Adieu sur Rendez vous

Lundi 18 décembre, 7 jours avant Noël,  7 h 30 , je me lève, j'ouvre le volet de la cuisine. Il fait encore nuit.
A l'étage, la Ponette s'active, plus que quelques minutes, elle va rejoindre son boulot. Dehors, il pleut.
Chaussette à la fenêtre demande à rentrer. Il n'aura pas franchi le seuil que déjà il demandera à ressortir.
8 heure, je déjeune, une ou deux biscottes.
Biscotte, dans son carton respire calmement. Le Patou se lève et déjeune à son tour. Il prend ses médicament et va se reposer (les médocs le fatiguent beaucoup, et c'est lourd).
Je m'affaire dans la maison. Je lis quelques blogs. Je réponds. Je poste, le train-train habituel, mais pour tromper le temps. 11h,  j'ai rangé du linge, trié des papiers, allumé du feu dans la cheminée, la Plume s'active et éparpille tout ce que je m'efforce de rassembler. La matinée est si vite passée !
Midi, l'heure de passer à table, quelques restes de la veille, bien vite chauffés. Je n'ai pas faim.
Je ramasse un dernier pipi.  Je nettoie en vitesse, un coup de serpillère "à la Patou", je ferai le ménage en rentrant tout à l'heure. Chaussette en voyant le balai se sauve, il est peureux comme tout ce chat. Bientôt, ils ne seront plus que cinq. Ils ont cette perception des choses graves en même temps qu'une bienveillance envers les êtres qu'ils sentent en souffrance. La Plume qui jouait avec Biscotte, à son arrivée, voici 2 mois, ne sait quoi faire pour la réconforter. Toute penaude, elle vient régulièrement près d'elle et la renifle, lui prodiguant de douces paroles. Parfois, en entendant ses pleurs, elle reste interdite et la regarde d'un air malheureux et suppliant.
Je m'approche de Biscotte et la caresse. Sa maigreur me fait frémir. Je ne l'avais pas trouvée si maigre hier quand je l'avais remise sur son coussin, près du radiateur, alors qu'elle était perdue au milieu de la pièce. Elle a encore dépérit depuis hier.
Une dernière concertation pour Biscotte. On la récupère ou pas ? Et sinon, on la met où ? Il pleut, la terre est meuble. Mais il fait froid.
Dans le jardin où elle aime aller, auprès des autres. Dans la glaise.
Le Patou a de la peine. La ponette aussi. Trouver une place parmi les siens où je mettrai mes pokémons* (penstemon) mais je ne me souviens jamais de ce nom alors, pokemeon c'est très bien !
et mes anémones pour égayer son coin. A l'ombre du pommier, elle restera pour l'éternité.
13 h, repas vite avalé, quand rien ne peut passer.  Je me prépare, on n'est jamais vraiment totalement prêt.
14 h un rayon de soleil traverse les nuages. J'aperçois au dessus un peu de ciel bleu. La pluie a cessé.
Le ciel pour elle a entr'ouvert sa porte. Il n'y a plus qu'à la pousser. Un tout petit peu, encore.
Une dernière caresse, un mot gentil, bientôt, tu ne souffriras plus. Bientôt, par ce passage étroit que tu entre vois là haut, il y aura parmi les astres, un nouveau chat.

15h 40   Le liquide létale a fini son effet. Ta pupille dilatée se fixe sur l'éternité. Adieu, tout est fini.

Nous avions avec toi, parcouru un long chemin pavé d'embuches.
Tu te souviens quand tu pissais après les brayes du vieil empereur qui était ton copain ?
Tu te souviens quand tu as mordu le Patou qui ne pouvait s'empêcher de te déranger dans ton repos ?
On venait juste de t'enlever ton oreille malade et tu souffrais. Lui pour te manifester son affection, te caressait. Ne comprendrons nous jamais la souffrance quand elle ne se manifeste pas par des plaintes et des gémissements ?
Tes derniers jours ne furent pas pavés de douceur. Percluse de douleur, tu ne savais comment  te comporter. Alors prise de panique, tu te mettais à miauler si fort que la petite Plume ne savait plus où passer. Quand on t'a  récupérée dans ce lavoir boueux où tu avais sauté, on a compris qu'il ne fallait pas continuer.Tu tremblais si fort, et tu hurlais, comme une bête à l'agonie,  traqué par par son prédateur. Les tiens s'appelaient "angoisse, douleur, et peur panique. Pressentiments ?
Ne m'en veux pas Biscotte, la décision si dure soit elle, ne pouvait plus se discuter,  ne pouvait plus se différer.
Alors adieu, repose enfin en paix.
Dans le ciel redevenu presque serein, le soleil éclaire désormais tes lendemains.

   

8 commentaires:

  1. Ce sont des moments difficiles, des décisions lourdes. Mais la seule échappatoire...

    RépondreSupprimer
  2. Oui, tu as raison.l'attachement qu'on leur porte peut nous faire retarder le moment, nos croyances aussi et le poids qu'elles ont sur notre conscience, aussi. La vétérinaire m'a dit "c'est un acte d'amour de les aider à s'en aller". Je n'ose pas penser pour les humains. Merci pour tes mots.

    RépondreSupprimer
  3. Si j'avais les mots pour te dire à quel point cela me rend triste...
    Si je pouvais trouver quelques mots pour t'accompagner je le ferai.

    Et pourtant, dans ces moments de deuil... de séparation... je n'ai que des mots pour tenter d'être présente...
    Car le reste... c'est toujours le temps qui aura son dernier mot...

    RépondreSupprimer
  4. Je sais. Mais tu vois, le plus dur c'est d'accepter de l'avoir aidé à partir. Cela a été beaucoup plus difficile pour Vénus. On est mal après, mais dans 2 ou 3 jours, ça ira mieux, on se fait à tout finalement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'imagine... J'imagine...
      Je peux en avoir les larmes aux yeux rien qu'en imaginant devoir le vivre et faire ce choix déchirant pour Pixie... alors qu'elle ne fait plus partie de ma vie depuis quelques mois...

      Supprimer
    2. C'est normal, Pixie comptait beaucoup pour toi. Reviendra un jour le temps de refaire un bout de chemin avec elle ou avec quelqu'un d'autre. Ce n'est jamais simple pour quelque transition que ce soit. Courage ma July, bises très fort.

      Supprimer
  5. Je suis désolée et étrangement, il y a trois chats qui sont partis ou vont partir comme ça ces derniers jours dans mon entourage, ça a commencé par le chat de ma soeur, elle avait repoussé tant qu'elle avait pu mais elle l'a laissé partir lorsque le chat a passé toute la nuit à pleurer, ma sœur ne savait plus quoi faire ... Aujourd'hui, c'était le chat de mon avs, lui aussi a été maintenu tant qu'ils ont pu, mais la souffrance était trop grande aujourd'hui. Et ma collègue va certainement devoir le faire aussi ces jours-ci, son chat est de plus en plus malade.
    Pour ma soeur, le vétérinaire n'a pas été sympa car il l'a culpabilisée en lui proposant de nouveaux examens pour voir si le chat souffrait d'un cancer et peut être de l'opérer... Du coup elle s'est sentie coupable d'avoir choisi de l'euthanasier alors que son chat avait 16 ans et ne faisait que maigrir, 2kg400 !
    Moi, je pense qu'elle a fait le bon choix, son chat souffrait, je pense que c'était pareil pour toi. Si on peut leur épargner des souffrances inutiles... Et puis, il paraît que les chats ont neuf vies, ils sont donc en train d'entamer la suivante ! ;) Même si on a du chagrin... :(

    RépondreSupprimer
  6. C'est bien "pas l'année des chats !" J'en ai perdu 2 en l'espace de deux mois. 2 de mes soeurs ont perdu le leur récemment aussi. Par contre, j'ai la chance , car c'en est une, d'avoir une super véto. Vénus, la petite qui avait 5 ans souffrait d'insuffisance rénale, nous avons été jusqu'au bout, le plus loin possible avec elle. Je la voyais souffrir et me disais : il faut abréger, là, mais j'étais confrontée à intercompréhension de mon entourage qui refusait de voir son état. Il a fallu convaincre et nous battre en même temps mais ses souffrances étaient telles que nous avons admis de franchir le pas. Pour celle là c'était différent, elle était grabataire. L'entendre hurler en perdition, nous a très rapidement conduit à la raison.
    Pour ta soeur, je trouve la réaction du vétérinaire assez inhumaine. On ne s'acharne pas sur une bête de cet age, car cela ne sert à rien. Mais les hommes de science ont souvent les défauts de leurs qualités : ce sont des techniciens de la vie, alors il font tout pour la préserver. Par contre, ils ne se mettent pas toujours à la portée ni à la place de l'entourage de la victime, c'est sûr que raisonnablement, ce chat de 16 ans, n'avait pas beaucoup de jours heureux devant lui. Je crois que ta soeur a pris la bonne décision. La mienne, en avait bientôt 14. C'est une moyenne, je pense. e crois aussi que pour eux, c'est une délivrance avant tout. Ce qui m'a gêné le plus, moi, c'est d'avoir à disposer d'une vie qui n'est pas la mienne. Mais comme tu dis s'il est vrai que les chats en ont neuf, nous ne pouvons que leur souhaiter une prochaine qui soit meilleure. Je trouve dur aussi , pareil pour les humains qu'on devrait partir dignement et dans la sérénité, sans souffrance avoir le sentiment d'avoir accompli son destin. Malheureusement, c'est rarement le cas et ça me rend triste. En tout cas, merci de tes mots. Amitiés.

    RépondreSupprimer

D'un 21 septembre ...

... Je ne retiens que toi. Tu es ma source, mon flot et ma rive. Te dire ici les mots, je ne sais pas.   33 ans déjà. Le temps passé si vi...