Drole de G...

Mais où va-telle ?
Pourquoi ?
N’aurait-elle pas pu choisir un autre moment ?
Mais pourquoi diable semble-t-elle si pressée ?
D’ici lundi vous aurez sans doute eu une idée.
Et peut-être en aurais-je eu une…

 devoir de Lakevio du Goût_100.jpg

Je sais bien qu'il est midi, mais on se croirait en pleine nuit. 

Pourtant j'ai promis d'aller voir Marie cette aprés midi. Il faut que je lui apporte quelque chose, une brioche, tiens, je vais apporter une brioche.
J'adore la brioche et personne ne la réussi mieux que le boulanger du bourg. Celui d'en bas, parce que celui d'en haut, on n'y va pas. Son pain est trop blanc pour nous.

  Je ne suis pas sûre que ce soit une bonne idée, avec ce vent et cette pluie, on se croirait en hiver avant l'heure. 

Traverser la Pinatèle, sous cette bourrasque avec mes hauts talons, non plus n'est pas une bonne idée, je m'en rends compte à chaque pas. Mais j'ai déjà fait la moitié du chemin et la boulangère va fermer bientôt. Il faut absolument que je me dépêche. Si seulement il passait une auto, elle s'arrêterait et me proposerait de me conduire à bon port. Tient en voilà une justement, je vais me mettre sur le côté, comme ça le chauffeur n'aura plus qu'à m'ouvrir la portière et je monterai vite fait.

 Mais.... il ne s'arrête pas, et en plus, il vient de m'asperger copieusement ! Oh ! le gougeât ! Surement pas un du pays ç'ui là, me voilà trempée comme une soupe et de la tête aux pieds ! Elle va bien se moquer la boulangère quand elle va voire ma drôle de gueule, pire qu'une vache sans corne !

Bon aller, au point où on en est, ça risque pas que quelqu'un d'autre se risque à m'embarquer ! Je vais prendre la coursière ça ira plus vite. 

Mince mais j'ai des talons hauts, moi, j'y pensais plus. Va falloir que je me déchausse pour traverser le pré. Je n'aime pas ça ! Tant pis je vais passer le pont des cauchemars, ça n'en fera qu'un de plus !

Et oui, ce n'était pas de tout repos que d'aller à la boulangerie du village chercher le pain, autrefois. Il n'aurait servi à rien d'être élégante pour suivre nos mauvais chemins. Pourtant on aurait bien aimé avoir de belles tenues comme celle de la dame du tableau, avec une jolie ombrelle rouge pour servir de parapluie. Les parapluies, c'était de grands parapluies de berger, juste assez grands pour garder les vaches et ruminer toute la matinée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

7 commentaires:

  1. Ah oui lol, se mettre sur son 31 pour aller chercher du pain, ce n'est pas une bonne idée ! ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Même à Paris, on ne se met pas sur son trente et un pour aller chercher le pain où alors, on est amoureuse du boulanger.

    RépondreSupprimer
  3. Mais qu'est-ce qu'il a, ce boulanger, pour que tu t'habilles comme ça pour une brioche ? Hmmm ?

    RépondreSupprimer
  4. Je ne sais pas pourquoi, mais je sentais que l'automobiliste allait t'arroser ! ;)
    Et puis pain ou brioche sous la pluie, ça les ramollit !
    Bisous Délia

    RépondreSupprimer
  5. Des talons hauts sous la pluie ? Des bottes auraient mieux fait l'affaire ! Quant à l'arroseur, ce doit être le boulanger d'en haut dont tu n'es pas cliente...

    RépondreSupprimer
  6. mettre des talons aiguille pour aller chercher le pain, ça ne serait pas venu à l'idée de ma grand-mère non plus ;-)

    RépondreSupprimer
  7. Des talons aiguilles ??? On n'a pas idée quand même avec un temps pareil 🤔,

    RépondreSupprimer

Derrière la vitre.

Je me demande ce qui traverse l’esprit de ces deux enfants  Bah… On le saura lundi, vous aurez des idées j’en suis sûr…     Manon et Léo con...