Mes rêves et mes illusions.

 J'aurais pu aller chez la grand mère si je m'étais prise plus tôt. Il est 14 h 30, le couvre feu m'impose d'être à la maison dès 18 h pétante. Il est donc trop tard pour tenter une expédition. Je n'irai pas non plus faire les soldes ou ce qu'il en reste car cela ne m’intéresse pas. Et pis je ne suis pas dans les meilleures dispositions n'est ce pas. Pas d'argent, pas d'envie, ça tombe bien, pas non plus de coup de coeur et surtout pas assez de temps  pour m'éparpiller en futilités. 

 Je m'égare donc entre rêve et réalité. Réalité celle qui est la mienne et me fait ce que je suis. Une femme moderne émancipée, pour ne pas dire libérée. Capable de vivre seule et d'assumer ses envies, ses rêves et surtout son identité. 

 Rêves de jeunesse qui me ferait rencontrer mon prince charmant, celui qui placé au dessus de dieu, c'est à dire pour quelqu'un de non croyant comme moi, au dessus de tout, me subjugue et me transcende au point de me rendre esclave d'une icône que je n'ai jamais qu'effleurée étant ado et n'ai, même jamais rencontrée. 

L'être suprême. Celui aux milles facettes et au visages que je lui ai attribués.

Lui conférant la tendresse, l'humilité la bonté la simplicité dont je suis sûre qu'il était pourvu. La droiture, la gentillesse et la compassion qui l'ont caractérisées. Car ça je suis sûre qu'il les avait. Preuve en sont les témoignages de gens réels qui l'ont côtoyé. Preuve en est l'image qui transparait de lui du personnage public qu'il a été.

l'homme au visage d'ange, beau comme un dieu. L'homme à la bonté divine. l'homme à la serviabilité et à la gentillesse parfaite qui sans relâche, est capable d'oeuvrer pour  une cause, pour un esprit de camaraderie, pour une aide sans faille à un héros pour qui il se sacrifie. Comme j'aurais aimé rencontrer cet homme et comme je l'ai aimé ! 

J'avais 15 ans, mon amour ne l'a jamais quitté. Même si j'ai fait ma vie. Même si j'ai vécu des aventures extraordinaires. Même  si ma vie est une existence douce et à laquelle je ne changerai rien  ni ne peux surtout, rien changer. J'aurais quand même aimé vivre à ses côtés. Cela aurait pu être puisqu'il a existé. 

 Je me dis alors que je n'ai pas de chance. Souvent en rêve à la fin de la nuit, il vient me retrouver. C'était encore hier.  A la fin de ma nuit, lorsque je m'éveillais, j'eus le souvenir de quelqu'un qui me disait " Ah,  tu es là Claude, j'étais sûr que tu viendrais. Il me pris dans ses bras Je le pris dans mas bras. Nous nous étreignîmes sans fin. Je lui murmurais à l'oreille, tout en l'embrassant, les mots les plus tendres, les plus doux, que je connaisse. Il me rendit les mêmes et nous fûmes heureux, épanouis et merveilleusement heureux. Tout cela  n'est qu'un rêve, mais correspond à une vraie envie de réalité.  Une façon de compenser ce que la vie ne m'a pas donnée. Une façon d'être heureuse et de na pas ma satisfaire du "quand on n'a pas e que l'on aime, il faut aimer ce que l'on a.

Ce n'est pas tant que je n'aime pas ce que que j'ai, c'est surtout que j'aime ce dont je rêve et que je n'ai pas.

12 commentaires:

  1. Bonjour Délia
    ton texte fera forcément écho en beaucoup d'entre nous, femmes, mais si les hommes en parlent moins, ne sont ils pas eux aussi déçus sans que l'on s'en rende compte ?
    Pour preuve le nombre de plaisanteries (douteuses) quand ils prétendent que leur femme est devenue comme leur belle mère (ce n'est jamais un compliment)

    là où je te rejoins par contre, c'est que j'ai connu beaucoup d'hommes charmants avec tout le monde, et donnant une image d'eux qu'ils ne réservent jamais à leur femme !

    Bisous et bonne journée

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Ambre, c'est vrai ce que tu dis. Gardons nos rêves, au moins eux ne nous déçoivent pas et on peut en faire ce que l'on veut.
    Bonne journée à toi.

    RépondreSupprimer
  3. La vie à deux, c'est compliqué...
    Il n'y a que dans les rêves que cela fonctionne comme on le souhaiterait.
    Je ne rêve pas éveillée,j'ai compris que tout est beau au début, et puis cela s'émousse...
    Bisous ensoleillés Délia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Fabie, c'était un rêve pour de bon ! Je m'inquièterai quand je rêverai que je suis une princesse !

      Supprimer
  4. La perfection n'est pas de ce monde.....Alors il faut savoir s'adapter. J'ai une longue expérience de la vie de couple et il m'a fallu beaucoup de temps pour comprendre qu'il faut accepter l'autre tel qu'il est et non pas vouloir qu'il soit selon nos désirs.

    RépondreSupprimer
  5. Je suis mariée depuis longtemps, j'ai eu beaucoup de chance, il était souvent absent, le prince charmant n'existe que dans les rêves.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as eu beaucoup de chance, c'est sûr. Mais s'il en avait été autrement, tu ne serais pas restée à le supporter, enfin j'imagine.

      Supprimer
  6. Le Prince Charmant, c'est comme Blanche Neige.
    Ça existe par moment, pas tout le temps hélas...
    Comme disait Balzac : "Il est plus facile d’être amant que mari, par la raison qu’il est plus difficile d’avoir de l’esprit tous les jours que de dire de jolies choses de temps en temps."

    RépondreSupprimer
  7. Chez blanche neige, ce que je préfère, c'est les nains !

    RépondreSupprimer
  8. Ah ben avec 7, y a bien de quoi faire tout de même et nous ne serons pas trop d'être deux !

    RépondreSupprimer

La bonne affaire

  Que peut-il donc se passer sur cette toile d’Harold Harvey. Que peuvent donc se dire ces trois femmes qui semblent intéressées par la lett...