le coup de put'

Je suis sûr que comme vous le soupçonnez à regarder cette toile de Sir John Lavery, le plus grand danger du golf reste le coup de « put »…
Vous direz lundi ce que vous pensez de la partie qui se joue sur cette toile…

Je ne suis pas inspirée par la toile et encore moins par le golf.
Je vais donc broder, maintenant que je sais coudre et tricher un peu avec la consigne, mais aprés tout je ne serais pas la première et non plus la dernière.
Mes rapports avec ce sport dont je ne doute pas qu'il soit passionnant mais qui pour moi n'a aucun intérêt, se limitent donc à ce que je vois dans cet espace soustrait aux pâturages et aux labourages ayant fait la joie et le bonheur de mon enfance.
Ô combien de bovins, combien de moutons sous leur laine qui sont partis joyeux vers ces prairies lointaines ? A eux aussi on leur a, sans aucun doute, fait souvent le coup de put'.
Car pour eux comme pour nous, le danger vient avant tout de ces coups en douce qu'on vous assène par derrière et qui vous laisse le plus souvent sur le flan  complètement démuni face à votre ennemi.
Pour moi c'est avant tout ça un coup de put'.

11 commentaires:

  1. Tu es bien dans la consigne, puisque tu parles du put. ;)
    Les coups en douce, voire même au grand jour, ils pleuvent depuis un long moment...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et je crains qu'ils ne s'arrêtent pas d'abord !

      Supprimer
  2. bien joué! moi aussi je préfère voir des moutons ou des vaches plutôt que des golfeurs :-)

    RépondreSupprimer
  3. Je n'aime pas le golf, on a détruit le paysage de l'ile des impressionnistes à Chatou pour installer un golf.

    RépondreSupprimer
  4. Jolie pirouette ! Moi aussi j'aime les vaches, les moutons, les cochons et la volaille...

    RépondreSupprimer
  5. Et encore, tu n'as pas vu les golfs dans les îles des Caraïbes... Je pense surtout à ceux de la République Dominicaine arrosés en abondance pour garder l'herbe aussi verte que les gazons anglais...
    Les prairies sont si belles, parsemées de fleurs auvages que paissent les troupeaux

    RépondreSupprimer
  6. La première fois que j'ai vu un golf de prés, c'était l'an dernier au Pays Basque. Nous participions à une sortie pour randonner. Quand on nous avait présenté le programme, on nous avait dit qu'il y avait une vue magnifique sur le golf, moi je croyais que c'était celui de Gascogne ! il était beau le golf, mais j'ai été drôlement déçue !

    RépondreSupprimer
  7. Je confirme : tu n'es pas la dernière à contourner les consignes ;-)

    RépondreSupprimer

Spleen (le jeune)

 Pas bien facile d'écrire en ce moment. La vie qui vient la vie qui va. Souvent la même avec ses enchantements ou pas. Il faut bien dire...