Quai des brumes

Le temps est bas ce matin. La pluie va-t-elle enfin venir ?  Si elle ne vient pas, j'irais me promener le long des quais, histoire pour moi d'évoquer de jolis moments que je tiens nostalgiquement serrés en mon coeur. C'était du temps où ...

un dimanche après midi, le 6 janvier 2013.  La Ponette et moi avions raccompagné son frère à son covoiturage, retour des vacances de Noël. Le coeur brisé de devoir laisser repartir celui qui deux semaines durant, nous avait donné tant de joie.... nostalgie des bons moments. J'avais évoqué pour elle le temps où le long de ces marais, en plein coeur de ville, il y avait des près. Quatre vaches y pâturaient. Deux Normandes, une rousse Limousine à la tête blanche et une noire barrée. Je les voyais de ma fenêtre et le dimanche j'allais les voir de prés. Plus loin de gros marronniers bordaient une allée. A l'automne, j'en ramassais. Une fois j'en ramassais tant que je décidais de les faire porter à maman, par ma soeur venue me visiter. J'ignorais que ces fruits sont propre à rien. Quand je revins quelques temps après,  je fus mise au courant de leur toxicité. Tant d'efforts pour rien, trainés en train puis à pied ! quel courage !
Aujourd'hui les jardins ont remplacés les près. Les vaches ont disparues depuis longtemps, seuls quelques moutons entretiennent encore un espace réduit au bord d'un chemin de promenade que nous avons toujours plaisir à emprunter





La centrale électrique du bord de Vienne qui dénature le marais se mirait dans l'eau ambrée

 L'horloge de la gare marquait 16 h, et la nuit se profilait.
Où un soir d'été, quand nous venions profiter de la fraicheur de la tombée de nuit en flânant le long des quais.
Printemps, été, et puis automne, chaque saison s'égraine au fil de l'eau où se reflète le regard du promeneur, changeant selon le temps, l'humeur ou le hasard qui l'a poussé là, à la méditation.















2 commentaires:

  1. Il est beau ton coin, tu nous donnes envie de promenade avec toi.

    RépondreSupprimer
  2. chic! je ne me promènerai plus toute seule ! et pourquoi pas ?

    RépondreSupprimer

Spleen (le jeune)

 Pas bien facile d'écrire en ce moment. La vie qui vient la vie qui va. Souvent la même avec ses enchantements ou pas. Il faut bien dire...