Interrogation sur prise.

Une belle journée hier encore, fraiche et ensoleillée, avec ses brumes matinales qui donnent à l'automne son charme et son mystère. J'en ai profité pour faire une petite balade à deux pas de chez moi. C'était sympathique. Une chapelle dans un jardin traversé par la rivière Aurence où de vieux moulins réhabilités en belles demeures offraient au visiteur, une vue superbe.


Sur la colline, un calvaire où débouchait un chemin de croix et une grotte en contre bas. Des statues de saints et de madones peuplaient cet univers.



Les arbres centenaires déployaient leurs branches et leur couleurs. Je marchais paisible dans la rosée. Au loin de vieux messieurs causaient à l'ombre des platanes. Une femme et son enfant marchaient dans l'herbe humide que des  municipaux s'affairaient à la tonte. Les mélèzes se miraient dans l'onde marneuse. Je découvrais aussi, le long de la voie de chemin de fer, une vieille cabane au toit moussu.
Il n'en fallait pas plus pour gouter au bonheur d'être ici, ne pas penser au lendemain et avoir une nouvelle fois envie de courir loin, trés loin dans la montagne où sa parure au mille teintes égaie la nature. Peut être irais je y faire un tour et profiter des dernières feuilles avant qu'elles ne jonchent le sol et nourrissent la micro faune qui déjà s'en empare et la transforme en une autre matière sur laquelle reverdira l'herbe quand le printemps reviendra.
Puis il faudra affronter l'hiver, ses déconvenues, ses froidures. Quand la belle saison refleurira, je ne serai pas encore une autre et plus tout à fait moi. Mon corps douloureux Aura -t-il l'énergie pour affronter cela ? Et moi à l'intérieur pourrai - je à nouveau apprécier comme il le faudrait ce nouveau moi ? Marcher en altitude et redécouvrir le charme de l'éveil floral au cours de  promenades improvisées au gré de mes envies ? Sombres jours qui s'annoncent, aurez vous raison de ma force ? Ou bien profiterez vous de ma faiblesse pour anéantir toute volonté de me laisser séduire par cette merveille qu'est notre terre ?

4 commentaires:

  1. Une belle balade que tu nous offres, j'aime ces reflets dans l'eau.
    Le passage de l'heure d'été à l'heure d'hiver me perturbe beaucoup et ma fatigue laisse des traces, hier j'étais clouée par une gastro !!

    RépondreSupprimer
  2. Tous les ans, deux fois par an on est perturbé avec ce bazar d'heure. Tous les ans on nous dit c'est la dernière fois et puis je crois que jusqu'à notre dernière il nous chanteront la même chanson. Je trouve qu'il nous faut un temps toujours plus long pour s'adapter, à la fin c'est du vol, parce que la luminosité est différente à 16h d'hier qu'à 16 h d'aujourd'hui. Soignes toi bien, la douceur de l'air est propice aux infections microbiennes. Prends un bon pastis avec un petit peu d'eau, eux n'aiment pas ça tu verras que ça ira .

    RépondreSupprimer
  3. Belle promenade pour évacuer le stress.
    Nous avons en nous une énergie que nous ne soupçonnons pas !
    Étape après étape...
    Bonne journée Délia

    RépondreSupprimer
  4. Tu as raison, c'est aussi ce que je dis souvent, même si parfois le doute s'insinue. Cela reste vrai dans beaucoup de circonstances, j'ai bien aimé cette balade, je n'étais pas partie avec un but précis ni dans une direction prédéfinie, et puis comme ça en route, j'ai improvisé, c'est ça aussi qui fait son charme. D'ailleurs j'ai bien fait car aujourd'hui, le temps est gris et bas, il ne donne pas envie de sortir. Je vais attendre ma Ponette, bien au chaud. Bisous, Fabie.

    RépondreSupprimer

Rire aux larmes

Je l’ai repérée, voire reconnue, tout de suite. Elle m’a évidemment ramené à l’époque où je ne pensais pas à des tas de choses sans intérêt....