Du bleu.

Pour l'atelier d' Anne, du bleu, comme s'il en pleuvait.  
Du bleu du ciel à celui des reflet de la mare.

 Du bleu des fleurs bleues que nous sommes ou ne sommes plus.

 Du bleu limousin
 Du bleu d'Auvergne des brumes matinales
Du bleu du soir qui tombe sur les montagnes bleutées
 du bleu de la vallée de Chaudefour et  de la dent de la rancune (où je vous ai emmené en balade hier)

du bleu panaché


du bleu sur les labours
du bleu sur le lac Chambon
 du bleu sur les crêtes du Sancy
du bleu sur le beffroi de Besse en Chandesse
L'Auvergne est le pays du bleu. Et je ne vous parlerai pas ici du bleu de travail : il sèche au jardin. et moi le travail, j'en ai par dessus la tête, surtout depuis que je suis en retraite à m'occuper des chats et des chiens, des lessives, du ménage, des courses et des affaires des uns et des autres qui ne savent pas, ne peuvent pas s'en occuper eux mêmes ou bien ne veulent pas. Finalement je préférais avant, au moins j'étais payée. Pas cher, mas j'étais payée !

18 commentaires:

  1. Une pensée pour nos mamans, nos grands-mamans, qui faisaient tout ça + le surplus et jamais au grand jamais n'aurait eu l'audace ni même l'idée de demander à être payée! ;-) (en tout cas celles qui l'étaient pour "travailler", puisque tout ce qu'elles se tapaient à la maison s'appelait être "sans profession", l'étaient honteusement moins que les hommes pour un travail souvent plus dur et fastidieux!

    C'était la grande rébellion du jour!

    Tes photos sont belles à couper le souffle!

    RépondreSupprimer
  2. Tellement de bleu que j'ai préféré me mettre au vert !

    Si on fait le compte des heures des dites "sans profession" à la maison, on dépasse largement les 35 heures ! Fille aînée avait ciblé les "professions" de la femme au foyer : cuisinière, lingère, femme de ménage, educatrice, accompagnatrice, animatrice, éducatrice, institutrice, chauffeur, traductrice, secrétaire, gestionnaire, comptable, coiffeuse, styliste, infirmière, psychologue, arbitre, etc, etc...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça me fait penser à un post que j'avais écrit...

      http://enviededouceur.canalblog.com/archives/2018/01/23/36073393.html

      Belle journée à tous! :-)

      Supprimer
  3. En effet, ce travail "invisible" est souvent ignoré...
    Moi je laisse couler parfois. Je prends du temps pour ce que j'aime d'abord. Ma maison n'est pas en ligne, le linge s'accumule... Et bien tant pis!

    RépondreSupprimer
  4. C'est complètement comme vous le dites. Ma mère par exemple :cultivatrice, normalement, mère de 7 enfants aussi, et bien pour l'état civil elle était la femme de mon père en l’occurrence et pour l'administration et la société : sans profession ! Du coup je considère qu'elle a oeuvré pour toutes les générations à venir et même plus donc, nous ne devrions plus faire que le minimum (syndical, hein, faut pas pousser non plus !)
    Ambre on va se rebeller ensemble, t'occupes !
    Lakévio : autant de profession que nous avons exercé et continuons malgré tout et que je regrette moi de n'avoir pas toujours bien maitrisées !
    Anne, je suppose, oui ! chez nous c'est pareil, besoin d'un short ou d'un tee shirt propre ? D'un jean ou bien d'une culotte ? Tu tires sur la pile (sur le pouillu disait ma mère) !

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour Délia, que du bleu en Auvergne et du vert aussi parfois. Très belles ces photos, je crois que je vais encore en prendre....
    ce qui me désole aujourd'hui c'est que certaines femmes ont honte de dire qu'elles sont femmes au foyer et ne travaillent pas comme si c'était une tare. Quoi de plus beau que de tenir une maison et d’élever ses enfants? Ils sont quand même mieux que d’être très tôt trimballé chez une nounou non? Bien sur les femmes sont obligées de travailler et oui. j'ai toujours dit que les femmes aux foyers devraient toucher un salaire ce serait le minimum car effectivement la mère doit tout faire et fait un double travail lorsqu'elle travaille en plus. Moi j'ai vu les premiers pas et entendues les premières paroles de mes enfants mais c'était une autre époque où les femmes restaient à la maison. Vous allez rire mais je fais partie encore des femmes (si peu) qui lavent encore certains vêtements à la main et je n'en ai pas honte du tout car je n'ai pas toujours eu les moyens de m'acheter une machine à laver le linge.
    bref, je te souhaite une bonne journée ensoleillée.

    RépondreSupprimer
  6. Il ne s'agit pas de honte. Il s'agit de choix. Aujourd'hui l'évolution de notre société permet aux hommes et au femmes de travailler. De même qu'elle devrait si elle n'était pas gérée au bénéfice de quelques fortunes toujours les mêmes, dont jupiter est l'ardent représentant, permettre de travailler moins, d'avoir des horaires adaptés à l'éducation des enfants,de leur naissance à leur autonomie, des structures adaptées à leur accueil aussi et surtout si le partage des tâches n'était pas qu'une illusion dans la plus part des foyers. Mais cela aussi fait partie de l'éducation. C'est sûr qu'on a des satisfactions a élever ses enfants, mais j'ai toujours fait partie de celles qui ont travaillé, je ne considère pas ne pas avoir profiter de mes enfants. Je pense même au vu de bien des témoignages d'enseignants, ici et ailleurs, avoir fait pour eux bien plus que bien des mères au foyer. Le travail est une richesse il est facteur d'autonomie et c'est important, d'équilibre (enfin il devrait) et devrait conduire à l'épanouissement du moins social des personnes, que ce soient les hommes ou les femmes. Les enfants ont eux aussi dès qu'ils ont conscience que leur environnement ne s'arrête pas aux limites de leur foyer, d'avoir des liens sociaux et de se retrouver entre potes de leur age. Après si c'est un choix (femme ou homme)d'élever ses enfants, je trouve ça trés beau aussi et d'ailleurs, je pense même que cela devrait être permis à tous et rendu possible d'une part par l'évolution des mentalités et d'autre part par la mise en place de moyens qui garantissent l'autonomie économique de la personne et surtout des droits sociaux et collectifs. Le congé parental d'éducation est une bonne chose, mais il faut avoir les moyens. Encore une fois, les couches sociales les plus démunies doivent s'en passer, une injustice de plus à laquelle notre société est confrontée et qui pourrait être facilement résolue. Je pense que le partage des richesses devrait servir à ça aussi. Il faudrait aussi être confronté à de vrais choix et que le monde de l'entreprise et du travail ne soit pas la jungle qu'ils sont devenus.
    Je respecte parfaitement les choix de ceux et celles en particulier qui ont ceux de rester à la maison. Je le répète à condition que ce soit de vrais choix. Voilà aussi vers quoi tendent mes rêves d'utopie pour des lendemains qui chantent.
    Je te dis tout ça aussi parce que je sais que tu l'entendras et que tu acceptes le dialogue et la contradiction et que si je ne le faisais pas tu aurais le droit de penser que je suis une hypocrite. Je te souhaite une bonne journée avec plein de satisfactions. Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Re, C'est exact et je t'en remercie, je me plains assez du manque de réactions à certains sujets dits délicats. Bonne journée à toi aussi en espérant qu'il ne fera ps trop chaud, car ici ça tape fort et je reste au frais.
      Bisous et à plus.

      Supprimer
    2. Que de belles choses intéressantes mais je dois vraiment déconnecter. Je reviendrais lire une autre fois. De toutes façons, comme je viens de l'expliquer à MJ, je n'ose généralement pas m'exprimer! Mais au moins, je lis! :-)
      Bisous les filles!

      Supprimer
    3. Bisous Ambre, profites bien de ta journée.

      Supprimer
  7. L'Auvergne est un chouette coin de France, j'ai travaillé et j'avais une femme de ménage, donc je payais une autre femme pour faire les choses à ma place mais je ne chômais pas pour autant le soir et en plus je travaillais le samedi.

    RépondreSupprimer
  8. Oui, voilà, je crois que la double journée on l'a de toutes façons et il y a des choses qui ne se délèguent pas. S'occuper de son ménage, de ses enfants fait aussi partie d'un certain intime. Avoir une aide soulage mais ne remplace pas. Raison de plus pour ( dans les nombreux cas qui constituent l'immense majorité des personnes)avoir la première journée la plus courte possible.
    Du temps de mon enfance, il y avait école le samedi toute la journée aussi et ma mère allait aux champs et s'occupait de la maison, des bêtes et de tout ce qui occupent à la ferme, 7 jours sur 7, mais elle était sans profession ! (lol)

    RépondreSupprimer
  9. Que de jolis bleus ! magnifiques paysages !
    Je suis d'accord avec tout ce que vous avez dit plus haut.
    Je connais moi-même la double journée, voire la triple, pourtant je n'étais pas contre un échange des rôles, mais, mon ex n'a pris que le positif et m'a laissé tout le reste. je lui avais pourtant dit que l'échange des rôles ne me gênait pas, lui au foyer s’occupant des enfants et de la maison, moi au boulot rapportant de quoi vivre pour nous quatre, l'argent n'a jamais été un grand désir pour moi. Au final, je suis bien allée travailler mais lorsque je rentrais il fallait que je m'occupe de la maison et des enfants. Il se la coulait douce, n'allait pas travailler, mais ne passait pas l'aspirateur, ne faisait pas les lessives, ne les étendait pas, ne faisait pas la vaisselle, ne s'occupait pas des enfants, ne prenait pas les rendez-vous, ne les emmenait pas à l'école, ni chez le médecin etc... bref, j'avais le métier idéal pour une femme, je pouvais travailler et avoir mes enfants toujours avec moi quand ils n’étaient pas à l'école puisque je suis institutrice. Lui, avait la position la plus confortable qui soit, ne rien faire et ne pas s'en faire ... Bon ça n'a pas duré toute une vie non plus ... ;)

    RépondreSupprimer
  10. Ben oui, tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse !

    RépondreSupprimer
  11. Bleu est ma couleur préférée... mais j'en suis saturée ! Mais si tu veux savoir comment comment j'ai été applaudie comme championne du monde de foot, va lire la Bourlingueuse, ça ne te prendra qu'un instant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après une grosse frayeur, je suis allée voir. Bon ! j'ai laissé un com. Cela ne mange pas de pain. Je n'aime pas le foot. Vive le vélo !

      Supprimer
  12. Bonjour délai petit passage pour te souhaiter une bonne journée. Bises et à plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A demain, à l'heure qu'il est,il est temps d'aller dormir. Il pleut sur le jardin sur le rivage et si j'ai de l'eau dans les yeux, c'est qu'il me pleut sur le visage.

      Supprimer

La bonne affaire

  Que peut-il donc se passer sur cette toile d’Harold Harvey. Que peuvent donc se dire ces trois femmes qui semblent intéressées par la lett...