Maurice Utrillo, peintre authentique.

 


Je ne sais pas si vous aimez les toiles de Maurice Utrillo.
Quant à moi, je les aime.
Elles m’inspirent toujours quelque chose.
Et vous ?


Aurez vous quelque histoire à raconter lundi, ayant cette toile pour support à votre imagination ?
Alors à lundi…

Devoir de Lakevio du Goût No 69
Je ne sais pas si vous aimez les toiles de Maurice Utrillo.
Quant à moi, je les aime.
Elles m’inspirent toujours quelque chose.
Et vous ?
Aurez vous quelque histoire à raconter lundi, ayant cette toile pour support à votre imagination ?
Alors à lundi…

.................................................

Pour ce lundi de rentrée scolaire dans mon académie, Le Goût nous demande si nous aimons les toiles de Maurice Utrillo.
Je ne connais pas grand chose en peinture,  je me contente d'aimer ou pas ce qui est proposé à mon regard. Certaines oeuvres me parlent, d'autres pas, d'autres encore me semblent carrément moches.  Je regarde avec plaisir celles qui paraissent évoquer un lieu, une situation, une expression de visage ou un trait de caractère. 

Pour Maurice Utrillo, c'est différent. Je reconnais en lui l'enfant des rues, celui qui en a bavé, celui qui a grandi à la fortune du pot. Sa mère, Suzanne Valadon, née à Bessine sur Gartempe, une bourgade qui m'évoque plus les bouchons estivaux  et sa redoutable côte lors des journées neigeuses, que la peinture, lui a donné en même temps que son tallent, la vie, dans un quartier que je connais bien et que j'affectionne tout particulièrement. 

Maurice Utrillo, un génie,  un témoin de son temps.  Son oeuvre, une oeuvre de mémoire. 

Utrillo c'est surtout pour moi, l'enfant de la butte. Né rue du poteau où je ne vous raconterai pas encore, combien cette rue fourmille de souvenirs, il a grandi au coeur de ce Montmartre à peine différent que celui où j'ai passé les plus belles années de ma vie parisienne. 

Entre Montmartre et Saint Ouen, Maurice était présent partout où se posait le regard. Présent car il y planait l'esprit de son oeuvre. Son nom sur une plaque de rue, de square, de marché , évoque la simplicité et force le respect. 

La toile présentée à notre réflexion ce matin, évocatrice pour moi de ces nombreuses rues en pente descendant de la butte vers le Nord, avec leurs  escaliers où l'on s'attend à rencontrer Francis, Edith ou Aristide à chacun de leurs détours. Ces rues où j'ai tant reçu de chaleur humaine, où j'ai tant de bons souvenirs, et si peu de mauvais, pour ne pas dire aucun. Ses rues ombragées, théâtre de verdure où pousse la vigne et le saule ou l'on imagine sans peine venir boire les boeufs. Mais aussi errer lapins agiles ou chats noirs ou encore voir sortir un bouc de sa  grange. Ce quartier méconnu et délaissé par le touriste, ce quartier riche de son passé, de sa mémoire "commune" et de celle des barricades érigées contre le versaillais, du sang versé pour la Commune, pour que vive la République afin que siffle libre le merle moqueur quand reviendra le temps des cerises, ce quartier porte un peu de mes empreinte, ce quartier  était le mien. Mon coeur y a cloué mon âme. Et Valadon versé ses larmes et sa sueur. Quant à Maurice, authentique peintre Montmartrois, je crois qu'il est un trait d'union entre l'époque de Suzanne et la mienne. 

A moi aussi, du moins pour celle que je connais,  ses toiles inspirent toujours quelque chose. Aussi vraies que les scènes qu'elles illustrent. Aussi vraies que les murs qu'elles dépeignent. Aussi vraies que la vie qu'elles représentent.

 


18 commentaires:

  1. Merci Delia !
    Rien que pour tous ces souvenirs qui décrivent si bien le quartier où j'ai passé les 18 premières années de ma vie.
    Tu as su dire exactement ce que l'on peut ressentir quand on a vécu dans ce coin et qu'on croise les toiles de ces peintres de la bohème qui ont tant aimé Montmartre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que c'est une énorme chance d'avoir vécu dans ce quartier. Je trouve sous ta plume les plus belles évocation des rues qu'a peintes Maurice avec tellement d'authenticité. Je suis émue par ton commentaire. Merci Le Goût.

      Supprimer
  2. On sent l'émotion, dans ton texte, que provoque ce lieu et tes souvenirs qui s'y rapportent !
    Je t'embrasse fort Délia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aurais envie de faire partager ce bonheur d'avoir pu y vivre, mais c'est une affaire de tallent et je n'ai pas celui ni de Maurice Utrillo, ni de personne d'ailleurs.

      Supprimer
  3. J'adore ton devoir, ton évocation de la commune, Utrillo gamin, sa mère, le lapin agile, le vrai Montmartre, celui ignoré des touristes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Montmartre ignoré des touriste : Montmartre rien qu'à ceux qui l'aime !

      Supprimer
  4. Comme tu racontes bien ce pan de ta vie que tu affectionnes !
    De beaux souvenirs, merci.
    Gros bisous ma Delia.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Praline, à l'heure du bilan c'est le plus intense en tout cas.

      Supprimer
  5. on voit que ça te tient à cœur :-)

    RépondreSupprimer
  6. Merci Adrienne. Je trouve que dans ce quartier flotte un air permanent de liberté et d'indépendance. C'est fou comme notre vécu influence notre regard !

    RépondreSupprimer
  7. Encore aujourd'hui, il y a des coins de Montmartre où on a la sensation d'être loin de Paris. Ses rues pavées, ses vieilles maisons........

    RépondreSupprimer
  8. Je ne sais pas, il y a longtemps que je ne suis pas revenue à Montmartre. Je crois que Montmartre est avant tout un état d'esprit et que les vieilles maisons, les rues pavées ne sont qu'un leurre. Je veux dire qu'on peut garder des choses pour le fun si on change les façons de voir et l'état d'esprit des gens qui vivent dans ces décors, on a tout changé. Cela s'est passé ailleurs, on a même reconstitué des décors ancestraux et pourtant rien n'y est plus comme avant. Le principal a disparu et le principal c'était précisément la mentalité des anciens occupants.

    RépondreSupprimer
  9. Quel joli texte tu nous as tricoté là ! Je n'ai découvert Montmartre qu'à vingt ans mais c'est resté le coin de Paname que je préfère. Comme tu as eu de la chance d'y vivre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ce fut une sacrée chance et encore plus d'en avoir conscience.

      Supprimer
  10. Tu as écrit un texte magnifique Délia ! l'émotion est là, tout à fait perceptible.

    RépondreSupprimer
  11. J'ai aimé ce coin de Paris plus que tout autre, cela ne peut pas ne pas transparaitre. Je pense que c'est vrai pour n'importe qui et en n'importe quel lieu. On a tous un coin qui nous rappelle.

    RépondreSupprimer

Spleen (le jeune)

 Pas bien facile d'écrire en ce moment. La vie qui vient la vie qui va. Souvent la même avec ses enchantements ou pas. Il faut bien dire...