La cléf des champs.

 C'est toujours le printemps mais si la nature se régale, nous pas trop.
A peine si on peut faire dix pas sans être sur le qui vive. Outre ces fabuleux animaux, j'ai croisé aujourd'hui comme hier plusieurs congénères qui tentaient eux aussi d'échapper à l'assignation à résidence, bien qu'à plus du km concédé. J'ai aussi observé jonchant le sol quantité de mouchoirs en papier. J'espère que ceux ci ne contenait pas de virus ! Mais les gens égaux à eux mêmes n'ont pas plus de respect pour la nature que pour qui que ce soit , ce n'est même pas se respecter soi même que d'agir ainsi.
De quoi me faire oublier que la nature est belle et que malgré tous les malgré elle ne demande qu'à nous ravir. Alors rien que pour vous,

en chemin
 mon lilas double
 ma reine des pivoines
 ma glycine
 mon cognassier du Japon
 mon potager en devenir
 les chevaux du pré d'en haut
 les enfants sous la garde de leurs grand parents
 sur le bord des fossés
 mes merveilles
et la clé des champs.

6 commentaires:

  1. Tu as de bien belles fleurs dans ton jardin, de quoi profiter des belles couleurs de ce printemps confiné !
    Pour le moment je n'ai vu que les couleurs des tulipes.
    Aller cueillir du lilas, et du muguet va me manquer !
    Gros bisous Délia.

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour toutes ces fleurs, ça fait du bien au moral ! et toutes ces petites salades qui seront bien formées dans quelque temps, un régal à venir !
    Bisous et courage !

    RépondreSupprimer
  3. Tiens, j'aime bien ton expression "assignation à résidence". Voilà, c'est ça qui me gêne le plus, cette autorisation de sortie. Pourquoi nous avoir imposé ça ? Il aurait fallu autre chose pour contrôler les gens...Bon, mais quoi !
    La nature, cette année, est magnifique au printemps. Quel gâchis qu'avoir raté de belles promenades sous un si beau soleil ! Que vaut-il mieux, habiter dans une maison de ville ou habiter à la campagne avec la magnifique nature et sans gendarme...Bon, tu me diras, non, je ne voudrais pas habiter dans le village de mon enfance, qui doit être d'une tristesse morbide. Il y avait déjà si peu de voitures qui le traversaient et le seul commerce est fermé. Ma mère n'aurait pu supporter ça...Elle en serait morte de tristesse, il aurait fallu aller la chercher je pense...Avec nos enfants et nos frères et sœurs, on dit "elle aura échappé à ça"..comme ma belle-mère..
    Dis donc, vous êtes combien pour manger toutes ces salades ? Mon mari n'en a mis que 6 plants...Bises

    RépondreSupprimer
  4. Une très jolie série, beaucoup de trésors autour de toi...

    RépondreSupprimer
  5. J'ai constaté la même chose que toi, plusieurs mouchoirs en papier sur le sol de mes promenades et en ces temps de virus, ce n'est pas moi qui vais les ramasser, quand ça sera fini je vais avoir un sacré travail de ramassage !
    mes pivoines sont tout juste en bouton et ne sont pas là de fleurir.

    RépondreSupprimer
  6. Les gens sont des porcs, ce qui serait plus juste serait de dire quand les porcs sont sales, qu'ils sont des gens. Comment font-ils pour être aussi cons et aussi dégoutants ?

    RépondreSupprimer

Spleen (le jeune)

 Pas bien facile d'écrire en ce moment. La vie qui vient la vie qui va. Souvent la même avec ses enchantements ou pas. Il faut bien dire...