Bas les masques.


 Bien que nous soyons le 1er mai, jour chômé par excellence, je vous propose ce devoir pour lundi.
Magritte avait eu vent du « Covid-19 » j’en suis sûr.
Les amants qu’il a peints en sont la preuve.
Quelle sensation peut laisser un baiser quand on respecte les « gestes barrière » ?
Imaginez donc la chose.
Tentez-la.
Puis supputez ou racontez l’effet du coronavirus sur ce baiser.
Surtout un baiser « protégé » de cette façon…
À lundi…






 Je suis hors sujet, je le sais bien, mais je n'arrive pas à imaginer un texte sur ce baiser masqué. Je ne sais pas embrasser en respectant les gestes barrière, je n'ai pas les bras assez longs pour que la distance d'un mètre soit homologuée. Je suis d'accord pour les rapports protégés et reconnaitre leur effet contre le sida, par exemple, mais de cette façon, je ne sais pas. Pauvres amants, où en êtres vous réduits ! Quelle tristesse de voir l'amour relégué à un tel niveau  et considéré comme une peste répugnante, avouez que ça donne pas envie ! et puis s'aimer à l'aveugle ! non mais ! même si  et indépendamment de toutes ces considérations, je refuserais ! heureusement, j'ai passé l'age de batifoler.

Donc et comme c'est quand même de circonstance, voilà ma contribution.

En ce temps maussade mais pas rose, chacun avançait la tête dans le sac. Les enfants pour jouer à chat, au ballon prisonnier et à colin maillard suffoquaient sous leur enveloppe qui  empêchait toute visibilité. Ils se heurtaient entre eux, se bousculaient, si bien que le maître horrifié dut interdire les récrés. Au bout d'une demie journée, la cour ressemblait déjà à un champ de bataille. L'infirmerie débordait de blessés et les assistantes ne savaient plus où donner de la tête. Ce fut l'unique jour d'école de l’après rentrée déconfinée,  mais pas décontaminée, car non seulement la pandémie  reprit de plus belle, mais plus aucun parent ne consentit à renvoyer son enfant à la guerre.

Pendant ce temps, les adultes sommés de reprendre la chaine de production, durent s'organiser. On fit appel à la légion pour renvoyer les papas au travail pendant que les mamans harnachées jusqu'à la pointe des cheveux furent cloitrées à la maison.
La misère devint rude. Les accidents du travail mortel  se multiplièrent. La charge des hôpitaux explosait une nouvelle fois sans que personne ne put rien faire que d'assister à ce carnage organisé.
Mais Michel Edouard et ses amis étaient ravis, leur petit commerce redevint prospère grâce au produit fructueux de la vente de masques de contrebande, que les survivants s'arrachaient à la place des produits de première nécessité.
L'industrie automobile put réussir sa reconversion, puisque plus personne n'était autorisé aux sorties motorisées, grâce à la production de  précieux outillages de protection métallisés.
Les maisons de retraite où les résidents mourraient faute de soin et d'ennui voyaient leurs services réquisitionnés pour la garde d'enfants orphelins et ou que les parents ne pouvaient plus garder.
Le ministère de la Honte fut créé en lieu et place de celui de la solidarité.
Les produits de l'agriculture pourrissant sur pied constituaient un engrais naturel dont la croute terrestre se recouvrait, pendant que les animaux d'élevage redevenus sauvages retrouvaient leur liberté. Au moins la nature avait sa revanche puisqu' aucune autre solution n'avait su être trouvée.

Et puis comme mon texte est court, je vous invite à aller lire le lien suivant, il est édifiant.
http://paysanheureux.canalblog.com/archives/2020/05/01/38250831.html

27 commentaires:

  1. Texte plein d'espoir dans l'humanité !
    Ton optimisme fait plaisir à voir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Là, tu te trompes, ce n'est pas en l'humanité que je n'ai pas confiance. Et je ne suis pas la seule. L'avenir le dira, mais déjà je pense que certains devront répondre de leurs actes et devront être condamnés, lourdement condamnés.

      Supprimer
  2. on a tous plus ou moins atteint le niveau "déprime" mais là c'est le pompon :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Déprimer n'empêche pas de voir clair. Pour ça il faut poser les masques !

      Supprimer
  3. Putain, c'est con, je ne verrai pas cet avenir radieux, je suis trop vieux hélas !
    Mais bon, le mieux est que je me repasse les DVD Mad Max ! Toute la série et surtout Fury Road. Un must ! J'y courge !

    RépondreSupprimer
  4. Tu as raison , va voir tes DVD.

    RépondreSupprimer
  5. T'es en rogne après tout le monde ?
    Eh ! Ce n'est pas nous qui avons stocké les masques alors que le gouvernement attendait les deux milliards de masques qu'il avait commandés !
    Il faut simplement se mettre sur liste d'attente dans les pharmacies pour leur acheter à eux les masques, pas à la grande distribution.
    (qui se fout de notre gueuele en parlant de "prix coûtant" pour des masques qu'ils ont payés de 0.15€ 0.20€ l'unité et qu'ils vont vendre 0.95€ et encore, juste parce que le gouvernement interdit de les vendre plus chers.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. stockés avec la complicité de qui ? A ton avis, mais de bercy pardi ! Sinon je ne suis pas en colère aprés toi ni aprés aucun d'entre vous, ça n'aurait pas de sens, à moins que vous fassiez partie de l'élite intellectuelle qui nous bourre le crane sous les ordres de qui nous savons tous !

      Supprimer
    2. Ça fait des décennies (p... ! Déjà ! Quel vieux je suis...) que je dis que Bercy est un état dans l'état et tient les goouvernements en tutelle.
      Avec l'aide de "conseillers en communication" qui ont oublié que leur boulot c'est la pub.
      Et que, comme la pub, ils savent faire la promo mais pas le produit...

      Supprimer
    3. Bercy fait partie du gouvernement. Ce sont des choix politiques orchestrés ensemble.

      Supprimer
  6. Ce retour à l'école "sent mauvais", rien ne sera applicable et je plais sincèrement tous ceux qui sont concernés, maires, instits, enfants, parents...
    Bon le lien pour les masques, je connais et cela m'a mise en colère, tu le sais.
    Ce matin, je suis allée chez le médecin (première sortie depuis le début du confinement), le masque était obligatoire dans la salle d'attente (c'est nouveau car Zhom y est allé 3 fois depuis le début du confinement, et ce n'était le cas...), sans masque, attente dehors, debout !
    Je ne peux pas rester debout sans bouger, j'ai la tête qui tourne, alors j'ai enveloppé ma bouche et mon nez avec une écharpe en tissus que j'avais prise...
    Masque obligatoire, alors qu'on n'en n'a pas, j'ai halluciné !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui comme tu dis, c'est hallucinant !

      Supprimer
    2. Oui, hallucinant...Le toubib devrait en avoir des gratuits pour distribuer à ses patients.

      Supprimer
  7. Mes enfants, malades, ne remettront pas leurs filles à l'école, la petite est guérie mais la grande n'est toujours pas en forme, ça dure longtemps cette cochonnerie, tu peux tousser des mois.

    RépondreSupprimer
  8. Je plains ceux qui n'auront pas le choix. Bon rétablissement à tes enfants et aux filles.

    RépondreSupprimer
  9. Aïe, ton texte donne des envies de se jeter à l'eau. Heureusement, il fait très beau..quoique, beau, veut dire tout de même rester confiné...comme des cons que nous sommes nous qui faisons très attention. Comme toi, j'aimerais bien connaitre le fin mot de cette histoire de masque. Je ne sais pas si tout le monde aura du fric pour sortir 29,90 pour 50 masques de Leclerc ou 3,5 euros en tissu dans l'Allier, mais masque de "haute-couture"....Vuitton, à St Pourçain va les vendre combien ? Ca fait tout de même 60 cents le masque il me semble chez Leclerc..quand "paysan heureux" les a eu à 4 euros et des poussières les 50 masques (facture à l'appui) achetés dans un magasin de produits paramédicaux et qu'il a donné au personnel médical, donc, homologués...

    RépondreSupprimer
  10. Au delà des masques, le problème c'est la manipulation des foules et les mensonges d'état qui gravitent autour de cette "pandémie". Peu à peu les masques précisément tombent les uns aprés les autres. Dans quelques jours, quelques semaines ou quelques mois, nous serons confrontés au problème des vaccins et du traçage obligatoire et là il faudra peut être se réveiller et écouter enfin les scientifiques, les généticiens, les chercheurs, les médecins les vrais ceux qui soignent pas ceux qui enfument, et personnalités ou soignants de tous bords qui nous alertent aujourd'hui sur ce qui est jusqu'à présent le plus grand scandale de tous les temps. Personne n'est obligé de me croire ni de me faire confiance, mais chacun peut s'informer et regarder autour de lui pour voir ce qui se passe.

    RépondreSupprimer
  11. Quand je parle des médecins qui enfument je veux bien sûr parler de ceux qui défilent sur les plateaux télé et qui sont les seuls à avoir le droit de s'exprimer Ou que l'on entend et pour cause, ils sont là pour accréditer les thèses du pouvoir...

    RépondreSupprimer
  12. pas gai ton texte ! :( je suis allée lire le texte sur le lien ! pfff ! ben j'en achèterai pas de leurs masques en grande surface, peuvent toujours courir ! j'en ai cousu quelques uns et peut-être que l'éducation nationale va m'en fournir si elle veut que je fasse la classe ! Une horreur qui se profile cette ouverture des écoles ... pauvres gosses ! :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma soeur m'a transférer le doc du ministère de l'EN en 54 pages, ça a l'air coton. Liberticide en plus !

      Supprimer
    2. https://www.francebleu.fr/infos/education/deconfinement-le-maire-de-cruas-en-ardeche-refuse-de-rouvrir-ses-ecoles-1588614301?utm_medium=Social&utm_source=Facebook&fbclid=IwAR1BVOl7MQCENAnhlboXLJ4vU6TfUmnCKKJS2HwRPBdwqAw6EPUQfu39A2s#Echobox=1588615847

      Supprimer
  13. ma petite fille va être obligé de reprendre le travail en maternelle mais elle ne mettra pas ses deux filles de 10 ans à l'école…. cette reprise est une erreur ….

    RépondreSupprimer
  14. Je suis désolée, vous allez dire que j'insiste, mais, c'est une logique économique qui découle d'un système économique, pas une erreur. Il faut renvoyer les parents au travail coûte que coûte, et le plus vite possible. (et 60 heures par semaine, fériés compris) Comme il faut caser les enfants devenus encombrants, en particulier les plus jeunes, on rouvre les école au mépris des règles sanitaires et de bon sens. Comme on a refusé de soigner les malades avec les bons médicaments, préférant engraisser les lobbies pharmaceutiques avec un hypothétique vaccin encore à venir. C'est une dérive de plus comme celle qui consistera à nous pucer et nous traquer sur nos téléphones portables. Nous assurant que c'est pour notre bien, on nous privera de notre liberté en nous faisant croire le contraire.

    RépondreSupprimer
  15. Nous savons que nous sommes un cheptel à protéger (sauf les vieux qui sont comme les vaches de réforme, bons pour l'équarissage).
    Un cheptel dont on se plaint toujours qu'il faut le nourrir et qui bouffe trop mais qu'on doit préserver un peu pour qu'il continue à faire la fortune de la caste de maquignons qui nous possèdent plus qu'ils ne nous gouvernent.
    C'est ça, ils nous possèdent et nous utilisent.
    Il y a longtemps que nous ne sommes plus des êtres humains comme eux.
    S'ils osaient, ils fearient même des ordinateurs et des robots pour nous remplacer.
    Je crois que ce qui les retient c'est qu'ils savent quand même que ce ne sont pas les robots qui achètereont ce que les usines automatisées produiraient... ;-)

    RépondreSupprimer
  16. Que pourrais je répondre ? A part que tu as raison ? Tes comparaisons sont justes. D'autant plus justes que je me souviens trop bien des épisodes de vache folle, de tuberculose bovine, de fièvre aphteuse, de fièvre porcine etc où on abattait et forçait à abattre tous les troupeaux même les animaux sains quand il y avait un cas suspecté. Ils ne prendraient même pas la peine de nous vacciner si le vaccin Bill Gates ne leur rapportait pas si gros. Du reste, ils ont déjà éliminés pas mal de vieux et de pauvres d'une piètre utilité sur l'échiquier de la consommation. et pour les robots, qui nous remplacent, il me semble que c'est déjà en partie le cas !

    RépondreSupprimer

Spleen (le jeune)

 Pas bien facile d'écrire en ce moment. La vie qui vient la vie qui va. Souvent la même avec ses enchantements ou pas. Il faut bien dire...