Le mésaventures de Petit Lion (suite). Monsieur Picon.

Monsieur Picon est un homme trés ordonné. Chaque samedi, il tond méticuleusement sa belle pelouse grillée. Parfois, il la retond le dimanche et même des soirs dans la semaine. Il n'aime voir aucun brin, aucune feuille, aucune mousse apparaitre. Le moindre grain de poussière le met en colère. Une colère si noire que tout lui est insupportable.
Tous les matin de la semaine, quand il fait beau temps, il démarre sa voiture à 7 h 24 précise, pour partir au boulot dès 7 h 30 tapante. Si c'est l'hiver ou bien qu'il fasse froid, s'il emprunte le véhicule de service de son entreprise, il démarre à 6 h50 non moins sonnante, pour partir à 7 h30, toujours tapante. L'heure c'est l'heure, il n'y a pas à tordre, réglé comme un coucou suisse, il ne souffre d'aucun contre temps.
Le soir venu, dès 18 h30, il gare son automobile devant sa porte, va ouvrir aux poules qu'il lâche dans son enclos, puis ouvre grand ses portes pour faire entrer de l'air nouveau. Il arrive qu'en plus de l'air nouveau, un chat se faufile explorer au dedans. Parfois le chat ressort aussi vite qu'il est entré, ça c'est quand Monsieur Picon traine par là. S'il ne le voit pas, il arrive qu'il l'enferme quand le soir aprés manger, il revient fermer ses portes. Et là, bonjour l'angoisse !
Monsieur Picon est un homme pas trés commode, il ne faut pas le déranger.
Alors comment va réagir Monsieur Picon ? C'est la question que tout le monde se pose. Le chat lui, on sait. Si c'est Petit Lion, il va pleurer, longtemps, Beaucoup, trés fort. Puis il va s'endormir épuisé dans un coin jusqu'au petit matin où il recommencera sa sérénade.
Monsieur Picon, lui, même s'il l'entend, décidera peut être de ne pas lui ouvrir et attendra   le bon moment pour lui administrer une de ces corrections qui le laissera sur le carreau. S'il ne l'entend pas, il acceptera de mauvaise grâce, comme ce matin, quand on lui a demandé, de lui ouvrir la porte pour le libérer. C'est que ça fait souvent que Petit Lion se fait enfermer !  Ou bien il n'acceptera pas, nous disant que nous n'avons qu'à surveiller nos chats. Que lui n'en a pas et qu'il surveille bien ses poules ! Nous n'avons pas de coq, les poules ne risquent donc rien. Mais les chats ?
Ce ne serait que le début d'une longue série de mésaventures pour Petit Lion et pour tous  ses amis ? J'en ai peur, car nul doute,la vengeance de Monsieur Picon sera implacable, sanglante, sans concession, et là gare au gorille !


11 commentaires:

  1. Bonjour Délia,
    ça commençait comme une histoire assez sympathique mais à la fin le coeur se serre.
    Combien d'entre nous connaissent des "M. Picon", ici on en a un qui jette des objets lourds aux chats qui osent s'aventurer dans leur cher jardin, je me demande si ce n'est pas pour ça que les chats ont élu domicile dans le mien, où ils sont tranquilles (enfin, quand mon appareil ne se met pas tout seul en mode rafale)et où en plus il y a une gamelle :-) car quand je dis "mon chat" en fait je n'ai pas de chat! ce sont ceux qui se promènent dans les parages. Mais les chats n'aiment pas être enfermés, c'est contre nature!
    Bonne journée Délia, gros bisous!

    RépondreSupprimer
  2. Je viens d'aller lire (ou relire) le supplice de Petit Lion.
    Qu'est-ce qui peut bien passer dans la tête de cet homme?
    Tu n'as jamais réussi à "discuter" avec lui"?

    RépondreSupprimer
  3. Si pour s'engueuler ! Aucun dialogue avec ce jardinier. C'est impossible car pour dialoguer il faut être deux. Par contre pour les représailles, il est tout seul.
    Qu'est ce qui se passe dans la tête des chats, plutôt d'avoir besoin d'aller chez lui alors qu'ils ont toute la place nécessaire ailleurs ! et pour ce qui est de savoir ce qui se passe dans la sienne, c'est comme pour les (voies ? ) (voix ?) du seigneur !

    RépondreSupprimer
  4. Monsieur ton voisin est un abruti et malheureusement, il n'est pas seul, dans le coin de ma soeur, les chats sont souvent malmenés, du coup, elle ne veut plus en prendre un.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un gros abruti de chez abruti, ça tu l'as dit. Ils sont assez nombreux en effet. Le premier prédateur du monde animal, c'est bien l'homme.

      Supprimer
  5. Mais c'est quoi ce vieux grincheux agressif ?! je suppose que c'est un vieux garçon, trouve lui une femme ! :D Oh non je suis méchante pour cette éventuelle femme !
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. divorcé, mais chez lui c'est de famille, quand à son ex femme, elle vient toute les semaines à l'heure du repas, et repart repu et contente apparemment, puisqu'elle affiche un large sourire en repartant !

      Supprimer
  6. Comme dirait mon fils qui a des problèmes au boulot, avec un con "Zéro" discussion possible, c'est du temps perdu.
    On est loin du film : "Dialogue avec mon jardinier" que j'ai revu avec plaisir cette semaine.
    Quant à ton chat, il aime le danger...
    Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
  7. Tés bon film, que je regarde à chaque fois que j'en ai la possibilité. Pour ton fils, j'espère qu'il a d'autres collègues sympas. Des cons il y en a partout. c'est vrai que le chat vit dangereusement, mais il voit une porte ouverte, il entre ! il est sociable lui !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour mon fils, il ne s'agit pas d'une collègue, mais d'une "chef de région" pas la sienne, qui était en formation dans son magasin, et donc aucun rapport théorique hiérarchique, qui l'a pris en grippe et a dit qu'il n'avait pas à travailler dans ce magasin...
      Bilan, il est dans un autre magasin à 40 minutes de chez lui (alors qu'il avait déménagé il y a 5 mois, et était à 5 minutes de son boulot); il est en renfort pour 3 semaines, et après il doit choisir un magasin pour bosser... Donc, sûrement nouveau déménagement en vue, plus un vrai dégoût pour cette personne, alors que sa chef de région à lui veut absolument le garder...

      Supprimer
    2. Non mais c'est dingue ce que tu me racontes là ! C'est une grande chaine de magasin ? il y a des syndicats ? Il y a un comité d'entreprise ? A-t-il des recours ? Je veux dire peut il faire valoir ses droits facilement ? Car des recours il en a. S'il va voir un conseiller du salarié il lui dira ce qu'il faut faire, l'autre là qui n'est pas du magasin n'a pas tous les droits, comment ça se fait d'ailleurs que son avis soit pris en compte ? C'est du harcèlement ? Il faut absolument qu'il fasse tout ce qu'il peut pour se défendre et se faire défendre !

      Supprimer

Spleen (le jeune)

 Pas bien facile d'écrire en ce moment. La vie qui vient la vie qui va. Souvent la même avec ses enchantements ou pas. Il faut bien dire...