Demain.

Alors que Plume et Flocon réinvestissent leur espace préféré,

alors que la petite Michka explore son nouvel univers,

j'essaie de prendre mes marques dans cet inconnu qu'est devenu demain.
 Demain et ses absences. Demain et le vide laissé par l'oiseau quittant le nid. Demain et ses silences. Demain où les quelques monosyllabes échangées  au cours des repas ne meublent pas une conversation pour occuper vos journées. Demain où le rire étincelant fait place à la morosité de l'air ambiant. Demain chemin irréversible vers une triste fin où chacun vogue vers sa solitude toute pleine de chagrin. Demain qui dira celui de nous qui restera pour regarder le vide se creuser et qui dira les mots pour entourer tous ceux que ronge le chagrin.
Et comme je n'ai pas le coeur à rire, je vous dis à demain.

10 commentaires:

  1. Mikka trop chouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu <3 <3

    RépondreSupprimer
  2. Elles sont trop jolies les photos de "tes" chats!
    et la toute dernière (où il n'y a pas de chat ;-)) C'est où?

    Tu te sens triste, et il faut bien que ça sorte pour faire de la place à d'autres sensations. Mais si tu reviens nous voir dès demain, je trouve ça super! J'aimerais beaucoup que tu me parles du grenier de ta maison...
    Mes ex-beaux-parents habitaient une maison de famille, achetée par l'arrière-arrière-grand-père de mes filles. Tu imagines? Tu imagines toutes les histoires qu'on vu ces murs?
    Quand j'étais jeune et que mon ex m'a fait visiter la maison, il m'avait emmenée au grenier... il y avait là toutes sortes de trésor, de la vaisselle en porcelaine, une cuvette et un broc pour faire la toilette, enfin bref, tout ce qu'on trouverait dans une brocante sans doute.. Il y avait aussi des vieux journaux des années 1900, enfin tu vois.. je ne sais pas si ces objets ont été gardés ou pas, mais comme tu m'as parlé de ton grenier cela m'a rappelé ce joli souvenir...
    Plein de bisous Délia. Belle soirée à toi, malgré tous les malgré..

    RépondreSupprimer
  3. Merci Ambre, tu es trop gentille avec moi. Tes mots font du bien. C'est mon quatrième bonheur de la journée (par ordre chronologique). Je vais te dire pourquoi : depuis 2 semaine je suis dans le tri sélectif et les jours derniers ce n'était pas top, mais ça tu le sais. Ce matin, j'ai eu un message de Rose et ce fut pour moi comme les paroles de l'Auvergnat. Cet aprés midi ma soeur m'a appelé et nous avons beaucoup échangé sur ce temps qui se défile et nous rend triste quand nos petits s'en vont loin parfois de nous. Et puis la Ponette est passée en allant au cheval, je l'ai accompagnée et suis rentrée à pied. La voisine était devant sa porte, nous avons discuté un moment et puis je rentre et trouve ton message. Alors oui, il peut quand même y avoir de beaux moments même dans la tristesse ! En fait cela fait 5 petits bonheurs dans la journée ! Je reviendrai te parler de mon grenier, c'est promis. Les greniers sont des pièces à trésors. Bisous Ambre, à demain.

    RépondreSupprimer
  4. C'est merveilleux tous ces petits bonheurs que tu cueilles! Bravo! Je suis admirative, car je n'avais pas été fichue d'en trouver ne serait-ce qu'un quand mon fils est parti! je suis vraiment très contente!
    Et puis ça a dû te faire du bien de parler avec ta soeur. Ce n'est pas rien, quand même, une soeur...
    Bonne nuit Délia, grosses bises!

    RépondreSupprimer
  5. Courage Délia, tu vas t'habituer, finir par y prendre goût et on n'est jamais seule lorsqu'on vit chez des chats.
    Des bises en pagaille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Heure Bleue, tu as raison on n'est jamais seule quand on vit chez des chats et qu'en plus on a un blog où des mots amis se promènent ici et là. Vous savez quoi ? Que serais je sans vous ! Un Grand Merci.

      Supprimer
  6. Bonjour Ambre, tu n'as pas été fichue dis tu de trouver des petits bonheur quand ton fils est parti ? Mais peut être qu'il n'y en avait pas non plus ! Certaine coupures sont si soudaines et profondes aussi. Moi j'ai eu de la chance d'être entourée, d'abord par vous ici, et puis la Ponette est bien moins loin que n'était ton fils. Quand j'ai vu son visage rayonnait entre les portes, hier, j'aurais cru le bon dieu si j'étais croyante, mais c'était mieux que le bon dieu puisque c'était elle ! Et puis j'ai au moins une soeur en effet avec qui parler. Et comme j'en ai beaucoup, parfois c'est l'une, parfois une autre ! Je me rends compte du bonheur que j'ai.
    Je n'ai pas répondu à ta question au sujet de la dernière photo : c'est un moulin (le moulin des champs est son nom) situé en bordure de Vienne, on y lavait autrefois la laine qui était transportée par une passerelle jusqu'à l'usine de transformation situé sur la rive d'en face. Le limousin est un pays d'élevage ovin et beaucoup de sites de transformation de la laine éxistent en particulier en bordure des rivières. Voilà pour l'histoire du moulin. Non loin il y a une chapelle dédiée à la vierge, construite dans une grotte par un richissime propriétaire de la bourgeoisie locale.

    RépondreSupprimer

Spleen (le jeune)

 Pas bien facile d'écrire en ce moment. La vie qui vient la vie qui va. Souvent la même avec ses enchantements ou pas. Il faut bien dire...