Sur l'onde calme et noire

« Sur l’onde calme et noire
Où dorment les étoiles… »
Et vous le terminerez par cette phrase de Patrick, non, pas « Patriiiick ! », l’autre, Modiano :
« Encore aujourd’hui, il m’arrive d’entendre, le soir, une voix qui m’appelle par mon prénom, dans la rue. »




Sur l'onde calme et noire
Où dorment les étoiles 
Sur un joli banc de sable
Au bord de la clairière
Il est une sirène
En habit de lumière.
Son teint pale et clair 
Brille sous la fougère
Que les roseaux caressent
En se penchant sur elle.
Elle tient dans sa main 
Le bouquet d'anémones
Que je lui ai offert
Tandis qu'à son teint  frêle
L'églantine  en la berçant
Mêle sa corolle au fil du courant.
Souvent je pense à elle
Quand tombe le couchant
Comme je l'ai connu naguère 
La riante bergère, allant à la rivière
Se baigner en chantant.
J'étais amoureux fou d'elle
Mais ne pouvant l'attendre
je reste là penché sur son gisant.
Le souvenir étrange de son corps endormi
Flottant sur l'eau a deux pas de la rive
Quand j'étais venu pour boire 
Au creux de son eau vive
M'obsède à n'y pas croire, 
Et j'implore à genoux 
Pour que finisse le supplice
Et qu'enfin on nous réunisse
Car dans mon grand désespoir,
Encore aujourd’hui, 
Il m’arrive d’entendre le soir, 
Une voix qui m’appelle 
Par mon prénom, dans la rue. »


22 commentaires:

  1. Eh ! Tu t'es lancée !
    C'est chouette comme boulot.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai galéré pour trouver une chute équilibrée, surtout ! enfin, merci pour le compliment.

      Supprimer
  2. Oh lala que c'est beau Délia! C'est ma-gni-fi-que!!! Vraiment, J'ADORE!!!

    RépondreSupprimer
  3. Tu as été super inspirée, cela donne une superbe poésie !

    RépondreSupprimer
  4. Votre poème est très beau.
    Il est dans la vaine des poèmes saturniens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Il est dans la vaine des poèmes saturniens." Taciturniens, plutôt !

      Supprimer
  5. Tu es trop modeste. Il est BEAU ton poème!

    RépondreSupprimer
  6. Je suis d'accord avec Ambre, il est beau ton poème, vos devoirs à toutes sont superbes ce matin.

    RépondreSupprimer
  7. Bon ben si vous le dites, moi je vais vous croire, c'est vous les lectrices et lecteurs et en plus je sais que vous êtes connaisseurs d'habitude !

    RépondreSupprimer
  8. pas facile cet exercice mais c'est réussi ! Bravo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, merci de ta visite. Je suis allée faire un tour du côté de chez toi, du coup. ça a l'air sympa ! je crois que je vais noter ton adresse et te rendre visite plus souvent ! En tout cas, ici tu es le bienvenu (ou la bienvenue ?) reviens quand tu veux.

      Supprimer
  9. Un joli texte poétique. Quelque peu entre romantisme et Parnasse. On se laisse bercer et émouvoir, au fil de l'eau…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais, je ne suis pas une pro de la poésie, je n'ai donc aucun style particulier ni préférence de courant. Merci pour ton commentaire.

      Supprimer
  10. Vous me dites tous ça, mais moi je ne le trouve pas équilibré !

    RépondreSupprimer
  11. pas équilibré...je m'en fiche je l'aime beaucoup ! :)

    RépondreSupprimer
  12. Finalement vos encouragement à tous me font du bien. C'est exactement le contraire de mon club photo ! parfois j'arrive avec des photos que je trouve drôlement bien, je leur montre toute fière et patatra : "ah, elle est mal cadrée ; oh, il y a des objets parasites ; tiens, celle là elle est floue ; mais elle est de travers ! moi j'aurais pris autrement ; ton arrière plan ne va pas, il est trop ceci ou pas assez cela ; ton premier plan manque de...". Bon souvent c'est vrai, mais même quand elles ne sont pas mal, (j'ai fait un stage avec un vrai photographe cet été, une trés belle journée, lui, il trouvait toujours le truc qui allait sur les photos), il y a des remarques désobligeantes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « Critiquer » une photographie, c'est quasiment un métier ! Dans un club on peut être formé à des techniques, mais rien ne vaut un stage avec un vrai photographe professionnel spécialisé dans un domaine. (Le portrait d'art par exemple) Comme tu le dis, ce dernier valorise ce qui est réussi et propose à l'autre de cerner par lui-même ce qui peut être amélioré. C'est à l'auteur de la photo d'apprendre son autocritique.

      Supprimer
  13. C'est tout à fait vrai ce que tu dis. Je crois qu'il faut aussi savoir accepter les critiques car chacune a son côté positif. Quelque part, c'est l'égo qui pense et dit le contraire. C'est tellement plaisant et confortable d'être caressé dans le sens du poil.

    RépondreSupprimer

Rire aux larmes

Je l’ai repérée, voire reconnue, tout de suite. Elle m’a évidemment ramené à l’époque où je ne pensais pas à des tas de choses sans intérêt....