Question d'hygiène.

Mr Caillebotte n’a pas peint que le pont de l’Europe, la gare Saint Lazare, des « racleurs de parquet » ou les trottoirs parisiens.
Non, il a peint aussi de la verdure.
Et pas que celle de sa propriété d’Yerres.
Je vous soumets cette toile qui me prouve que là où je me suis promené il y a peu était beaucoup plus touffu il y a 150 ans qu’aujourd’hui.
Les bancs n’ont cependant pas changé.
Que vous dit cette toile ?
Un souvenir de parc bien loin de celui-ci apparaît dans ma cervelle noyée dans son habituel « cafouillon » matinal..

 Verdure
 

 Je ne connais pas ce parc, à moi, il ne me dit rien. Aussi je parlerai de ce que je connais.

Quand nous étions Parisiens, nous connaissions les parcs populaires comme celui de La Courneuve, et pour cause ! Nous connaissions celui de Vincennes, des Buttes Chaumond, mais ceux des beaux quartiers que néni. 

Dans ma province lointaine, il y en a de trés jolis, où les citadins aiment flaner et profiter d'un peu de verdure. Les pelouses sont souvent plus des lieux d'aisance  pour toutous mal élevés que des théâtres de verdure et les bambins venus jouer dans les bacs à sable prennent de gros risques infectieux, mais cela n'inquiète ni les forces de l'ordre, ni les autorités sanitaires. Alors nos petites têtes blondes s'immunisent contre un certains nombre de maladies. Aprés tout, je suis bien moi même née sur un tas de fumier à une époque où les normes européennes n'interdisaient pas la consomation de fromage au lait cru et où notre bulle n'était pas encore trés bien aseptisée.Voilà pourquoi je préfère la campagne aux charmes romantiques des parcs et jardins municipaux. 

 

 

La bonne affaire

  Que peut-il donc se passer sur cette toile d’Harold Harvey. Que peuvent donc se dire ces trois femmes qui semblent intéressées par la lett...