chien et aux troupeaux de superbes bovines venues en estive brouter une herbe à la saveur délicate des fleurs parfumées de nos montagnes bien aimées. En milieu d'après midi, ils s'étaient rendus au chateau de Murol où l'animation autour de preux chevaliers les avait captivés. Ils n'avaient pu, par manque de temps, visiter l'église fortifiée de Saint Nectaire, mais ils reviendraient. Au retour ils emporteraient quelques produits issus de ce terroir à nul autre pareil. Saint Nectaire fermier et miel des ruchers assis sur les pentes du Sancy régaleraient leurs amis restés sur place à garder la maison et nourrir chiens et chats à qui le voyage avait été épargné. Mais avant, ils avaient rendez vous aux Buissonnets. Nous étions lundi. Et  le lundi c'est sacré. Ils ont   rendez vous chez notre amie Lakévio.

12 commentaires:

  1. il est très convaincant, le prospectus touristique :-)

    RépondreSupprimer
  2. Il ne faut pas trop la vendre ton Auvergne, il ne faut pas trop de monde, le touriste détruit.

    RépondreSupprimer
  3. Oui c'est vrai, mais elle est tellement belle ! et puis il y a d'autres coins trés beaux aussi !

    RépondreSupprimer
  4. L'eau ferrugineuse, oui !
    Le rosé, non !

    Je suis essoufflé rien qu'à te lire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien en ce cas, tu n'es pas prêt d'escalader la dent de la Rancune, alors ! ni la cascade de la biche, quand aux puys alentours, il n'en est pas non plus question, si j'en déduis bien.

      Supprimer
  5. Bonjour Délia, tu l'adores ton Auvergne et tu la décrit bien.Le lac de Chambon que de souvenirs....Très belle description de ton pays. Bisous et bonne journée sous la chaleur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que tu m'avais dit connaitre le coin !

      Supprimer
  6. Bienvenue aux Buissonnets après cette magnifique randonnée. Si je te disais que je l'ai faite enceinte ! Mais dans la vallée, un ami m'avait rapproché... en voiture (totalement interdit, en effet...)
    Et tu m'as donné faim ! Pourrait-on se passer de Saint Nectaire ?...

    RépondreSupprimer
  7. Non ! moi je ne peux pas ! quoique je préfère ne pas en manger que d'en manger du mauvais ! La vallée de Chaudefour je la fait depuis la maison de la réserve, jamais d'en bas, je n'en suis pas capable ! mais qu'est ce qu'elle est belle !

    RépondreSupprimer
  8. Je ne suis plus capable de randonner en montagne, mais tu me donnes envie !

    RépondreSupprimer
  9. ça fait pas rien, tu n'as qu'à nous attendre Aux Buissonnets !

    RépondreSupprimer

Le ciel et la mer

Phrase à insérer :"Le silence éternel de ces espaces infinis m'effraie"   Je ne suis pas marin. Je ne suis pas capitaine...