La rentrée des classes.

À la demande générale de Gwen toute seule, le devoir de Lakevio du Goût reprend du service.
C’est la rentrée, lectrices chéries.
La rentrée, ce sont des rencontres.
La rentrée, c’est la fin des vacances.
La rentrée, ce sont des séparations.
Cette toile de Mr Balding me dit quelque chose.
Mais quoi ?
Et à vous ?
Que dit-elle ?
Que vous inspire-t-elle ?
S’il vous plaît, lectrices chéries – et lecteurs -, dites le à tous lundi prochain. 




C'est la rentrée aujourd'hui et j'ai pas envie. Ceci comme toutes les rentrées et depuis toujours.
 Fini nos petites rencontres le soir au clair de lune, tout prés du vieux muret. 
Ludo venait s'assoir avec moi le temps d'une cigarette. Nous échangions nos réflexions sur la tristesse de ce monde, nos impressions sur la beauté des choses et nos illusions sur la capacité des hommes à retenir de leurs erreurs pour ne pas les recommencer.
 De temps en temps soeurette, son chiffon à la main,  passait sa tête dans entrebâillement de la porte, sur les recommandations de maman et vérifiait que nos échanges n'avaient rien de plus que de philosophiques. Elle ne savait pas bien sûr que pour nous les choses sérieuses commençait toujours aprés l'extinction des lumières, une fois que bercée dans ses rêves elle ne pouvait plus rien cafter. 
Je rentrais sur le coup des 21 heure, Ludo faisait semblant de repartir dans son quartier; Toute la maisonnée rassemblée et maman rassurée, chacun rejoignait sa chambre. C'est aprés 22 heure que tout pour moi commençait. Ludo réapparaissait, faisant crisser légèrement le gravier sous son pas et moi je descendais. Nous nous embrassions au pied du gros platane et sur le banc de pierre.... chut, c'est un secret !
Tous les jours depuis deux mois, se répétait le même scénario ou presque. 
Demain sœurette retrouvera les bancs de son école, pour elle les choses sérieuses vont commencer, c'est le CP,  pour  moi c'est la dernière année au  lycée et pour Ludo, la faculté. 
J'avais un devoir à faire pour lundi, c'est ce sadique de prof de français qui nous l'avait infligé mais je n'ai pas eu le temps. Vous pensez bien que pendant  tout ce temps j'ai eu bien d'autres chats à fouetter !


12 commentaires:

  1. Un très chouette devoir malgré ton déménagement musclé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui le déménagement fut musclé mais cool et nous avons aussi bien rigolé ! mais bon pas tous les jours hein, le dos n'aime pas trop !

      Supprimer
  2. Tu as fait un autre devoir,
    Et attendrissant.
    Ce n'était pas vraiment un devoir que faisaient ces deux jeunes gens, un devoir pas contraignant du tout, ce n'est pas un devoir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Justement, la jeune fille ne l'a pas fait son devoir de rentrée, elle a préféré celui là et elle a bien eu raison !

      Supprimer
  3. Je savais bien que la petite attendait le bisou pour cafter :)
    Pour quelqu'un qui a fait son devoir, sans en avoir le temps, tu as bien bossé.

    RépondreSupprimer
  4. Une très jolie histoire, très tendre.
    J'aime beaucoup!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu trouves ? Je trouve aussi que l'image inspire la tendresse.

      Supprimer
  5. Mais alors... qui a donc rédigé ce devoir infligé par le prof sadique et que je trouve si réussi ?

    RépondreSupprimer
  6. sadique, le prof de français? non mais hé ho ;-)

    RépondreSupprimer
  7. Il y en a, il y en a.. si j'en juge mes propres expériences, je serais même tentée de croire que les autres sont exception. Mais je me raisonne je sais bien que non !

    RépondreSupprimer

Spleen (le jeune)

 Pas bien facile d'écrire en ce moment. La vie qui vient la vie qui va. Souvent la même avec ses enchantements ou pas. Il faut bien dire...