Comme des pigeons.

Une journée pareille aux autres aujourd'hui. Visite d'apparts avec la Ponette. Balades avec la Ponette.  Discussions avec la Ponette.
Ce matin elle était levée avant moi. Veux tu que nous aillions marcher pendant qu'il ne fait pas trop chaud, qu'elle me dit. J'accepte aussitôt et chausse mes baskets et hop, un petit tour de départementale là où il ne faut plus rouler qu'à 80 km maxi. M'en fous, les routes par ici sont limitées à 70 voir 50 et même 30.  Et toc ! Bon ce n'est pas une raison. Et je voyage ! Loin parfois et puis j'ai l'esprit solidaire, je ne supporte pas non plus l'idiotie élevée au rang de mensonge d'état.
Donc j'ai quand même signé les pétitions, car je trouve qu'il est plus facile et moins couteux de limiter la vitesse que d'entretenir le réseau routier, et surtout ça rapporte plus. Mais je vais vous en dire une autre tout à l'heure, vous allez voir.
Quand aux emplois ainsi préservés, hein, moi je préfère que mes impôts servent à payer des cantonniers  municipaux  plutôt que des sociétés privées de j'en foutre qui vont faire tourner des voitures piégeuses toute la journée. Et la planète don ! Et puis faut pas nous prendre que pour des pigeons non plus !
C'est ainsi que chemin faisant nous avons accompli notre petite rando sans trop de difficultés, enfin surtout grâce à elle, qui s'est improvisée agent de la voirie ! Voyez plutôt, les arbres en travers obstruant le chemin,


c'est avec ses petites mains qu'elle a déblayé le passage afin de permettre à sa vieille mère de passer le sien.
s'octroyant une petite récompense, à l'endroit même où quelques années avant, nous avions cueilli de quoi faire un bon milliard auvergnat :

 Arrivées au terme de notre périple, nous avons admiré le magnifique château de La Borie, qui vit jadis les heures de gloire de l'orchestre baroque de Limoges. Cette propriété de la Fondation La Borie-en-Limousin jusqu'en 2015, organisait des rencontres musicales au sein de  son « jardin des sons » ( 7 hectares aménagés entre 2011 et 2013). Le public se montrant au rendez vous, son activité permettait d'entrevoir un avenir florissant. Mais des désaccords stratégiques entre les différents protagonistes conduisirent  à d'importantes difficultés financières si bien qu' à coup de deniers publics un semblant d'activité fut relancée. Peine perdue. Il tomba néanmoins en liquéfaction judiciaire pour être finalement revendu à des propriétaires privés qui sur un coup de dé qui ne saurait abolir le hasard, (C'est l'intitulé de leur nouvelle activité, ça : "un coup de dé ne saura jamais abolir le hasard "), en ont fait ce qu'il est aujourd'hui :   un projet d'art contemporain.


Nous avons pu mesurer la différence entre avant et maintenant. Certes les grilles sont toujours aussi hautes et infranchissables, le parking aménagé à grand  coût de deniers publics est bien désert, le jardin en friche envahi par les herbes ne laisse pas entrevoir le moindre soupçon d'art même content pour un.  Non mais, quand je vous dis qu'on nous prend pour des pigeons gogoles !


 Et nous bien sûr comme des moutons, on joue les gobbetouts !
Enfin il y a mouton et mouton et ceux là n'ont rien demandé !

 Pour clore la séance du matin, un petit  tour par la maison pour le repas avec de bonnes pommes de terre nouvelles fraichement ramassées dans le jardin , une bonne glace maison d'un spécialiste local, proche de la perfection. Évocation rapide des glaces de Monsieur Bertillon (du temps du père, parce que quand j'ai voulu les faire découvrir à  la Ponette, il y a maintenant deux décennies, elle a quand même trouvé qu'elles avaient un goût léger de glaces  Gervais ! Oui tout se perd !
Nous voilà donc repartis à la conquête de l'espace qui sera le sien. Pour ce faire rendez vous avec une agence pour des visites succinctes. Stationnement payant, bien sûr (en ville, il n'y en a plus beaucoup de gratuits), et comme nous ne savions pas  combien de temps allaient durer les visites, nous avions prévu assez large.
A notre retour à la voiture, il restait beaucoup de temps inutilisé. Comme les parc-mètres ne sont pas prévus d'être remboursés, je me suis précipitée vers le premier automobiliste qui cherchait à introduire des pièce dans la tirelire municipale.
Merci de votre gentillesse, mais cela ne sert à rien, me dit il, les tickets de stationnements sont personnalisés ".
En effet, je venais de découvrir avec stupéfaction une nouvelle arnaque : les tickets portent le numéro de la plaque minéralogique du véhicule. On ne peut même plus rendre service à quelqu'un ! Ils les ont toutes ! et même plus ! Le code de Vinci ne fait décidément pas bon ménage avec la morale chrétienne ! Et nous n'en avons pas fini de nous faire plumer comme des pigeons !

13 commentaires:

  1. Hélas, hélas... Comme tu dis vrai.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Délia,
    tout d'abord, merci d'avoir changé ta bannière, cette photo en haut de ton blog est magnifique!
    C'est vrai qu'il est difficile de ne pas se mettre en rogne avec tout ce qu'il se passe et la manière dont on est pris pour des ... heu, pigeons, comme tu dis.
    Tu as bien de la chance d'avoir ta petite agente de la voirie personnelle qui te prépare le chemin pour la promenade! et même ta petite compagne tout court pour les promenades! :-)
    Pour les parcmètres, alors là, n'importe quoi! c'est vrai que souvent, on ne reste pas forcément tout le temps pour lequel on a payé, mais ce n'est pas perdu pour tout le monde!
    Et les apparts, alors? c'était bien?

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. La banière est jolie, oui, merci Marie Jeanne qui se décarcasse pour moi. Parce que je n'ai pas qu'une petite cantonnière avec moi quand je vais me promener, car oui j'ai beaucoup de chance. Mais se rapproche à grands pas le jour où tout cela ne sera que lointains souvenirs, alors j'en profite tant que les apparts, on en a visité 3, ou trop petits ou mal agencés, ne lui conviennent pas.

      Supprimer
    2. Bonjour Délia, "tant mieux" pour les appart' cela te laisse un peu de répit ;-)
      Profite, profite, et ne pense surtout pas à plus tard! "A chaque jour suffit sa peine"!
      Mille Bisous, Délia, bon samedi!

      Supprimer
  3. Bonjour Délia, je vois que tu profites bien de ta fille et ça fait plaisir. Encore de belles photos que je vais m'empresser de te piquer...
    Pour revenir aux pigeons je dirais que de tout temps les gens du peuple ont étés pris pour des pigeons ou des vaches à lait ( je sais que tu aimes les vaches) et ça sois en sure cela ne changera jamais. IL y aura toujours des riches de + en + riches et des pauvres de + en + pauvres. Pourtant il faut comprendre qu'il faut bien que quelqu'un paye pour pouvoir accueillir des migrants qui arrivent de plus en plus nombreux à nos portes. Ce ne sont pas les politiques qui vont se démunir les "pauvres" pour remplir les caisses de l'état. Alors il faut bien trouver des solutions pour trouver de l'argent pour nourrir et loger tout ce petit monde. On n'est déjà pas capable de loger et nourrir nos sans abris de plus en plus nombreux alors comment vont ils faire pour pallier a ce flux? Mystère! Ceci dit ce problème migratoire est un sujet très grave et n'est pas fait pour être débattu ici, il y aurait trop à dire. Quand aux cantonniers on a tellement modernisé la société qu’ on en a oublié ce que faisaient nos anciens. ON a oublié que si les fossés étaient pleins de branches mortes, l'eau ne pouvait plus s'écouler et de fil en aiguille on fait des inondations. De plus le Français ne veut plus se salir les mains avec des taches subalternes, donc on laisse courir… Ainsi que on ne tient plus compte des exigences de la nature (constructions en zones inondables entre autre).
    Une refonte totale de la société serait la meilleure solution, mais ça c’est une autre histoire.
    Voila je n’en dirais pas plus, c’est préférable.
    Bonne journée au soleil bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je mets mon grain de sel ici mais en fait j'ai lu aussi ce que dit Délia et je suis d'accord avec elle. Heureusement que les choses peuvent changer et que beaucoup de gens y croient encore et que beaucoup d'ailleurs bougent en ce sens. Mais la tâche est immense, c'est cela qui est démoralisant.
      Et sinon Marie, "tu peux en dire plus" au contraire car nous sommes entre nous et que tout échange est enrichissant. Moi aussi comme tout le monde je me demande ce que vont devenir ces pauvres gens qui ont dû fuir leur pays en guerre. Je me demande aussi, je l'avoue, comment on trouve d'un seul coup des logements pour les héberger alors que les listes d'attente pour un logement sont longues comme des jours sans pain. Ce n'est pas du racisme, pitié ne me faites pas cet affront, c'est juste de l'incompréhension.
      Comme le fait que les gens ainsi hébergés n'ont pas le droit de travailler (????), pourquoi?
      Décidément je ne comprends rien de rien à la politique!

      Supprimer
    2. Coucou Ambre tu ouvres encore un débat délicat mais tu as raison il faut en parler. Concernant ce sujet oui moi aussi je ne comprends pas où on trouve tout de suite cet argent? mais j'en parlerais ailleurs. Bisous.

      Supprimer
    3. Comme je suis "chez moi", personne ne me fera reproche de dire ici des choses que j'aurai dites ailleurs en prenant des précautions.
      Le sujet est vaste et complexe.
      Je me pose moi aussi beaucoup de questions. Pas sur les responsabilités, on ne les connait que trop. Pas non plus sur les raisons qui aboutissent à cette situation. C'est pareil, on sais pourquoi.
      La question des migrants est délicates, leur situation est difficile, précaire, dramatique, la notre guère meilleure et celle de beaucoup des notres ne vaut pas mieux.
      On pourrait éviter guerres et misère et ce devrait être le rôle de nos pays que de mettre tout en oeuvre pour aboutir à des solutions allant dans ce sens. Déjà si on arrêtait d'armer le bras des tyrans, des exploiteurs, des manipulateurs, y compris des fous qui se trouvent à la tête des pays en guerre. Si on pesait de tout le poids qui est le notre pour les conduire à la raison, si on les isolait quand il n'est pas possible de les raisonner, au lieu de les courtiser comme nous le faisons il y aurait déjà du travail de fait. Si les médias aux ordres ne jouaient pas constamment avec le feu en prenant les uns comme boucs émissaires pour monter les autres contre eux. Diviser pour régner et permettre aux mêmes de continuer de s'enrichir au détriment des autres. Il faut toujours se poser la question de savoir à qui cela profite et les intérêts de qui ça sert, si on veut y voir un peu plus clair. Alors les mùigrants dans tout ça ? On les utilise pour faire pression sur les conditions de vie des autres. Oui, on ne va pas se plaindre de notre sort quand autant de misère... n'est ce pas ! Et bien si ! on va se plaindre car cela ne profite pas à plus malheureux que nous si nous ne le faisons pas. Et on va réclamer des conditions meilleures de vie, de travail, d'existence, pour tout le monde. De l'argent, il n'y en a pas ? tiens donc ! quand les plus puissants détiennent à eux seuls 90% des ressources de la planète ? et pour répondre à vos questions : Pourquoi on nous dit qu'on trouve de l'argent pour aider les migrants ? Déjà, on en trouve pas tant que ça, en tout cas beaucoup moins que ce qu'on nous dit et en plus pour les mêmes raisons que celles pour lesquelles on nous a dit que les caisses étaient vide, alors qu'à l'évidence elles ne l'étaient pas : pour mieux nous opposer, nous diviser et nous exploiter ! Pourquoi on trouve des logements pour eux et pas pour nous ? D'abord il faut voir sur le terrain comment les choses se passent ! et ce n'est pas aussi idyllique qu'on veut nous le faire croire, loin s'en faut, il y a très loin de la coupe aux lèvres ! et c'est encore pour nous opposer et mieux nous exploiter. Heureusement, il y a des gens qui se regroupent afin de rendre "certaines utopies" palpables. Les utopies d'aujourd'hui ne sont elles pas les progrés de demain, comme celles d'hier ont pu être celles d'aujourd'hui ? Quant aux politiques, je pense qu'en jouant la carte du tous pourris on ne fait qu'aggraver les choses. il en faut des politiques, à nous de savoir choisir les bons. Ils existent malgré tout, et je ne les mets pas tous dans le même panier.
      Voilà globalement, comment se présentent les choses. Cessons d'être naïf et de faire confiance à tous ces brigands qui n'ont de cesse que de nous piller avec l'aide de leurs propagandistes favoris !

      Supprimer
  4. Cela ne changera jamais dis tu ? Pourtant ! et bien moi j'y crois que ça changera et je sais que je ne suis pas seule. Je sais aussi que si de tout temps les peuples s'étaient contenter de subir ce qu'on leur a présenté comme une fatalité, et bien, nombre de progrès allant dans le sens de l'amélioration de nos conditions de vie n'auraient pu avoir lieu. C'est donc forte de notre histoire que je m'accroche à ces convictions qui me poussent avec d'autre à me battre et qu'un jour nous connaitrons des lendemains qui chantent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Délia, voila dés que l'on aborde un sujet délicat on s’enflamme et c'est logique.Tu es plus optimiste que moi et j'espère vivement que c'est toi qui as raison d'y croire mais perso j'en doute et j'espère que c'est moi qui me trompe mais hélas je ne verrais pas tout ce que tu espères et à juste titre, car il faudra encore pas mal de temps pour que les choses bougent dans le bons sens. ce que je dis c'est que ceux qui nous gouvernent de quels bords qu'ils soient n'ont fait que ce qui leurs convenaient soit pour leurs nouvelles élections, mais sans penser à l'avenir. La France était un pays novateur, inventif et respecté.Maintenant on est passé presque les derniers de la classe alors il y a bien une raison? Crois moi je suis la première à vouloir l'égalité entre les hommes et les femmes mais tant que l'on a des hommes au pouvoir rien ne changera. Le problème c'est que lorsque l'on vote pour un nouveau président on croit à ses belles paroles(d’hypocrite) et une fois en place ils font ce qu'ils veulent.Moi je suis plus révolutionnaire mais est ce la bonne solution?Toi qui as des convictions que ferais tu? Un jour avec mon chéri on s'est "amusé" à faire "et si on devenait président que ferais t-on pour changer"?. TU serais étonnée des réponses. Mais il faut penser aussi que la politique n'est pas un jeu et on est tenu par des règles imposées par d'autres tu vois de quoi je veux parler??? Si on parles de l'Europe dont on a voté pour dire non (enfin une majorité)et que on n'en a pas tenu compte que dis tu à cela? Des questions comme ça j'en ai plein et sans réponses hélas.Comme dit mon chéri on est tenus par les C..... alors comment s'en dégager? ON a laissée fermer des usines à cause de la courte vue des politiques et maintenant on en paye les conséquences. je pourrais en rajouter mais bon ça suffira je crois. On peut en débattre ailleurs si tu veux en toute convivialité bien sur. je te souhaite un bon week-end et te fais de grosses bises.

      Supprimer

Rire aux larmes

Je l’ai repérée, voire reconnue, tout de suite. Elle m’a évidemment ramené à l’époque où je ne pensais pas à des tas de choses sans intérêt....