Le ciel et la mer

Phrase à insérer :"Le silence éternel de ces espaces infinis m'effraie"


Je ne suis pas marin. Je ne suis pas capitaine. J'aime les grands espaces où je peux me promener tranquille, mon chien à mes côtés, mon esprit vagabonder et mon âme se libérer. Souvent par la montagne, j'explore ces lieux singuliers. J'écoute la symphonie du chant d'oiseaux et les cascades murmurer. Parfois un rapace prend son envol sur les cimes de nuages parsemées. En bas dans la vallée, mille et une choses dont l'écho me parvient meublent le silence. Qu'il est bon de rêver. 
Quand je viens à la mer, j'aime le bruit des vagues qui s'écrasent sur les rochers. Du haut de la falaise, je contemple le sable à la basse marée. Mon regard cherche à percer le bout de l'horizon. Il arrive qu'il s'y perde et le silence éternel de ces espaces infinis m'effraie. Je n'ai jamais navigué en mer mais il me semble que là se trouve un grand mystère, tout au fond de ces flots.  Imprégnés de la vie de tant d'hommes, vaillants marins et rudes capitaines endormis à jamais dans un tombeau d'écume. Ensevelis par bien des nuits sans lune. Je ne sais pas pourquoi, les profondeurs marines demeurées insondées m'attirent comme un aimant. J'ai peur de glisser sur les rochers mouillés. Que mon pas se perde au pied de ces  falaises où la mer intrépide viendrait me chercher. Il y en moi comme une obsession de tous les phénomènes encore inexpliqués. Je ne peux détacher mes yeux des lignes lointaines où les gris-bleus se confondent, entre la vie et la mort, entre les deux profonds de  la mer et du ciel qui bientôt m'aspireront.

11 commentaires:

  1. Encore...
    Tous le monde va à la plage dès qu'on parle d'espaces infinis... ;-)
    Mais tu le dis bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Euh ? il me semblait avoir sous les yeux un paysage marin mais je parle aussi de la montagne où les espaces infinis sont tout aussi impressionnants et enchanteurs !

      Supprimer
  2. Ton texte est magnifique Délia... J'aime imaginer ton narrateur se perdre dans l'infini de la mer...

    RépondreSupprimer
  3. Se perdre ? Pourquoi se perdre ? J'ai peur de l'eau mais elle m'attire, je ne vais jamais plus loin que le bord !

    RépondreSupprimer
  4. Je vous lis, vous parlez de mer, de montagne, et je parle de désert, finalement, on est toutes diverses, c'est bien.

    RépondreSupprimer
  5. Un très beau poème, Délia. Merci pour cette émouvante lecture.

    RépondreSupprimer
  6. entièrement d'accord, la montagne ou la mer sont grandioses et pas du tout silencieuses :-)

    RépondreSupprimer
  7. Un joli texte !
    La mer ou la montagne, des horizons différents c'est vrai et tout aussi beaux. Pour ma part j'ai besoin des deux :-)

    RépondreSupprimer

  8. On voyage dans l'espace pour l'explorer, mais on ne sait pas descendre dans les abysses, ou paraît-il cela fait un bruit assourdissant !

    RépondreSupprimer
  9. La mer est pour moi un spectacle qui m'a toujours fascinée... Nous avons eu une maison à la mer pendant plus de cinquante ans et le bruit des vagues la nuit (nous dormions les fenêtres ouvertes sauf l'hiver) était comme une musique. J'ai dû m'en séparer, n'ayant plus la force de l'entretenir... Mais il reste les souvenirs !

    RépondreSupprimer

Non lieu ? Si puisque je vous le montre.

 Cette semaine mouvementée se terminant sur un non lieu, c'est à dire sur un nul part autre qu'à la maison, j'ai tout loisir de ...