En vrac

 En vrac, en bloc, en blog, en ce que vous voulez.
La semaine d'Auvergne, j'ai mangé chez ma petite soeur, un ragout de lapin d'une pure merveille dont on se souvient. Je ne crois pas lui avoir fait compliment pour son plat, pourtant il le méritait. Depuis le civet de maman, je n'avais mangé lapin aussi bon et aussi bien préparé. J'ai voulu aujourd'hui, retrouver cette saveur, mais... même si le mien était loin d'être raté, il était aussi loin d'être aussi bon. J'aime ces choses simples au gout du bonheur et du partage inégalé.
 A table nous avons parlé des sources de la Tardoire, de ses résurgences où nous aimerions aller. Ce n'est pas si loin et mériterait qu'en une heure ou deux nous prenions le temps de visiter.
 Tout à l'heure la Ponette va revenir de son séjour à la mer, une semaine c'est vite passé. Encore 2 ou 3 jours et il faudra reprendre le collier. Michka retrouvée, les pénates réintégrées, en route pour la corvée. Oh ce n'en serait pas une si son environnement évoluait. Voir la précarité s'éloigner et de CDD en CDD trouver une stabilité, dans un service où les sorcières auraient  compris enfin le sens de la vie.
 Et mon Poney alors ? Pour qui je me fais un sang mauvais, avec ses soucis de santé ? Verdict sous peu. En plus d'être malade, il risque de devenir aveugle, de perdre son boulot et de n'avoir que les yeux pour pleurer. Vous voulez avoir un moral d'acier aprés ça ?
Côté famille, pas mieux, la Clémence ? Elle est au cimetière depuis longtemps. C'était la mère du Jack, feu le pote  sur qui on comptait.
 Bon alors quoi de neuf à part tout ça ?
Tiens, une photo historique :
On y a cru l'espace d'un instant, mais d'un instant seulement. Chassez le naturel, il revient au galop, et hop l'historique transformé en hystérique, il n'y a à cela rien de surprenant, Madame firette (en gris sur la photo) ne supporte rien ni personne. Elle n'avait pas du s'apercevoir que ti chat était à ses côté ? Surprenant pour un chat dont le sens premier est de sentir  de loin plus que de voir de prés.
 Bon j'ai le coeur un peu à l'envers, là. Aller on bouge. Il faut que j’aille à la poste. J'ai un disque de Jean Marie Vivier à récupérer. Un disque où il chante le Nord.

Il va sortir un nouveau CD, c'est pour l'automne, je l'ai déjà réservé.

8 commentaires:

  1. Je comprends que ton moral soit en berne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois qu'on a tous ses petits soucis, n'est ce pas, merci en tout cas, pour ton soutient.

      Supprimer
  2. Aïe, aïe, aïe...
    Je suis de tout cœur avec toi.

    RépondreSupprimer
  3. Bon courage Délia, je pense bien à toi.

    RépondreSupprimer
  4. Heu, je n'ai pas tout saisi de ces prénoms, pseudos...Poney, c'est qui ? Ton fils ? La Ponette, c'est ta fille ? Pardon, mais, ne te pratiquant pas depuis longtemps, ma foi, je m'y perds. Mais, ce que j'ai compris par contre, c'est que tu es allée du côté de l'Auvergne, manger un bon civet de lapin.
    A propos de lapin, ma mère n'aimait pas trop en manger. Et je crois qu'elle a déteint sur moi. Mon voisin en élève. Je lui en ai acheté un l'année dernière...Il était bon, mais, quand il m'a redemandé si j'en voulais un autre, j'ai refusé. Je pourrais manger du poulet tous les jours, mais pas du lapin..Bonne journée quand même. C'est vrai que, lorsque nos proches ne vont pas bien, on a le cœur à l'envers...

    RépondreSupprimer
  5. Le lapin est assez neutre comme goût, en fait il n'en a pas. Par contre on a souvent avec lui des rapports particuliers, c'est un peu comme les chats. Mes enfants, le Poney donc et la Ponette, ne mangent pas de lapin élevés par leur grand mère et j'avoue qu'après avoir vu, touché ces jolies boules de poils j'y suis réticente moi aussi. Par contre ma fille (la Ponette en achète (de chez Pirot) au super market. Quand on était enfants, les volailles, la viande de porc et le lapin constituaient souvent les repas du dimanche et des jours de fête. Le reste du temps on mangeait du lard, avec un morceau de fromage et des confitures de groseilles. Je me souviens aussi des carrés de chocolat du goûter avec un morceau de pain ou enveloppés dans du papier alu pour la récréation. C'était les seules fantaisies que nous avions. Il faudra que j'écrive un de ces moments sur le sujet. Ce sera sur mon autre blog, celui des souvenirs et de l'entre nous soit dit. Pour le coeur, ma fois, c'est comme pour tout le monde. Merci de ta visite.

    RépondreSupprimer

La bonne affaire

  Que peut-il donc se passer sur cette toile d’Harold Harvey. Que peuvent donc se dire ces trois femmes qui semblent intéressées par la lett...