Le marin et la demoiselle.

C'était un marin de passage
Errant la nuit dans les ruelles.
Quand il la vit dans son corsage,
Il succomba à l'étincelle
Qui fait d'une fille sauvage
Naitre un amour éternel.
Derrière le fin voilage
Un  papillon déplie ses ailes.
On dit qu'à l'abordage
Il vole vers une demoiselle

22 commentaires:

  1. Qu'il garde en tête le vieil adage
    Et se méfie de la chandelle !

    Bel exercice, chouette comparaison !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Joe j'étais entrain de répondre à ton message quand Heure Bleue a posté le sien, ce qui a produit une interférence ! oui je suis romantique !

      Supprimer
  2. Et le papillon va se brûler les ailes, chouette devoir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Interférence avec le message de Joe, c'est possible que le papillon se brule les ailes, l'histoire le dira. De toutes façon, un amour à la chandelle, dans une sombre ruelle ne peut être que comme le papillon, éphémère !

      Supprimer
  3. Oh tu sais, je suis une romantique et je me fais toujours avoir !

    RépondreSupprimer
  4. Comme c'est joliment dit! Doux et emporté à la fois!
    Tu es une romantique, toi, non? ;-)
    Joli poème!

    RépondreSupprimer
  5. Réponses
    1. Si j'en juge par nos commentaires d'hier AU MÊME MOMENT, ne dirait-on pas qu'il y a eu synchronicité? :-)

      Supprimer
  6. Très bien narrée
    Cette situation
    -----poétiquement orchestrée tes phrases
    Une plaisir de te lire
    @ bientôt

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci d'être venue ici pour m'encouragée. A bientôt Rose.

      Supprimer
  7. Brave marin dans le ruelle, le coeur pris par une demoiselle... J'adore ! Chouette rentrée, Délia !

    RépondreSupprimer
  8. J'ai ce matin la confirmation de ce que je soupçonnais depuis quelque temps : vous êtes deux Délia à rendre visite à la Bourligueuse ! Toi qui vis avec les hirondelles et les paillons, et une autre qui semble avoir des lunettes sombres pour voir la vie.
    Ton poème est réusssi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La face cachée, recto verso, Gwen ! je suis nombreuse parfois !

      Supprimer
    2. Tout dépend en effet sur quel blog je suis connectée, ici c'est blogger et les hirondelles, ailleurs, entre nous soit dit, (depuis peu) c'est canal ;

      Supprimer
  9. Rentrée poétique et romantique, j'aime !
    (bon... j'ai encore pas compris quel est ton autre blog ?!)
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Praline, je suis ravie que ce poème te plaise. L'autre blog se veut plus intimiste, il s'intitule "entenousoidit" et se trouve à deux pas de chez toi, sur canal blog. Il est ouvert à tous depuis la fin de semaine passée. Tu viens quand tu veux ! bonne soirée à toi.

      Supprimer
  10. Bonjour Très joli ce petit poème, bravo.

    RépondreSupprimer
  11. Merciiiii ! belle journée à toi (ici il pleut à seaux mais c'est pour laver la trace et l'odeur des chiens et autre chose aussi !

    RépondreSupprimer

Spleen (le jeune)

 Pas bien facile d'écrire en ce moment. La vie qui vient la vie qui va. Souvent la même avec ses enchantements ou pas. Il faut bien dire...