La Sainte Paule






Nous sommes le 26 janvier, jour de Sainte Paule, et de foire à Issoire. Bonne fête à toutes les Paule, Marie Paule, Paulette et autres Pauline, Paula et leurs dérivés.
Cette foire a toujours lieu, et si je n'y suis pas venue depuis de nombreuses années,  je me souviens de ces foires d'antan.
Depuis le moyen age où on y vendait les poissons venus des collines des Dombes, c'est une des plus grandes et des plus célèbres de la région, elle est l'occasion de retrouvailles festives au détours des places et boulevards de cette ville marchande fière de sa tradition.
La place de la République traditionnellement réservée au marché du samedi se transforme en hall d'exposition tandis que les rues adjacentes regorgent de commerçants, camelots et autres saltimbanques de passage. Une foule nombreuse se presse devant la Halle aux grains  et sur les boulevards ainsi que sur les places de la Montagne, du Champ de foire et de l'ancienne place du marché aux cochons.  Machines agricoles, bétail, productions locales constituent l'essentiel de l'attraction pour une journée qui enchante grands et petits.



Je me souviens quand nous y venions avec papa. C'était pour lui une telle fête ! Il en profitait pour acheter ce qui lui ferait besoin pour les nouvelles saisons. La ficelle pour les bottes de foin, les outils pour travailler les champs, les clous et le fil de fer  pour les clôtures et aussi le sel pour la tuade du cochon. Parfois il se laissait aller à acheter quelques piles de linge pas par besoin, mais disait il pour les futurs trousseaux de ses filles qu'il avait à marier. Nous achetions le brin de mimosa que maman aimait tant. Nous buvions un coup avec quelques connaissances retrouvées pour l'occasion et en fin de journée, la tête pleine de bruits et d'images inoubliables, nous rentrions à la maison. Il arrivait qu'au passage nous reconduisions une payse qui avait fait le déplacement. C'était alors l'occasion d'un dernier petit verre, d'un vin doux ou vin de noix dont elle avait le secret et de prolonger encore un peu le bonheur de cette journée. Je n'oublie pas ces doux moments que je garde précieusement en moi comme un trésor à nul autre comparable.

10 commentaires:

  1. Oui je connais la bonne réputation de cette foire
    Ma belle sœur habite pas très loin (@ côté de Champeix" ; et j'avais une collègue de travail originaire d'Issoire qui nous commentait les jours de la St Paul qui attire beaucoup de monde
    Merci pour tes photos d'antan qui animent ton billet du jour
    Bon weekend :)

    RépondreSupprimer
  2. Tiens d'ailleurs, ça me revient en lisant ton com au sujet de ta collègue de travail : quand je travaillais à Issoire (en 1975 et 1976) le jour de la Ste Paule, on avait droit à des heures pour faire la foire, les temps ont bien changés depuis ! Merci d'être passé par ici. Bon dimanche à toi.

    RépondreSupprimer
  3. N'étant pas Puydômois d'origine, je n'avais jamais entendu parlé de cette foire.(elle devait être moins importante que chez nous... ;)) Je m'y suis rendu qu'une seule fois et comme toutes les grandes foires qui perdurent, elle tend à se perdre un peu. Il y a de moins en moins de camelots... Chez moi,dans le Cantal, la grande foire annuelle était le deux juin. A peine passée, nous attendions la suivante (l'année d'après) avec impatience.
    Bon dimanche

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Xoulec, les habitudes changent. Ce qui faisait l'attrait de tels évènements disparait. Les foires d'antan ont été remplacées par de vulgaires expositions commerciale où la banalité et l'inutilité se disputent l'espace dédié autrefois au savoir faire, à la qualité et à la spécificité locale. Ici à Limoges, il y a deux de ces foires celle de quasimodo et celle de la saint Innocent qui sont dans cette veine, aucune des deux n'a gardé son intérêt. Bonne journée à toi.

      Supprimer
  4. Merci pour ce billet, Délia. J'aime les photos anciennes qui illustrent de véritables souvenirs. Je connais de nom la Foire de Saint Paul à Issoire. Je n'ai jamais eu l'occasion d'y aller.
    J'ai d'anciennes cartes postales de la Foire aux Bestiaux aux Chandiots à Montferrand. Lorsque j'étais enfant il y avait encore sur la place les barres où les éleveurs attachaient leurs bêtes. Mais plus de foire de ce genre.
    Par contre il y avait le marché le vendredi, de la grand rue jusqu'à la place. Et c'était quelque chose ! Il existe toujours mais la plupart des étals viennent... d'ailleurs !
    Bisettes

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour, Lakévio. Je crois que Montferrand a gardé un espace où on peut encore, une fois par an venir caresser du regard de belles Ferrandaises ! Malheureusement je n'ai jamais encore pu m'y rendre, ne sachant pas exactement à quel moment cet évènement a lieu. Mais comme dit plus haut, toutes ces manifestations ont tendance à disparaitre et quand elles perdurent c'est pour mieux traquer le client.

    RépondreSupprimer
  6. Comme tu racontes bien tes souvenirs précieux!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils sont précieux, en effet, mais je crois avoir de la chance, car je ne me souviens pas des mauvais !

      Supprimer
  7. J'adore tes souvenirs d'enfance, je suis une fille des filles qui n'avait pas de famille à la campagne.

    RépondreSupprimer
  8. Merci Heure Bleue. Je crois que tous les souvenirs ont leur intérêt, ainsi moi, j'aime bien aussi les tiens !

    RépondreSupprimer

Spleen (le jeune)

 Pas bien facile d'écrire en ce moment. La vie qui vient la vie qui va. Souvent la même avec ses enchantements ou pas. Il faut bien dire...