Le coeur gros

 

Ce matin, j’ai été distrait par les piaillements des enfants qui entraient au collège en face de chez nous.
Je les ai regardés.
Des souvenirs sont revenus.
Et vous ?
Une rentrée des classes vous a-t-elle particulièrement marqué.
J’espère qu’on en saura plus lundi.

 Devoir de Lakevio du Goût_96.jpeg

 Les premières rentrées des classes laissent toujours un souvenir marquant. Parfois bon, tant l'impatience de découverte est puissant, parfois mauvais, tant la hantise des nouveautés nous tenaille à faire pleurer. Pour ma part, je n'ai jamais aimé ni l'école, ni les séparations. Alors cumuler les deux, pensez donc ! 

Pourtant je me souviens de l'ambiance qui a précéder ma première rentrée des classes. J'avais six ans. Oui vous avez bien lu, six ans, car dans les campagnes fleuries des années cinquante, les écoles maternelles n'étaient pas monnaie courante. Nous ne savions même pas qu'elles pouvaient exister. J'avais six ans passés, une tentative avait échouée l'année précédente à la rentrée des vacances de  de Pâques, car en septembre, je n'en avais que cinq  et on ne scolarisait pas en de ça de l'âge de six ans accompli. 

On avait remplacé mes lourds sabots par des chaussures neuves de chez "Patalot" vendus par Monsieur Catinet, l'épicier ambulant dont le tube regorgeait de choses fabuleuses que je n'imaginais pas. Maman avait chois pour moi, un joli tablier bleu sur le catalogue de la Redoute ainsi qu'un cartable en carton vert écaillé imitant les sacs en cuir des belles dames de la ville que tout le monde admirait. Chaque jour, grand père, papa et maman me vantaient les bienfaits de cette école que j'avais hâte de découvrir. J'allais apprendre tant de choses ! Je n'imaginais pas un seul instant qu'il me faudrait pour cela les  laisser et me séparer d'eux toute une journée, comme je devrais laisser la Charmante, la Blonde, La Jacade et la Mignone aller brouter les prés des Enclos sans moi, en compagnie de la Lorette que je devrais aussi laisser seule gambader dans les prés. Ma petite soeur de trois ans ma cadette, mon autre soeur et mon petit frère de quelques mois seulement ne me tiendraient non plus compagnie et ne partageraient pas mon quotidien. Grand père, qui vieillissait ne m'accompagnerait pas non plus sur le chemin, pas même au coin de la maison de la Francine, située quelques 50 mètres plus loin. 

Ce premier jour, maman sa main serrant la mienne, m'accompagna, bien sûr. Mais arrivée dans la cour où tant d'enfants que je ne connaissaient pas, exceptés nos petits voisins plus âgés que moi, pépiaient en se bousculant et couraient dans tous les sens, je fus prise de panique. Une envie de faire demi tour avec maman, me tenaillait et j'eus toutes les peines du monde à lâcher sa main. Je ne sais même pas si maman eut droit à quelques mots de la maitresse, qui nous fit mettre en rang sur le côté. Je ne me souviens pas non plus de comment se déroula ma première matinée. Je sais juste que je regardais par la large fenêtre, au loin, en direction de Coudeyrat où je devinais les premiers pins de la Pinatèle qui me cachait mes Enclos. Je sais juste que je pleurais toutes les larmes de mon corps. Et que cela dura, dura, longtemps. Que ce schéma se reproduisit durant des mois et que l'angoisse et la tristesse faisaient de moi, l'enfant la plus malheureuse qui soit. 

Plus tard, les autres rentrées furent de véritables supplices, la déchirure toujours vive ne s'estompait pas. Lorsque vint l'entrée au collège et le pensionnat d'où je ne rentrais que toutes les deux semaines, ce fut bien pire encore. Non seulement j'étais une enfant liée à la terre, à sa famille, mais en plus j'étais née pour être libre. La discipline, l'enfermement et la cruauté des directeurs (les mêmes qui m'accueillirent lors de ma première rentrée en primaire, n'arrangeait rien à l'affaire et là pendant 4 longues années, ce fut la déprime, la vraie. Mais on ne la soignait pas encore et peu importait que des enfants furent en souffrance. Personne ne les voyait. 

Puis j'ai grandi, j'ai quitté le canton de saint Germain l'Herm et son collège maudit.

J'ai pris des trains pour aller plus loin. Je prenais mon autonomie avec plaisir, ma liberté aprés des années d'enfermement était salutaire. L'école a fini, définitivement fini. Est venu le temps des premiers boulots, loin des miens, loin de mon Auvergne. il me fallut du courage pour quitter les miens. Paris que j'avais hâte  de découvrir allait m'accueillir. Mais la désillusion était encore au rendez vous. Je me retrouvais seule, isolée loin de ma campagne qui me manquait tant. Seule le soir dans ma chambre sous les toits. Seule le weeck end sans personne avec qui partager peines et joies. Les premières années furent difficiles. Souvent dans le métro quand je rentrais chez ce qui aurait dû être un chez moi, je pleurais en silence. Sur mon sort, sur mes Enclos que je ne reverrai pas de si tôt, sur mes parents qui vieillissaient, sur mes frère et soeurs, sur le monde que je quittais sans vraiment comprendre celui qui m'accueillait. Tant de choses changeaient en même temps ! Quand je revins la première fois, aprés trois mois de vie parisienne, aprés avoir embrassé tout le monde, je courus à l'étable. La Charmante n'était plus là... Ce fut une nouvelle source de désespoir. Ce départ je ne l'attendais pas, je le vécus comme une trahison, et repartis encore plus triste le dimanche aprés midi. Tout le trajet qui pourtant est long ne suffit pas à écouler mes larmes tant le désespoir était puissant. 

Les années passant, les choses s’estompèrent cependant. Lorsque mes enfants vinrent au monde, ce fut une renaissance aussi pour moi. puis vint la première nounou, la première crèche et la première école. Avec au bout la même douleur lors des séparations. La même angoisse. Le même déchirement. Je hais les séparations et ne cesse d'avoir le coeur gros.

hopper-1200x605.jpg

Cette toile de Nigel Van Wieck qu’on dirait tirée du cerveau de Hopper me paraît traduire plus que de la peine.
D’après vous ?
Que nous dit cette toile ?
On le saura lundi j’espère…

18 commentaires:

  1. Bien amenés ces deux devoirs en un !
    Quelle tristesse ces années d'école où tu as été si mal dans ta peau.
    Ce qui m'étonne c'est que tu aies pu envisager de partir à Paris, si loin de chez toi, pour travailler. Tu avais passé un concours ?
    Je t'embrasse fort Délia.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui, il fallait partir ou galérer en restant. J'ai choisi de vivre, la nostalgie ne nourrissant que les idées noires, je suis restée. Je ne regrette rien.

      Supprimer
  2. Je croyais que tu avais été heureuse à Paris dans notre quartier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr Heure bleue que j'ai été heureuse à Paris, dans votre quartier qui fut aussi le mien parce qu'il avait un air de campagne que n'a aucun autre, et aprés des années dans d'autres quartiers. Ce fur d'abord le 16ième, puis le 15ième et ensuite le 12ième, il m' a fallu 5 ans avant de découvrir le 18ième et de renaitre à une vie nouvelle. Où là effectivement, je n'ai plus regretté ma vie d'avant. J'ai eu mes enfants à cette époque là et bien sûr ma vie a changée. Fini la petite provinciale, bonjour la femme parisienne !

      Supprimer
  3. Tu as un avantage sur la Charmante, la Blonde, La Jacade et la Mignonne : Tu es là et tu n'as pas été mangée !
    Tes souvenirs m'attristent car je n'ai pas du tout les mêmes de la maternelle ni du lycée.
    En revanche, si la pension des Frères ne m'a pas vu pleurer, j'ai eu affaire aux mêmes cinglés que toi...

    RépondreSupprimer
  4. Quoi que, je ne sais pas non plus qui me mangera ! comme me disait ma mère (mange tu ne sais pas qui te mangera). Pour les cinglés, ils étaient partout à l'époque, parce qu'il fallait mâter les enfants pour pas qu'ils deviennent des adultes autres que disciplinés et obéissants. La bonne société avait besoin de ça.

    RépondreSupprimer
  5. Je me souviens seulement de mon tablier bleu à carreaux et de mes grosses galoches. Que c'est loin !! Je crois bien que je n'ai jamais aimé l'école !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un tablier bleu ou gris selon les cas. Gris et béret noir souvent avec de grosses galoches, souvent pour les enfants de la campagne pour bien les différencier de ceux du bourg ! Et comment aimer une école qui ressemblait plus à un centre de dressage qu'à un endroit où on découvre des choses nouvelles ?

      Supprimer
  6. Quel récit touchant ! J'imagine parfaitement le désarroi de la petite fille de 6 ans que tu fus, de l'enthousiasme de la découverte quand on t'a chaussé tes belles chaussures à la place des sabots auxquels tu étais habituée, le joli tablier et le cartable neuf pour te rendre dans un endroit qui aurait dû être fabuleux, qui l'était sûrement pour tes parents et pour ton grand-père qui n'avaient peut-être pas eu la chance d'aller à l'école. A notre époque l'école était un luxe dont tout le monde ne bénéficiait pas, ma tante par exemple à son grand désespoir a dû la quitter à 16 ans pour aller travailler alors qu'elle aurait tant aimé faire des études !
    J'imagine d'autant mieux ta désespérance que moi aussi, j'ai ce genre de souvenirs !
    Toi, tu regardais par la large fenêtre, moi, je tambourinais inlassablement en pleurant, sur la porte qui s'était refermée sur ma mère, persuadée qu'elle m'avait abandonnée (je n'ai fait que la dernière année de mater). Nous avons toi et moi en commun cette panique de la séparation, et ce, bien que ce soit mon père qui m'a appris à lire et à écrire ... à coups de baffes !
    Plus grande, je n'ai pas souffert des autres rentrées, cela devenait de plus en plus dur à la maison et l'école était synonyme de cour de récré à côté.
    Néanmoins, j'ai connu pendant mon année de 3e (juste avant d'entrer à l'internat) ce qu'on appellerait aujourd'hui du harcèlement (parce que j'étais bonne élève), et j'ai dû comme toi faire une dépression, sauf qu'on ne mettait pas de mot dessus à l'époque.
    C'est dire si chacun de tes mots (et maux) résonne en moi, une fois de plus !

    Tu enchaînes très habilement avec la déchirure de la séparation d'avec tes petits, mêlant ainsi les deux devoirs du Goût, quel génie ! ��
    Tu te doutes bien que là aussi, je te comprends, sauf que moi tu vois, je n'ai pas eu ton courage, je n'ai jamais réussi à surmonter l'angoisse de laisser mes enfants, raison pour laquelle j'ai cherché une solution pour travailler à la maison, alors que le métier que j'avais voulu exercer depuis toujours s'ouvrait à moi ......
    Chouette devoir Délia
    je t'embrasse fort, ma soeur de coeur et de plume ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mes parents et mon grand père n'ont jamais ou rarement évoqué leurs années d'école. Mais je sais qu'ils ont dû la quitter trés jeune. Cependant à ce qu'ils me disaient, le niveau de celle ci avait largement celui de notre enseignement supérieur aujourd'hui. C'est ma mère qui m'a appris à lire et à écrire, sans baffe, qui elles étaient largement distribuées à l'école, avec le vice et le sadisme en plus (l'institutrice avait une grosse bague de fiançailles, comme elles se faisaient à l'époque avec plein de pierres hérissées sur le dessus, qu'elle tournait à l'intérieur de sa main pour bien nous écorcher la joue). Les enseignants de l'époque n'étaient pas en mal d'imagination !
      Gros bisous Ambre.

      Supprimer
  7. Tristounets ces souvenirs ! Moi j'ai toujours aimé aller à l'école, j'étais contente de quitter la maison.
    J'approuve à 200% ta dernière phrase, les séparations sont chaque fois pour moi un déchirement incontrôlable (la peur de l'abandon !?).
    Gros bisous ma Delia.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. on est quelques-unes pour lesquelles le texte de Délia provoque des résonances !
      Bisous Praline !

      Supprimer
    2. La peur de l'abandon, je ne sais pas, mais voir finir quelque chose qui nous rend heureux, oui. Ne plus voir ceux qu'on aime, c'est difficile. Quand cela survient trés jeune, c'est même un traumatisme.

      Supprimer
    3. Heureusement il y avait quand même quelques enfants pour aimer l'école ! gros bisous ma Paralidouce.

      Supprimer
  8. Pas facile d'avoir douze ans, surtout quand c'a commence à six ...!

    RépondreSupprimer
  9. Oui ! des fois ça commence même avant !

    RépondreSupprimer

Derrière la vitre.

Je me demande ce qui traverse l’esprit de ces deux enfants  Bah… On le saura lundi, vous aurez des idées j’en suis sûr…     Manon et Léo con...