Confidences

Je vous invite en poésie, grâce à Pierre et Guillaume.

1) Commencez votre texte par les vers suivants :
"Les lampes s'éteignaient derrière les rideaux
Il ne faut pas aller trop vite
Crainte de tout casser en faisant trop de bruit."
C'est Pierre qui le dit, Sur la pointe des pieds, aux Sources du vent...

2) Terminez par ce vers de Guillaume :
"Mon verre s'est brisé comme un éclat de rire"
Expérience menée lors d'une Nuit rhénane noyée dans les Alcools...

Entre les deux... casez ce que la nuit vous confie. En vers ou en prose, vous verrez bien !


Les lampes s'éteignaient derrière les rideaux
                     Il ne faut pas aller trop vite
        crainte de tout casser en faisant trop de bruit.

Laissez, mon ami, le temps fragile,
lui dit elle en écho,
si vous voulez de son arbre en cueillir les fruits.
 Quand les lampes s'éteignent derrière les rideaux
il n'est pas toujours temps de partir à l'assaut
Je connais des combats qui ne se mènent pas 
et pourtant victorieux sans aucun éclat. 

On pourrait dire, ma belle, que l’absinthe vous dicte les mots
Pendant qu'à vos pieds je me morfonds hagard
en penchant  mon regard 
jusque dans l'échancrure de votre robe indigo
Si l'éclat de vos yeux 
ne me laissait pas croire 
qu'à vaincre sans boire
ne fait pas trés sérieux.

Oubliez, monsieur, cet éclat de mes yeux 
et gardez  pour une autre vos discours miséreux.
Si à vaincre sans péril, vous triomphez sans gloire
retournez  au comptoir 
et posez sur le zingue votre élan amoureux.

Ma belle, je vous ai entendu
pour cet amour  perdu 
j'ai voulu me détruire 
et c'est au point du jour avec un beaujolais nouveau,
 que dans la lumière qui naissait à travers les rideaux,
je suis tombé dans un profond délire
et mon verre s'est brisé comme un éclat de rire.



4 commentaires:

  1. Le beaujolais est risqué, ces temps ci...

    RépondreSupprimer
  2. Bravo, je n'ai pas osé me lancer dans la poésie.

    RépondreSupprimer
  3. Superbe ! Une belle audace que de se lancer dans le poème. De plus parfaitement réussi.
    Merci, Délia.

    RépondreSupprimer
  4. Oh bravo ! c'est le premier poème que je lis. Très réussi.

    RépondreSupprimer

Spleen (le jeune)

 Pas bien facile d'écrire en ce moment. La vie qui vient la vie qui va. Souvent la même avec ses enchantements ou pas. Il faut bien dire...