Nicole

C'est ma soeur. Complicité. Partage. Retour aux sources. Humanité. Luttes. Fraternité.  Amour. Amitié. Humilité. Souvenirs. Duplicité. Elle laissera, ou pas en commentaire, la suite de mots qui nous unissent.  Je reviens du jardin et j'ai cueilli pour elle :

 Le lilas de Romain


 Le genêt d'or que j'aime particulièrement (allez donc savoir pourquoi ? T''as qu'à le demander à ta soeur l'Annie, elle te le dira ! ou pas, on a tous nos petits secrets.
 l'ancolie que maman aimait aussi

 Mes iris que nous avions choisi avec maman à Sognes. Elle les aimait beaucoup.
 Pâquerettes et Véroniques, petites fleurs des champs et des prairies.
 Ma pivoine rouge, couleur de nostalgie

 ancolies rouges et bleues
 ma glycine comme chez nous, je ne sais pas pourquoi j'ai eu besoin d'en avoir une aussi.

 Rodo blanc et mauve, j'aime pas les rhododendrons  mais ça c'est une autre affaire que je transformais naguère en trop gros dindons !
Je ne sais pas trop pourquoi parfois la nostalgie me prend. Aujourd'hui, je suis seule et mesure le temps passé. Je regrette ce temps. Les plus  seules ne sont pas toujours celles qu'on croit. Il est des solitudes qui ne se partagent pas.

6 commentaires:

  1. Ouh! Une bouffée de nostalgie!
    Tes fleurs sont magnifiques et elles sont là aussi pour soutenir les souvenirs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Anne. On peut tout dire avec des fleurs, finalement !

      Supprimer
  2. Oh Délia, il est très touchant ce post! Je l'aime vraiment beaucoup!
    Tu as des fleurs magnifiques. Le genêt est d'une particulière beauté!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Ambre, oui le genêt c'est un genêt de culture. Je préfère le sauvage, mais je n'ai pas eu l'occasion d'en photographier encore cette année. Il faut dire que pendant sa période de floraison, j'étais là où c'était encore l'hiver ! En revanche les pivoines sont tout à fait écloses pour certaines, presque fanées pour d'autres et pas encore fleuries pour les dernières. Dommage que cette beauté soit si éphémère. Bisous et bonne journée.

      Supprimer
  3. Joli billet... et comme je comprends ta nostalgie et ce que tu dis du temps qui passe, du temps passé...
    Bisous

    RépondreSupprimer
  4. L'éphémérité des choses , il en est des êtres comme du temps et de nous mêmes, on ne garde que ce qu'on peut garder. Les souvenirs sont là pour ça. Merci Praline, belle journée à toi, des bises.

    RépondreSupprimer

Elle part...

Elle part. Comme on part prendre le train. Tout au bout de la route et de notre chemin Elle part vivre sa vie ma boucle de Sarrasin. El...