Si vous me cherchez....

 Devinez quoi ! Hier j'ai eu un appel de la poste. Oui, du service qui m'a fait poireauter des heures  (en tout 1 h + 3/4 d'h + 40 ' sur 3 jours  ) pour me permettre d'utiliser mon argent. J'insiste sur le "mon argent". Is l voulaient savoir ce que je voulais faire de tout ce pognon que j'ai sur mon compte. Ben oui, dès qu'il y en a ils sont à l'affut, tandis qu'ils vous traquent dès qu'il en manque un petit peu, l'un ne compensant pas l'autre, ils vous taxent honteusement alors qu'ils ne vous rémunèrent pas dans l'autre sens. Elle est pas belle la vie ? Enfin pour eux toujours, parce que pour nous, c'est toujours la même histoire inchangée depuis les fables d'Esope. Je ne dis pas La Fontaine dont je ne veux pas boire l'eau, ce n'est qu'un usurpateur de toutes façons. Peut être avec du talent, mais usurpateur tout de même.  

Je les ai donc envoyé iech à la poste, leur indiquant clairement que ce n'était pas leur problème  quand la question (je n'invente rien) :"mais qu'est ce que vous voulez faire avec tout cet argent ? me fut posée. Ne manquant pas de répondant ni de retenue, le freluquet qui m’interviewait  me déclara sa flamme, enfin à mes économie, " vous savez que pour les plus de 70 ans, on a une mutuelle trés avantageuse ? " Déjà les 70 je ne les ai pas encore, mon mari encore moins et une mutuelle j'en ai déjà une, je ne vous ai pas attendu, messieurs mesdames les cofis (conseillers financiers qui ne sont là que par épisode, suivant les aléas des bureaux de poste, leurs heures d'ouverture et leur potentielle cliente richissime comme moi mais pas que), en herbe. Car vous ne serez jamais à la hauteur de ceux des services dont c'est le vrai métier, le votre étant le service public et non le tout boursier, me semble -t- il, enfin dans le souvenir que j'en avais gardé.  Et là je ne peux m'empêcher de penser  à la petite soeur germaine  ex France Télécom, à qui la grande  ex la poste, rêvait tant de ressembler ; aux "france télécom bonjour" qui m'étaient si fraternellement adressés dés que je franchissais la porte de cette institution commune, que l'on appelle le syndicat, aux madame des télécoms qui ne me grandissaient pas et autres Quolibets que je dû endurer pendant ... le temps passe vite ! Ben oui, pas de quoi pavoiser !

Et voilà comment en moins d'une minute un entretient bref qui devait en durer 5, fut plié. Ah mais, faut pas venir me chercher, parce qu'on me trouve, voyez vous !

!

12 commentaires:

  1. Et oui tout tous veulent vendre des assurances, des mutuelles, des voitures, et surtout garder nos sous !
    Tu as bien fait d'abréger la conversation!
    Nous avons un nouveau téléphone qui filtre les appels, à savoir que celui-ci ne sonne que lorsque le numéro a été enregistré par nos soins, sans cela le nouvel interlocuteur doit s'annoncer, nous y avons gagné en tranquillité, il bloque environ 5 appels par jour, exit les vendeurs de mutuelle, formation, isolation etc, quel pied !
    J'espère que les nouvelles sont bonnes ?
    Je t'embrasse ma Délia

    RépondreSupprimer
  2. A ben ça leur a pas trop mouillé la chemise, les sous que nous avons gagné ! pour pas pouvoir en disposer sans le justificatif du justificatif qui justifie celui qui qui fait foi et encore là on abrège parce qu'il en faut bien au moins deux ou trois par série. C'est génial ce téléphone qui filtre, le mien a les noms enregistrés et les numéros,mais il ne filtre pas. J'ai un répondeur des plus aimables pour remplacer, du style si vous n'avez rien à nous dire que des choses à nous fourguer, c'est pas la peine d'appeler, mais ça dissuade personne, tu penses ! Les nouvelles sont plutôt bonnes, à midi, il faisait beau. Je t'embrasse fort ma Fabie, à plus, je t'écris bientôt, là j'attends ma fille qui ne va pas tarder, d'ailleurs, la porte viens de s'ouvrir et c'est elle!

    RépondreSupprimer
  3. Bon, avec les nouveautés de ton blog je ne sais pas ce qu'il se passe mais je ne reçois plus tes nouveaux messages ! je vais donc me ré abonner !
    Gros bisous à toi et aussi à Fabie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ? je ne sais pas entre eux et moi, je vais voir de mon côté ce que je peux faire

      Supprimer
  4. heu.... ben comment on fait maintenant pour s'abonner ?

    RépondreSupprimer
  5. Moi non plus, faut pas me chercher dans ce domaine... Après on dit que les Auvergnats sont près de leurs sous. Bon, y a pas qu'eux !
    J'ai initié mon fils à ne pas se laisser faire dans ce domaine... J'en avais parlé ici, clic

    RépondreSupprimer
  6. Je fuis les banques autant que je le peux !! Que du business !!

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour Délia
    tout d'abord grand merci d'avoir résolu mon problème d'abonnement à ton blog
    Pour ce qui concerne ce que tu nous racontes, ça fait un bail que je ne me laisse plus enquiquiner, déjà tu connais mon amour du téléphone, alors c'est pas pour répondre à ce genre de sollicitations ! le mieux c'est que je suis sur "liste rouge" mais ça n'empêche personne de "me trouver" .... ils doivent se revendre leurs listes entre eux ....
    J'espère que ton week-end sera agréable et paisible autant qu'il est possible. Plein de gros bisous ♥

    RépondreSupprimer
  8. Je deviens parfois grossière lorsque le harcélement dure plusieurs jours.

    RépondreSupprimer
  9. Comme dirait la Maria des Bodin's "moi je ne suis pas Dupont de Ligonès, quand on me cherche on me trouve" :-)
    J'ai dû louper un épisode (ou plusieurs) car je ne sais toujours pas pourquoi tu n'aimes pas le chiffre 2... ou alors c'était hors antenne.
    Gros bisous ma Delia

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour Delia
    Je commence par leur dire que je ne suis nullement intéressée et si ils insistent j'hurle comme une possédée...bizarrement ils raccroche.
    bises

    RépondreSupprimer
  11. Tu sais, moi je laisse sonner jusqu'à ce que mon répondeur fort aimable se déclenche, aprés c'est lui qui fait le travail, mais il n'est pas trés dissuasif, car ça n'empêche pas les emmerdeurs de récidiver.

    RépondreSupprimer

le 7 février.

 Nous sommes le 7 février, on pense. On pense que es là. En regardant le ciel. En regardant en bas. On ne t'y vois pas. Mais on sait que...