De coup d'éclat en coup de maitre.

Les jours se suivent mais ne se ressemblent pas. Enfin pas tous. Alors que sur le plan économique et social  nous sommes dans des zones les plus sombres, le prix du pétrole diminue pour la sixième semaine consécutive et des augmentations de prix des produits dérivés sont encore annoncées (prix du gaz, des carburants, entre autres, pompant inlassablement le budget des ménages et aggravant sans cesse la situation des plus précaires. Cette semaine se termine par une manifestation d'ampleur, non pas de la grogne, car il s'agit d'un véritable ras le bol et l'expression d'un puissant mécontentement de la part de ceux les plus méprisés par le président des riches et ses dignes accessoires, élus à la chambre des députés.  Le discours de la demie folle qui intervenait au nom de la majorité, hier sur les plateaux d'une chaine télé, tel un pantin désarticulé n 'aura convaincu personne du contraire : ce gouvernement se moque de nous. Plus  personne n'est dupe et gilet jaune ou pas, nous avons toutes les raisons d'être dans la rue, aujourd'hui, demain ou un autre jour pour que cesse cette mise à mal de nos droits, intérêts communs et ceux de notre pays tout entier. Lundi les enseignants avaient donné le coup d'envoi ( pour la semaine) car en vérité le coup d'envoi est donné depuis bien plus longtemps que ça. Les avocats, les agriculteurs, les personnels de santé, de la fonction publique, les retraités, etc, tous les maillons de notre société se retrouvent régulièrement à battre le pavé pour dénoncer les dures réalités de leur quotidien. Face à cela, mépris, insultes, arrogance et crise d'autorité sont les seules réponses du pouvoir. Une seule constante pour lui : piller les ressources communes au bénéfice d'une caste de privilégiés. Non l'intérêt de quelques puissants magnats de l'argent n'est pas compatible avec celui de la nation ni avec celui de ses citoyens.  Cette semaine se termine donc sur un coup d'éclat qui pourrait bien se transformer en coup de maitre, pour peu que chacun le moment venu, apporte sa pierre à l'édifice.

2 commentaires:

  1. Dans ta liste de ceux qui manifestent tu peux ajouter les ambulanciers. La semaine dernière ils sont restées sur le périf plus de 24h, toutes sirènes hurlantes. Et quasi rien n'en est dit.
    Pour la grève des enseignants nous étions (chiffres officiels) 10%. Alors "notre" ministre, ce sinistre, se gausse: "90% des enseignants soutiennent son travail." Il s'auto congratule en affirmant qu'il est le meilleur ministre de l'éducation nationale!!!
    J'espère que ces coups d'éclats ne seront pas des feux de broussailles. Que cela aboutisse sur un réel changement.

    RépondreSupprimer
  2. Il s'auto congratule, tu dis, ben ... Déjà ce n'est pas le genre de leur maison de ne pas le faire, alors tu penses bien qu'avec un chiffre pareil, ils pavoisent. Mais le mouvement quasi spontané des mécontents, s'il rejoignait celui des mécontents organisés, ils riraient peut moins en macronie occidentale ! Enfin je retiens surtout qu'hier les gilets jaunes n'étaient pas plus nombreux que ce que nous sommes lors des manifs de salariés à l'appel de nos organisations syndicales, la CGT,la FSU, l'UNSA et FO pour les dernières en date (le 18 octobre, je crois) et qu'on en n' a pas autant parler dans les médias. Le problème c'est que beaucoup de manifestants d'hier rejettent l'action syndicale en tant que telle, à mon avis ça ne va pas aller trés loin cette affaire.

    RépondreSupprimer

Rire aux larmes

Je l’ai repérée, voire reconnue, tout de suite. Elle m’a évidemment ramené à l’époque où je ne pensais pas à des tas de choses sans intérêt....