Du bonheur et rien d'autre.

Aujourd'hui, c'est un grand jour, un jour exceptionnel. Un jour comme un autre pourtant. Nous sommes vendredi 26 octobre 2018. Le retour du grand froid est annoncé partout. Sortez les bonnets, les écharpes, les gants, les doudounes, tout ce que vous avez qui tienne chaud. Rallumez le chauffage, sortez couvert ! bref toutes précautions inutiles, somme toute, car notre géothermie se chargera bien de nous faire savoir si quelques degrés supplémentaires sont de circonstance.
Mais ce n'est pas pour vous dire ces âneries que je viens ici, quoique.
 Non, si aujourd'hui est un grand jour, c'est parce que la Ponette a son anniversaire !
 La ponette est née un 26 octobre, par une belle journée pleine de soleil. Il faisait bon en cette matinée quand prise de contractions, j'ai envoyé son frère chez la voisine, la brave Maria qui s'est fait un plaisir de le garder et de l'occuper pendant que nous ses parents allions à la maternité. Bichat était à deux pas. Nous y parvînmes vite. C'était un samedi. Le docteur en obstétrique (mon préféré) n'était pas là. Dommage me dis je. Mais son équipe fit tout son possible pour que les choses se passent au mieux. Et c'est ainsi que sur le coup de 12-13 heure, la Ponette pointa son petit museau.
C'était un beau bébé joufflu, bien plus que ne le laissait supposer mon état de santé. Elle était brune autant que son frère était blond. Elle criait déjà de sa belle voix de stentor et je pensais : si elle crie tout le temps comme ça, on n'a pas fini !
Et elle cria... longtemps... puis ne cria plus. Les premiers mois ne furent pas faciles. Il faut dire que j'y avait mis tout ce qu'il fallait aussi ! J'étais épuisée par une mauvaise grossesse, lasse et dépressive à cause d'un deuil qui me frappait lourdement. Je culpabilisais de ne l'avoir pas choyée quand elle était juste pas encore un bébé. De n'avoir pas préparé son trousseau, de n'avoir pas  non plus eu une grossesse heureuse et sans à coup. Enfin j'avais du temps à rattraper et tout ce temps perdu me faisait peur. Mais demoiselle Ponette n'était pas du genre à se laisser oublier. Elle fut trés fusionnelle avec moi, si bien que j'eus du mal à la laisser pour aller travailler. J'y parvins tout de même mais non sans culpabiliser. J'aurais voulu l'avoir toujours avec moi, toujours dans mes bras.



Et puis le temps passa....
 Jusqu' à ces derniers mois où elle parla de plus en plus d'indépendance, de choix d'appartement, de nid sans moi...
Je dus bien me résoudre à cette nouvelle vie, sachant trés bien qu'elle serait beaucoup plus difficile que la précédente. Mais il le fallait. Aujourd'hui, je suis son invitée. Je vais quand même pas arriver les mains vides ! Alors je vais lui faire un gâteau ! Un bon gâteau.
En attendant, elle me manque ! Bon anniversaire ma Ponette, je t'aime. Je t'aime même si je ne sais pas t'aimer comme tu le mérites. Même si certaines portes sont plus dures à franchir que d'autres, je te souhaite que toutes soient celles de la lumière et que comme le disait  Eluard, que toutes s'ouvrent sur du bonheur et sur rien d'autre...
En pensant à nos balades et au chemin parcouru ensemble, j'ai glané quelques images qui sont assez évocatrices de nos instants complices.







 Avec notre Minette que tu promenais dans ton landau de poupée.





Avec notre Frimousse que nous avons tant pleuré.



Quand je t'écrivais des histoires et mettais en scène nos photos pour les illustrer




Nos moments furent riches, nous avons su valoriser ce temps qui nous était donné. Grâce à toi, grâce à vous, le bonheur ne fut pas que maintenant, il fut tout le temps et je compte bien en avoir encore longtemps !
Bon Anniversaire...........



7 commentaires:

  1. Merci ma petite maman, ton texte est magnifique à m'en faire pleurer. Je t'aime petite maman,des moments de complicité il y en aura d'autre. Gros bisous, ne culpabilise en rien du passé, tu m'a permis de me forger. Ponette

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon courage Ponette pour ces deux jours un peu compliqués. Merci d'être là. Je ne sais pas si je t'ai permis de te forger. Disons que tu as du faire avec ce que tu avais.

      Supprimer
  2. Merci Délia, je n'ai pas pleuré, juste frissonné. Et tu sais pourquoi? Je m'en vais de ce pas te le dire par mail!
    Mille bisous à vous deux.

    PS pour Ponette: tu sais quoi jeune fille? (je me permets de te tutoyer), je ne connais pas bien votre histoire, c'est sûr, mais je trouve que ta maman a drôlement besoin d'être rassurée, quand elle raconte les choses on dirait toujours qu'elle a été la pire des mamans... et mon petit doigt me dit que ce n'est pas le cas! :-)
    Joyeux anniversaire à toi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te permets de me tutoyer, merci à toi Ambre. En effet ce n'est pas le cas.

      Supprimer
    2. Merci Ambre, la journée fut bonne ! belle journée à toi, tu es bien occupée si j'en crois nos échanges !

      Supprimer
  3. Quel merveilleux cadeau tu offres à ta fille en écrivant ces quelques mots ! Le lien d'amour est fort et traverse le temps c'est bien connu. Je le partage intensément avec ma propre fille, tout comme toi avec la tienne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Brigou, les liens filiaux sont particuliers, et fort en caractère, principalement pour nous les mères. Je ne dirai pas mère fille, car j'ai les mêmes avec mon fils. Belle journée à toi.

      Supprimer

Rire aux larmes

Je l’ai repérée, voire reconnue, tout de suite. Elle m’a évidemment ramené à l’époque où je ne pensais pas à des tas de choses sans intérêt....