Pour ne pas oublier.

La couleur des fleurs sauvages

 L'odeur des pivoines
Que le printemps c'est la vie qui revient.
Pour que la Ponette puisse aussi en profiter.
Pour qu'elle n'oublie pas qu'un cheval ressemble à ça
 



Pour se souvenir des belles choses et chasser les horreurs de nos esprits.
Pour se dire que malgré tout la vie continue et qu'il faut partager les bons moments.
Pour apprécier ce qu'il nous reste de beau et de gratuit.

C'est tout ce que j'ai trouvé aujourd'hui. Demain sera un autre jour. Portez vous bien et ménagez vous.

Il a neigé cette nuit.

Mon vieux clocher est tout gris.
Il a neigé cette nuit
Ce matin je ne suis pas sortie
J'essaie de tromper l'ennui
Parce qu'il neige ou pas la nuit
Sortir est interdit.

Si mes comptes sont justes



Qu'est ce qu'il fait ? Qu'est ce qu'il a à courir comme ça après son vélo ? On dirait moi. Moi qui courre aprés le temps. Le temps passé qui ne se rattrape guère. Le temps perdu  qui ne se rattrape plus.
Nous avons changé d'heure hier. depuis le temps qu'on change d'heure ! Depuis 1976. On nous rend bien un peu de ce temps qui ne se compte plus en rechangeant à l'automne cette heure qu'on a perdu. Mais de mars à octobre : durant 7 mois on nous pique une heure pour nous la rendre sur les 5 mois restants. Donc, une heure par 24 heure que multiplient 30 ou 31 jours (1X30 + 4= 34  que remultiplient 7 = 238 que reremultiplient 44 ans = 10 472 que divise 24 = 436 que redivise 365 = 1,195433789954338. Pas étonnant que le vieillissement de la population s'accélère et que nos retraites ... bon on ne va pas en parler aux financiers, dans la période, ça leur donnerait encore des idées. Déjà que salariés vous allez devoir travailler 60 heures par semaine et vous priver de congés payés !

Confinés

Confinés aujourd'hui plus qu'hier car il fait gris, maus sade mais pas rose, pour moi comme pour eux. Alors sur insistance de Chaussette j'ai ouvert du confit. Du confit pour confinés. Flocon, Zéphir et  Plumen'ont pas manqué le rendez vous. Je les croyais ailleurs, mais ils se sont vite réveillé !
Naturellement ils sont tous là. Tous ? Non ! Il manque z un Petit Lion parti courir sur d'autres rives aprés avoir passé la moitié de la nuit dehors.
Je l'ai appelé en vain hier soir, m'égosillant au passage au risque de prendre froid, mais de Lionceau point de nouvelles. Ce matin , enfin dans la nuit, il a sauté sur le lit et m'a réveillée. J'ai pensais que c'était Chaussette, mais j'ai vu que celui ci était confortablement installé sur l'épaule de son maitre et c'est sur mes pieds que ça bougeait. J'ai alors passé ma main dans sa fourrure et là bien sûr s'en est suivit une vague de ronrons de léchures et de câlins comme seul Petit Lion sait en dispenser.
Cela m'amène à une vague de nostalgie tout ça ! du temps où chacun venait quémander sa pâtée.
 La Minette ma belle et superbe minette qui sauta un jour du 5ième étage pour venir  retrouver ses petits maîtres qui jouaient dans la cour de l'immeuble, bondissant d'étage en étage  et s'est juste cassé le bout d'une dent.
 les petits de Sacha venus se réfugier à la maison en attendant leur adoption (ici Nougat, Flocon et Tchita, car ils avaient tous un nom)
 Sinède, Sacha et Lagrise , en plein repas
 Frimousse qui appelait sa maitresse par son prénom (à l'heure des repas)
 Vénus jamais si bien servie que par elle même qui s'éteignait le dimanche soir pour se rallumer le vendredi. Et tous nos moments de complicité avec eux. Tout l'amour qu'ils ont donné, toutes les larmes qu'on a versé.
 Une page de chats pour compenser le manque de jardin fleuri. Je ne suis pas sortie aujourd'hui, il fait un froid de canard.
Et bientôt il fera nuit. Enfin une heure plus tard aujourd'hui. Franchement en période sinistre comme maintenant, on aurait pu s'épargner cette corvée.
 J'espère que pour vous le temps s'est bien passé.

Dés que le printemps est là.

Le printemps est là et bien là. Les autres années, dés que le printemps revient, je pars toujours faire un petit tour de l'autre côté de la montagne et je fais provision de miel, de fromage, de saucissons de chocolat et de pates de fruits. Ah ! les pâtes de fruits de mon enfance ! celles qu'on achetait chez mademoiselle Simone. J'en ai retrouvé le goût dernièrement enfin dernièrement, c'était quand même en 2016, à Besse en Chandesse. Des qui avait au moins 70% de pulpe. Des qui sentait bon les fruits. Des qui vous donne l'envie de redevenir enfant.
 Mais cette année, je vais devoir attendre de longues journées.
 Ici c'était en 2018 au mois d'avril, les gorges de l'Artière avaient leur parure vert tendre
Sur le Plateau de Mirefleur les fruitiers promettaient de bonnes récoltes
Le marché d'Ambert se révéillait.
 L'an dernier en février.

 Pour tous ceux qui ont la nostalgie, voilà floréal dans son écrin.
 Incendie au poulailler, le voisin a encore des tartuelles à faire bruler. Et puis je peux vous dire que ça pue, chez lui pollution et civisme vont de paire.
Mon poirier me fait de belles promesses, c'est un William, pourvu qu'il n'y ait pas de gelées.
Les iris commencent à fleurir.


 Plume prend la pause

Et Petit Lion s'amuse.
 C'était tout à l'heure dans mon jardin. Il fait bon, l'air et doux, le printemps est là et les lilas et glycines bientôt en fleurs. J'ai envie de me promener, les sentiers sont déserts vers chez moi, mais je n'ose car 1 km c'est faire uniquement de la route pour en atteindre un et marcher sur la route j'ai pas envie. Pas aujourd'hui. Ainsi un jour poussant l'autre, on avance à pas de fourmis. Parlant de fourmis, il y a une fourmilière énorme au pied de mon romarin. De grosses fourmis noires. A quoi peuvent bien s'activer toutes ces fourmis ?
Après m'être agacée toute l'aprés midi d'hier pour dénicher un drive , j'ai passé ma première commande en ligne. Je n'ai pas trouvé les produits que je voulais. Pas de carottes par exemple. Mais j'ai pu choisir la litière de mes animaux. Pas de salade non plus, ni de fromage, mais j'ai pu choisir mon pain. Si je ne suis pas satisfaite je ne continuerai pas.  Je saurais ça lundi. Je pouvais être livrée cet aprés midi, mais comme j'ai fais mes provisions de pain, je peux attendre, donc j'ai choisi lundi.
Je suis moins angoissée qu'hier, j'ai eu mon petit monde par SMS et au téléphone. Ils vont assez bien. J'ai craqué tout mon forfait qui venait juste d'être renouvelé. Il va falloir attendre le 20 avril et c'est loin. Mais Orange nous accompagne, enfin c'est ce que je lis en me connectant. Moi je trouve qu'ils me harcèlent. En même temps en 40 ans de carrière chez eux, j'avais pris l'habitude. Pourtant j'ai pas envie de recommencer.
Je n'ai pas écouté la télé, ni lu les informations. Je n'en vois pas l'intérêt et puis je suis confinée et obligée de me préserver.
Je vous souhaite de rester en bonne santé. Passez tous une bonne soirée.


Pour ne pas oublier.

La couleur des fleurs sauvages  L'odeur des pivoines Que le printemps c'est la vie qui revient. Pour que la Ponette puisse...