le temps des cerises

C'était déjà hier...Chanson symbole que j'aime à fredonner.
Symbole de lutte, symbole de résistance, symbole de renouveau, symbole d'espoir... Il me semble que nous en avons grandement besoin. Aussi, on ne s'en lasse pas. Se souvenir que d'autres sont morts pour notre liberté, se souvenir que d'autres ont sacrifié leur vie pour que nous ayons une vie meilleure et rappeler qu'on n'a jamais rien sans lutter me semble plus qu'essentiel à l'heure où beaucoup se résignent laissant un boulevard libre à ceux qui les oppressent. Oui, résister, oui, s'engager.... On n'a rien sans rien. Mais surtout ne pas oublier et garder au coeur et à l'esprit qu'il sert toujours à quelque chose de lutter. C'est l'inverse qui ne sert à rien. Et comme  le disait Aragon, rien n'est jamais acquis à l'homme, ni sa force, ni sa faiblesse.... C'est vrai pour tout le monde, à bon entendeur salut, der président !

Sinon, je ne devais pas ramener des cerises, moi, hier ?






mon linge séchait tranquillement,  jusqu'à ce qu'un violent orage.... n'est ce pas, Ambre, c'est bien connu, quand Délia sort sa lessive.....

5 commentaires:

  1. Ah ah ah! J'ai éclaté de rire à la fin de ton post! Tu sais quoi? J'avais complètement oublié cette anecdote! Comme quoi hein...
    Qu'il est beau ce chat blanc... Me rappelle plus son nom, je suis une incorrigible étourdie!
    J'adore ta première photo, cela me rappelle des souvenirs délicieux, tous les étés je montais dans les cerisiers chez mon ex-belle-mère, il y avait plusieurs sortes de cerises, on en faisait certaines à l'eau-de-vie, d'autres en confiture, d'autres en clafoutis, et on en mangeait une partie en les cueillant.. J'adorais cette période de l'année, mais je reconnais que je ne venais au jardin qu'en "touriste", c'était un boulot de toute l'année que de faire fructifier ce jardin qui nourrissait toute la famille!
    J'ai vu chez Marie-Marmotte que tu les manges parfois en omelette? Jamais connu ça!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Ambre, le temps des cerises est magique ! aprés celles de table, il y a les Montmorency, aigrelettes et parfumées, puis les cerises sauvages dont on fait les millards (clafoutis, si tu préfères). Il faut que je te raconte comment une année, je me suis improvisée vannière. C'était il y a quelques années, au mois d'aout. Romain était en vacances. Nous étions partis en promenade avec les enfants. Nous avons trouvé plusieurs cerisiers sauvages, noirs de fruits. Romain que rien ne décourage s'aperçut que nous aurions pu faire une belle cueillette."- As tu des sacs me demande-t-il ? - Non ! pardi, tu penses bien que je ne me promène pas avec cet attirail ! - Sais tu faire les paniers ? - Pas plus ! mais nous pouvons essayer ! " Nous voilà donc en quête de jeunes pousses de chataigniés, de fougères et de joncs et nous avons confectionné notre premier panier. Je l'ai toujours. C'est une jolie corbeille un peu défraichie. Arrivés à la maison, nous avons fabriqué un joli millard dont le Patou s'est délecté presque tout seul, lui qui avait préféré sa sieste à la balade, méritait bien une récompense ! je n'aime pas trop ce déssert j'avais essayé l'omelette que j'avais sucré légèrement et ajouté mes cerises. Elles ne sont pas cuites, juste légèrement croquantes mais c'est délicieux. Sinon tu peux faire des pachades aussi. Avec 3 oeufs, un demi litre de lait et 25g de farine, tu mélange comme une pâte à crêpe et tu ajoutes tes fruits. La pachade se mange surtout nature salée en plat de résistance, c'est Auvergnat et succulent !

      Supprimer
    2. Bonjour Délia,
      oh, tu m'en apprends des choses! Mais le panier, alors là c'est une première! Jamais je n'aurais su en confectionner un, et puisque tu l'as toujours, ça me plairait bien de le voir en photo!
      Merci pour cette belle anecdote. De gros bisous (sous la pluie, ce matin)

      Supprimer
  2. Ah... Flocon. Flocon, le chat blanc, c'est ça?

    RépondreSupprimer
  3. Oui, c'est Flocon. L'autre c'est Plume. Ils sont inséparables. Ils sont trés attachants.

    RépondreSupprimer

La bonne affaire

  Que peut-il donc se passer sur cette toile d’Harold Harvey. Que peuvent donc se dire ces trois femmes qui semblent intéressées par la lett...