Nouvelles d'hier

Je suis sortie faire deux trois courses. Nous n'avions plus de gaz ni de pain. J'en ai profiter pour prendre quelques bricoles à la supérette du coin. Les rayons étaient bien achalandés. Peu de monde à l'heure où je suis allé. Comme je n'avais pas besoin de pâtes, ni d'oeuf, ni de papier absorbant ni de toilette, pas plus que de farine, d'huile ou de sucre, je ne pourrai vous dire s'il y en avait, bien que du sucre, j'ai vu en passant devant le rayon qu'il n'en manquait pas. Par contre des gens dans les rues faisaient leur promenade. Tout comme le fils du voisin qui est venu nettoyer sa voiture. Sa tante était venue les jours d'avant, ramasser des brins d'herbes ou des fourmis, je ne sais pas. Si je vous dis tout ça, c'est pour vous montrer que malgré que le confinement nous soit ennuyeux et pénible, malgré que la solitude des personnes âgées soit lourde, malgré que les soignants et les hôpitaux croulent sous le poids terrible de la crise sanitaire, d'autres vivent bien et continuent de narguer le monde qui s'effondre.
Il ne faut rien attendre du civisme des gens. Il y a des phénomènes identiques ailleurs.
Je me souviens trés bien de l'attitude lors de la tempête de 1999,  de ces mêmes voisins. Le père et la mère de ceux dont je viens de vous entretenir. Cette tempête avait fait des ravages,  le Limousin fut une des régions les plus touchées. La moitié de sa forêt était par terre. Il n'y avait plus ni téléphone, ni électricité pour notre part nous somme resté 3 semaines sans chauffage, nous éclairant à la bougie, chauffant l'eau sur la gazinière dans une grande lessiveuse, nous chauffant à la fortune d'un poèle à mazout  pendant que  ces ladres munis d'un groupe électrogène regardaient la télé le soir et dévalisaient la journée,  la parcelle  qui ne leur appartenait pas, bien entendu !) voisine dont le bois de chêne n'avaient pas résisté.
Nous avons dû jeté tout le contenu de notre congélateur,  les enfants ont vécus comme dans l'ancien temps, à l'époque de leurs arrières grands parents, ce ne fut pas facile pour eux. L'inquiétude du lendemain était présente à chaque instant. A l'école, au collèges ils étaient confrontés à la réaction de certains enseignants peu compréhensifs, de leur camarades parfois, peu ou pas touchés.  De ce temps je garde malgré tout un souvenir d'humanité. Est ce ma nature profonde qui ne me fait garder que le positif ? Est ce mon état d'esprit plutôt optimiste qui me préserve ?  Nous avons rencontré des solidarités extraordinaires. Des collègues nous ont lavé du linge, d'autres nous ont proposé leurs douches, la population s'est trés largement mobilisée pour relever le réseau électrique et téléphonique, pour déblayer les routes, venir en aide aux plus infortunés.  Mais 2 ans plus tard, le front national faisait une percée lors des élections présidentielles. Alors faut - il croire qu'au lendemain de cette crise dite du corona virus, le monde sera plus humain ? Où bien l'avidité  décuplée par la privation et l'individualisme sera -t- elle  pire ? Alors que les déclarations de la caste au pouvoir se multiplient sous forme de bourdes, si ce n'est de provocations   (voir les propos tenus par la porte parole en marche au sujet des enseignants). Alors que l'incompétence et les atermoiements  en matière de gestion de la crise sont mis à nu et que leur responsabilité est lourde,  dans les réformes et restructurations qui ont mis les services publics et de proximité, en particuliers les hôpitaux et services de santé dans l'état que nous voyons,  la côte de popularité du président et de son premier ministre ne cesse (soit disant) de progresser à la vitesse du virus.
Frappé par la crise économique qui va suivre, amplifiée par une régression sociale dont le premier ministre et le gouvernement nous annoncent déjà la couleur, le monde des exploités et des rien du tout que nous sommes va-t-il enfin se réveiller ? Suite au prochain épisode. Le monde est si plein de contradiction.

11 commentaires:

  1. Je crois malheureusement que le monde ne va pas changer, il suffit de penser aux 17% de parisiens qui sont allés propager le virus ailleurs.
    L'homme est un animal dont la terre n'a pas besoin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais ce que je crois HB, le pourquoi on a laissé les parisiens quitter la capitale ? Tout simplement pour dispatcher les parisiens malades dans toute la France. Ils se sont dits que ça fera moins de malades à soigner...Je ne vois pas d'autres raisons. On dit que la plus grosse vague n'est pas encore arrivée sur Paris, ça fait peur...Ma belle-soeur me disait que ses petits enfants descendaient jouer au ballon au bas de leur tour du 13e...3 garçons, ça doit être dur à gérer..même si ma nièce, prof sait gérer les enfants.

      Supprimer
    2. C'est tout a fait vrai Heure Bleue ! la terre n'a pas besoin de ce prédateur. Mais il courre à sa perte et ne le sait pas.

      Supprimer
  2. Mon mari est parti faire les courses au supermarché du coin. Il y va une fois/semaine...Je lui ai fais 1000 recommandations...Tu sais ce qu'il a pris pour désinfecté la barre du caddy, un sachet d'eau de toilette, vu que nous n'avons plus de lingettes...Oui, je suppose que l'eau de toilette fait au moins 60°, pas vu sur le sachet…
    Tu sais ce qui m'inquiète, entre autre, c'est la loi qui va passer pour obliger certaines catégories de travailleurs à bosser 60h/semaine et ce 7j/7 et ce, jusqu'à la fin de l'année. Pourquoi la fin de l'année, là, je ne comprends pas. J'ose croire qu'on sera sorti du confinement…
    Oui, à chaque jour ses nouvelles contractions...

    RépondreSupprimer
  3. Zut, les fautes, je ne m'étais pas relue...désinfecter, ai fait...

    RépondreSupprimer
  4. Laisse tomber les fautes, je ne les vois même pas. Pourquoi jusqu'à la fin de l'année, parce que la durée du temps de travail est annualisée. Mais surtout parce qu'il ne faut pas que les actionnaires en pâtisse de cette 3eme guerre mondiale. Et puis une fois qu'on aura fait la démonstration qu'on est capable de survivre à un tel régime, on continuera aprés. Faut bien rattraper le temps perdu. De toutes façons si le monde du travail ne se mobilise pas plus que ça, il n'y a pas de raison que l'appétit des financiers s'amenuise.

    RépondreSupprimer
  5. Je viens de lire qu'un magasin d'alimentation bio, va fermer car ils en ont marre de voir des gens venir plusieurs fois par jour, et d'autres tous les jours !
    La propriétaire ne veut plus mettre en danger son personnel, ni "jouer au gendarme".
    Comme d'habitude, ceux qui respectent les consignes vont pâtir à cause des sans gênes !
    Ce matin, zhom a fait des courses dans deux petits magasins proches de chez nous, boucherie et vente de produits de la ferme, et bien des clients se sont comportés comme si tout allait bien, prenant un temps fou pour discuter, les commerçants n'osant rien leur dire...
    On lui a dit que dans une heure, il y aurait des asperges, il a répondu qu'il ne trouvait pas nécessaire de revenir, on en mangera la semaine prochaine, voilà tout.
    Bref, on n'est pas prêt de se sortir de tout cela compte tenu du comportement irresponsable de nombre de nos congénères !
    Sinon, je viens de voir mes petits en vidéo, un grand bonheur !
    Je t'embrasse Délia ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens, Fabie tu donnes de l'eau à mon moulin en parlant des irresponsables…
      Tout à l'heure, nous avons eu quelqu'un de la famille au téléphone qui nous disait que X de la famille allait plusieurs fois/jour à l'épicerie de son quartier pour acheter une bricole, pour prendre l'air qu'il dit.. ..Dans la soirée, ils se réunissent entre voisins pour l'apéro.. Je l'aime beaucoup X, mais là, faut pas pousser...
      Tiens, c'est comme des voisins à nous..Un a amené à ses voisins des fromages accompagnés de ses enfants, me demande s'ils n'ont pas bu aussi l'apéro...C'est du n'importe quoi.
      Après avoir vu le reportage sur la Une à 19h15 qui suivent des gens un peu partout en France, tiens, comme les habitants de Belle Ile en Mer (Belle Ile en Mer qui compte ses 1ers corona) je suis écoeurée par le comportement des gens qui font du n'importe quoi..
      Ma fille qui bosse, n'a jamais autant bossé (après ça, on dit que les enseignants n'en branlent pas une, merci madame la ministre) garde les enfants des personnels hospitaliers, qui demande à ses enfants de ne plus sortir, respecte tout à la lettre et on voit que dans sa propre famille, y'a des irresponsables. Je me demande si, au risque de me fâcher avec eux, je ne vais pas leur dire leurs 4 vérités..J'avais les yeux brouillés quand, dans le reportage, l'infirmière de l'hôpital d'Annecy apprenait la mort d'un père à un fils, à qui elle disait qu'il fallait qu'il vienne vite s'il voulait dire adieu à son père, mais, c'était trop tard pour le voir vivant..hôpital d'Annecy qui ne peut se résoudre à interdire les visites quand arrive la fin ou quand les gens sont morts..
      bIS

      Supprimer
  6. Bonjour Fabie, je me dis que je ne vais pas continuer à prendre des risques, depuis le milieu de l'aprés midi, je tente les drives, ce sont mes douze travaux et mon exercice de la journée. Toutes mes tentatives se révèlent infructueuses ! Bonne fin d'aprés midi. je t'embrasse moi aussi.

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour Délia et toutes les amies
    juste un petit mot pour que tu saches, hôtesse de ce blog, que je t'ai lue ainsi que tous les commentaires...
    je vous souhaite plein de courage
    gros bisous

    RépondreSupprimer
  8. Coucou Ambre, Il va falloir tenir. c'est un peu compliqué de se dire que tout ce temps qui nous est volé ne reviendra pas. Bisous.à bientôt. Ici ou ailleurs.

    RépondreSupprimer

Non lieu ? Si puisque je vous le montre.

 Cette semaine mouvementée se terminant sur un non lieu, c'est à dire sur un nul part autre qu'à la maison, j'ai tout loisir de ...