Une époque particulière

Je ne sais pas vous, mais moi je trouve qu'on vit une drôle d'époque. Parce qu'elle est compliquée, beaucoup d'entre nous se sentent perdus, abandonnés, démunis en tout cas. Et je crois que nous le sommes tous plus ou moins. Parce que nous perdons chaque jour quelques repères supplémentaires de ce qui fut notre culture, nos croyances et notre civilisation, nous ne savons plus à quel saint nous vouer. Et c'est grave. Grave parce que les égarés que nous devenons ainsi sont prêts à aller n'importe où, pourvu que ce soit ailleurs et que ceux qui ne le sont pas totalement encore sont aussi prêts à aller nulle part de peur de ne pas savoir.
Ainsi, les gilets jaunes, par exemple, il y a ceux qui participent, ceux qui encourage mais ne participent pas, ceux qui en profitent, ceux qui exploitent et ceux qui enragent. Cela fait un tout à faire exploser la machine si elle n'avance pas. Parmi tout ceux ci, il y a des gens sincères qui n'en peuvent plus, beaucoup, il serait bon que leur mal vivre soit pris en compte et que remède y soit porté. Je dis ça, je ne dis pas grand chose, mais il me semble que nous aurions tous à gagner un monde meilleur. Dommage que nous ne l'entendions pas tous de la même oreille. Dommage que certains n'aient pas d'oreille, d'ailleurs.
 Bref samedi je manifesterai et je serais en rouge.
 Je manifesterai  et je serai en rouge, car il me semble que ce dont on a besoin, c'est de pouvoir vivre dignement de son travail ou de son revenu quand on est retraité, par exemple. Parce qu'il me semble que ce qui manque, c'est un monde juste, même s'il n'est pas parfait. Parce que, ce  qui manque, c'est des perspectives valorisantes pour tous, jeunesse, si tu m'écoutes, c'est à toi principalement que je pense. Vivre dignement ce n'est pas se faire insulter ou mépriser, ce n'est pas s'entendre dire que la rue n'a qu'à être traversée. Il a vu ça où,  l'autre, là, avec sa cuiller d'argent dans la bouche ? Sous le sabot de son cheval ? Ou sous celui d'Attila ?
Alors ? On continue ou on se révolte ?
Si d'un côté on pense être assez nombreux pour refuser du monde, au motif ou au prétexte qu'on ne veut pas celui ci parce qu'il a un programme politique qui porte des propositions de nature à enrayer le mal (encore faut il savoir le lire ce programme, et accepter de le lire !) ou celui là parce qu'il a depuis longtemps décidé de s'organiser avec d'autres pour être plus forts au sein d'une organisation syndicale, et depuis longtemps déjà participé à des mouvements dits sociaux, que nous appelons aussi dans une langue plus simple, luttes syndicales, alors laissons tirer les ficelles à ceux qui savent si bien le faire, laissons nous rouler dans la farine par ceux qui nous enfument en rêvant à leur nouvelle virginité,  laissons le champs libre à tous ceux qui ne rêvent que d'une chose, actionner les leviers de la machine pour tirer leur épingle du jeu et laissons les continuer de jouer avec le feu.
Savoir qu'il n'y a pas de conquêtes sociales sans luttes. Sachons aussi qu'il n'y a pas de luttes  victorieuses sans unité et sans solidarité.
Sans dire les choses à demi mot, il faut toujours savoir d'où on vient et donc aussi d'où ils viennent pour savoir où on va soit : où on veut aller et où ils veulent nous conduire !

11 commentaires:

  1. Bonsoir Délia, tu seras en rouge, ou, si tu n'as pas de gilet rouge, tu pourras accrocher à ton cœur un morceau de chiffon rouge... Et tu auras raison.
    https://www.youtube.com/watch?v=k5zhoWoiiKw

    RépondreSupprimer
  2. Oui Xoulec, c'est ce que je ferai avec le chiffon rouge. Depuis 1979, je défile régulièrement au son de cette chanson qui est devenue ma chanson fétiche. Je crois même qu'un copain la faite chanter pour moi lors de mon départ en retraite !
    Cela dit, je te remercie infiniment pour cette version du chiffon rouge, qui n'en a pas fini de claquer au vent !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai toujours aimé cette chanson. Je l'aime encore plus maintenant...

      Supprimer
  3. Et tu as bon gout et en plus raison !

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Délia, que dire de plus que ce que tu as si bien formulé?
    La seule chose que je trouve dommage c'est que certains (et c'est toujours trop) récupèrent le malheur des autres pour être violents.
    Mais comme tu le dis, comment séparer le bon grain de l'ivraie?
    Belle journée à toi, bisous

    RépondreSupprimer
  5. Merci Ambre et belle journée à toi aussi.
    Tu sais les violences sont parfois orchestrées... Il ne faut pas toujours se contenter de savoir d'où on vient, il faut aussi se poser la question de à qui ça profite.
    Chez nous on avait un "ventadour" pour séparer le bon grain. J'aimais bien quand mon père sortait cet engin de la grange et qu'on actionnait la manivelle. Bisous.

    RépondreSupprimer
  6. Tu as raison Délia il n'y a pas de conquêtes sociales sans lutte .. mais de nos jours tout tourne autour de la violence et les dérapages sont désastreux et me font peur !
    Je vais me tourner vers le soleil ce matin, il me fait des clins d'oeil et j'aime ça ;)

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour Brigou. La violence est partout en effet sous plusieurs formes, physique, psychique, verbale, sociale et elle fait peur, c'est vrai. Nos puissants de la planète le savent bien mais ne la craignent pas puisqu'elle les sert. Par contre, nous qui nous y exposons, devons la subir, parfois la surmonter, nous devons nous défendre et pour cela n'avons que nos mains nues. Puisse le soleil nous éclairer assez pour nous permettre de l'enrayer. En attendant, profite bien de lui, fait une belle balade avec de belles photos. Cet aspect des choses nous réconcilie au moins avec l'envie de continuer et d'être debout !

    RépondreSupprimer
  8. Merci pour ton texte. Je me "lâche" moi aussi sur ce thème...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je viens de lire chez toi. Oui, peur, doute, exaspération, je les partage, évidemment !

      Supprimer
  9. Oui, Délia. Il est scandaleux d'être méprisé, ignoré, humilié. Il est tout aussi scandaleux d'être récupéré ou utilisé. Heureusement certaines vidéos remplacent fort bien les médias streams...

    RépondreSupprimer

Spleen (le jeune)

 Pas bien facile d'écrire en ce moment. La vie qui vient la vie qui va. Souvent la même avec ses enchantements ou pas. Il faut bien dire...