De ronces en ronces.

 Vous savez ce que c'est, quand on trouve des ronces, on peut plus s'en dépêtrer.

Depuis quelques jours, le Patou a décidé de marcher. Le matin, car c'est moins cher, euh non,  il fait meilleur marcher.

C'est ainsi que moi qui, avais du mal à le trainer je le sollicite pour m'accompagner et du coup, cela me fait le plus grand bien, moi qui ne marchais plus beaucoup non plus depuis que la Ponette s'est volatilisée.

Les premier jours, nous avons arpenté les chemins autour de la maison, sans intérêt, pas de photo, pas de plaisir de découvrir bref, marcher pour se dégourdir les jambes, point. Puis nous avons décidé d'aller marcher en allant chercher le pain. De fait, on prend le pain, puis on se promène. Les bords de Vienne agréables en cette saison. Lundi nous avons fait une petite balade, avant de rentrer préparer la soupe pour la Ponette justement qui passait par là. Hier, nous avons explorer l'autre rive de la rivière et aujourd'hui repris celle de lundi nous fixant comme objectif, d'aller un peu plus loin. Oui mais pas beaucoup, alors  car arrivés 100 m plus loin, nous avons rencontré des ronces sur le chemin. C'est ainsi que nous avons parlé avec une dame qui voulait ramasser des mures pour faire de la confiture. Et de ronces en confiture, d'habitude on dit de fil en aiguille, la dame nous dit aller en Bretagne prochainement et espérer trouver des mures plus grosses que celles ci. Mures de Bretagne (56 Morbillan)  plus grosses que celles de Saint Denis des Murs 87 Haute Vienne). Bref, de mures en murs, elle nous apprend au cours de la conversation que sa destination est toute proche de celle que nous nous apprêtons à rejoindre pratiquement à la même période. Nous parlons donc du pays, puis (de Murs : 63 Puy de Dôme)  découvrons que nous avons vécu prés de 15 ans dans le même petit coin de France (rue du Ruisseau pour elle, dans le 18ième arrondissement ) rue Marcadet pour nous où nous exercions notre pratique téléphonique. Voilà pour notre histoire de ronces. Quand même en plus d'être petit, le monde est étrange !








Pratiquement les mêmes, pratiquement la même heure, et le même train jaune !
ça varie pas beaucoup ici !

12 commentaires:

  1. Marrant cette rencontre, comme quoi il faut entamer la conversation, il y a de belles surprises.
    j'avoue que je suis plutôt "sauvage", et passe assez vite mon chemin.
    Par contre, lorsque le courant passe, je suis très bavarde ;)
    Gros bisous et bonne soirée Délia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis un peu comme toi, il y a tant de gens qui passent sans nous voir que ça nous refroidit aussi. Cette personne, j'aurais pu la rencontrer 1000 fois, ailleurs, dans d'autres circonstances, finalement, comme quoi, les choses se font quand elles doivent, inutile de forcer le destin. Si ça se trouve je ne la reverrai jamais.

      Supprimer
  2. Bonjour Délia
    voici une excellente nouvelle que ce duo prêt à marcher ensemble de bon matin ! cela doit motiver en effet, et c'est bien agréable "à la fraîche" !
    Comme c'est drôle, cette rencontre ! et que de coïncidences ! ça a dû te faire du bien d'échanger ainsi avec cette dame, une nouvelle amie en devenir peut être ?
    Que la Vienne est jolie ! MERCI !
    mes champs manquent cruellement d'eau !
    Bonne journée et gros bisous, Délia !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. OUi la nature a soif. Mon jardin se lézarde et mon peu de légumes palissent , enfin jaunissent plutôt. Cette rencontre, oui bizarre, j'aimerai bien qu'elle ait une suite en effet, mais comme je le dis à Fabie, si les choses doivent se faire, c'est elles qui choisissent le moment.
      Pas de balade ces deux jours, pour cause de rendez vous (mes yeux vont avoir de nouvelles fenêtres) et généraliste pour refaire le plein de médocs (non pas de vin, hélas ! j'aurais préféré du madiran à de iberastan ! Quand le Patou a dit qu'il fallait qu'il reprenne la marche, j'ai sauté sur l'occasion, mais du coup ni hier ni aujourd'hui, il n'a marché car il lui faut une tutrice pour cela !

      Supprimer
  3. Drôle de rencontre....Hasard. J'aime bien m'arrêter pour parler avec des gens. Parfois on fait d'étranges rencontres......

    RépondreSupprimer
  4. Je crois au hasard, et pense qu'il ne fait rien par hasard, le tout serait de comprendre pourquoi maintenant et pas avant ou à un autre moment. Je suis assez mythique et tout cela m'intrigue fort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut être que le hasard n'existe pas ?

      Supprimer
    2. Tu penses ? Je me demande aussi. On dit qu'il fait bien les choses, pour cela il faudrait comprendre le pourquoi des choses, nous en sommes un peu loin !

      Supprimer
  5. Patou… J’ai d’abord cru que tu parlais de ton chien, mdr ! puis au fil de la lecture je comprends qu’il s’agit de ton mari… mais quel drôle de surnom 
    Moi aussi j’aime parler aux gens, dans la rue, au supermarché…
    Tes photos sont superbes.
    Gros bisous ma Delia, je retourne à ma valise.

    RépondreSupprimer
  6. Tu repars ? Pas le temps de déboucler tes bagages que déjà ils sont à nouveau sur le chariot. Bonne escapade alors.
    Ah oui, le Patou, c'est son nom.

    RépondreSupprimer
  7. Oh, mais c'est super ça de marcher à deux ! J'aurais tant aimé ! Mais bon, cela ne s'est jamais fait ! Il n'aimait pas marcher pour rien ! Moi, j'aime marcher pour rien car je ne marche jamais pour rien mais pour me faire plaisir ! ;)
    C'est drôle cette rencontre et cette discussion de mures en murs ! ;)

    RépondreSupprimer
  8. On va dire que c'est plus motivant, encore que ! il y a marcher et marcher.
    Marcher pour de bon ça fait du bien, même seul, marcher à deux et se trainer avec un boulet, c'est plus compliqué. Perso cela ne me gène pas de marcher seule, mais j'ai la flemme, alors qu'à deux, je me force à faire.
    Oui cette rencontre était curieuse. Je m'interroge sur son sens. J'aurais pu rencontrer cette personne, des dizaines de fois dans des dizaines de lieux et là bizarrement elle est sur mon chemin alors que j'avais envisagé un autre programme.

    RépondreSupprimer

Desespoir

  J’avais évidemment repéré quelques toiles représentant des jeunes femmes vêtues de peau pâle, réchauffées de cheveux roux et au visage d...