affaire conclue.

 Et bien c'est laborieux ce matin ! panne d'ordi il ne manquait plus que ça. Mais aprés plusieurs essais voilà quand même ! ouf ! j'ai failli ramasser un zéro !

 &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

Je vous propose de dire ce que vous inspire cette toile de Mr Vettriano.
Une histoire qui commencerait par :
« Un bel organe, un imperturbable aplomb, plus de tempérament que d’intelligence et plus d’emphase que de lyrisme, achevaient de rehausser cette admirable nature de charlatan, où il y avait du coiffeur et du toréador. »
Et qui finirait par :
« Elle en retira qu’il n’avait que l’aspect d’un brave, avec l’entrain facile d’un commis voyageur. »

À lundi donc..

 


 « Un bel organe, un imperturbable aplomb, plus de tempérament que d’intelligence et plus d’emphase que de lyrisme, achevaient de rehausser cette admirable nature de charlatan, où il y avait du coiffeur et du toréador. »

C'est ce que s'était dit la belle Anita en fumant sa clope devant son verre d'anisette alors qu'elle attirait les regards de plus d'un, tant elle était jolie et avait de prestance. Tous la courtisaient, pas un ne lui résistait. Elle en profitait pour faire son marché et choisir les plus belles pièces qui se présentaient.

Sauf que ... là, il manquait une dimension élémentaire à la panoplie qui se déployait devant elle. Elle avait aussi de l'ambition, de la personnalité et ne s'en laissait pas conter par le premier venu.

Pour peu qu'elle les sache argentés, l'affaire ne tardait pas à se conclure. 

En moins d'un clic les voilà, les uns aprés les autres, alignés sur son tableau de chasse.
Des 3 qui se pressaient au bar, devant elle, aprés un bon jaugeage et une évaluation partielle, faute de mieux et dans l'urgence, elle choisit pour finir sa soirée, celui qui lui permettrait d'atteindre l'euphorie d'un septième ciel, voir au delà.  Celui avec la veste marron, le pantalon ample et son sourire niais lui paraissait le  moins glauque. Aprés quelques minutes de conversation, elle se dit qu'il était temps de passer à table et d'attaquer cette pièce de choix. L'affaire ne dura que quelques instants. 

Ils montèrent en chambre, firent ce qu'ils purent, mais comme on dit chez moi, il avait plus de langue que de ce que vous imaginez et son bel organe fut vite remballé sans même être pesé. Quand elle redescendit au bar se disant qu'elle attaquerait bien le second, celui ci avait disparu.
« Elle en retira qu’il n’avait que l’aspect d’un brave, avec l’entrain facile d’un commis voyageur. »

8 commentaires:

  1. vite et bien, c'est tout un art mais en amour ça ne va pas trop ensemble :-)

    RépondreSupprimer
  2. C'est effectivement navrant de devoir terminer son repas juste après les zakouskis ;-) .

    RépondreSupprimer
  3. Il y a des jours à hors d'œuvre , d'autres à plat de résistance...

    RépondreSupprimer
  4. A peine une entrée, faut pas se presser pour choisir, c'est comme le melon.

    RépondreSupprimer
  5. Ah pour le melon, il faut qu'il ait le cul bien lourd et que la queue se détache !

    RépondreSupprimer
  6. ce sont les commentaires qui m'amusent!!!! Bravo de leur avoir donné matière à écrire ! :)

    RépondreSupprimer

L'inconnue du grand café.

  Elle fait une drôle de tête... Est-elle indécise face au menu ? Est-elle indécise sur la conduite à tenir ? Est-elle triste ou en colère ?...