Les saintes nitouches

-Que fait elle, la Suzette, à trainer comme ça ?
-Tu nous suis ?
-Ne vous inquiétez pas les filles, j'arrive. Je règle juste un petit truc et j'arrive !
-Un petit truc ! tu parles ! elle viens d'apercevoir le beau Cyril, oui !
-Cyril ?
-Oui, juste là sur la gauche, il fait mine de rien avec ses mains dans la poche, mais je suis sûr qu'il l'attend.
-Comment tu peux en être aussi sûre ? Elle n'est même plus à sa hauteur !
-Tu parles, Charles, ça c'est un subterfuge, elle fait semblant, mais elle va se laisser distancer de nous et puis elle fera demi tour. Tu ne la connais pas encore, la Suzette ?
-Oh que si ! la dernière fois elle a carrément pris une autre rue, nous laissant croire qu'elle s'était perdue.
-Oui, nous on la cherchait partout, on l'appelait, mais elle ne répondait pas.
-C'est vrai, et quand on l'a enfin aperçue, l'affaire était conclue.
-C'est drôle à nos âges de se conduire comme des pucelles. Et puis comme ça dans une ruelle  !
-Ah ben tu sais, y a pas d'endroit ! quand l'amour vous appelle.
-Hum, tu te souviens, il y a quelques années, quand on revenait du bal ? On été bien obligé de faire pareil. Maintenant, bien sûr, on a d'autres ruses, avec le temps on apprend. Et puis aprés tout, ils ont bien raison. On a que le bon temps qu'on prend.
-Surtout quand ce temps c'est celui du plaisir !
-Bien aller, avançons, elles nous rejoindra plus tard. Aprés tout, là où on va, personne ne nous reprochera notre retard.
-Pauvre grand mère, j'espère qu'elle lui pardonnera.
-Vous savez, Suzette lui ressemble  beaucoup pour ce qui est de la chose. Si tous les buissons de la commune pouvaient parler, ils nous en apprendraient des vertes et des pas mûres, je crois bien.
-C'est ce qui se disait à une époque, maintenant c'est du passé et les gens venus d'ailleurs ne savent rien de ces histoires.
-Tu as raison, laissons les gens d'ici dormir en paix. Ceux qui ont pris leur place n'ont pas besoin de savoir.

17 commentaires:

  1. Quand j'ai vu Suzette...
    Toi c'est quand Suzette a vu Cyril :)
    Et d'autres si je comprends bien ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai voulu du léger, parce que la vie continue quand même.

      Supprimer
  2. sapristi, ces dames vont au cimetière? et Suzette va batifoler un peu, avant? ou j'ai tout compris de travers?
    LOL

    RépondreSupprimer
  3. Non non, tu n'as pas compris de travers ! Y a plus de morale et parfois c'est le moral qui s'absente, alors on fait comme on peut. Suzette, elle, veut vivre. Je crois qu'elle a raison.

    RépondreSupprimer
  4. La vie est trop courte pour rater ce qu'elle offre...

    RépondreSupprimer
  5. Vivre selon ses envies et se faire plaisir, mais ça devrait être une première nature... à condition que cela n'enlève rien à quelqu'un d'autre, bien sûr, car le respect c'est important, au départ tout au moins, car on a aussi le droit de ne pas respecter qui ne nous respecte pas.

    RépondreSupprimer
  6. Encore des jalouses ! et des sacrées cancanières ! :-)

    RépondreSupprimer
  7. Elle a bien raison Suzette, le temps de l'insouciance est si court.

    RépondreSupprimer
  8. Les gens qui veulent être heureux font toujours jaser. On a bien raison de dire que pour être heureux, il faut vivre caché.

    RépondreSupprimer
  9. Tiens ! Ce serait amusant ça : les confessions d'un buisson !

    RépondreSupprimer
  10. La liberté d'être, pour les femmes surtout, se paye toujours au prix fort...

    RépondreSupprimer
  11. C'est toujours vrai, mais rien ne dit que ça ne changera pas un jour !

    RépondreSupprimer
  12. Oh! Qu'est-ce qu'elles jugent et médisent!
    Bravo à la jeune fille et … à sa grand-mère! Cela s'appelle: vivre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vivre tant qu'on peut et profiter des bons moments.

      Supprimer
  13. Suzatte a bien raison de chercher Cyril plutôt que d'aller sur les tombes des disparus. Il sera toujours temps pour elle de prendre la vie (la mort ?) au sérieux !

    RépondreSupprimer

Cher Cher

  Que me direz-vous lundi matin de cet endroit plutôt bucolique ? Virgile lui-même en aurait dit joliment du bien j’en suis sûr. Peut-être m...