Le mot d'avril

 Projets ? Bien sûr que j'en ai des projets, des petits comme des grands. Celui d'aller m'aérer un peu du côté opposé de la montagne. Je ne crois pas trouver de ces jolies fleurs, bien trop tôt encore dans la saison.
 Surtout que cette fleur de nièle a pratiquement disparu grâce à l'agroculture moderne qui éradique tout ce qui la gène.
 Mais peur être aurai- je la chance de contempler de ces marbrures dans le ciel au couchant comme au levant.


 Le safran non plus n'ouvrira pas sa corolle
 mais les rayons de lumière viendront frapper les ruines du vieux hameau et donneront à la campagne comme un air de goguette que j'apprécierai le long des ruisseaux, à la lisière d'une forêt

 ou sur la face d'un plan d'eau.

 Enfin débarrassé de la "Jubine " verte aux cheveux roux, mon frère pourra nous accueillir dans son chateau.
 L'an dernier nous avions fait ensemble une jolie balade. C'était à la même période et les crocus parsemaient la prairie. Peut-être aurons nous l'opportunité d'en retrouver encore cette année.
Et puis nous reviendrons vers la Ponette, ici avec des champignons, ce ne sera pas encore la saison, ni celle du serpolet

 mais les premières éphémères "clandestines" borderont les souches de quelques chênes au pourtour des rivières et le jardin ouvrira ses pivoines, ses rodhos et ses iris. Ce sera un vrai bonheur !







Mon jardin est une source de plaisirs sans cesse renouvelés.
Puis nous repartirons vers d'autres projets.
Des balades, des retrouvailles, des photos, des rencontres, plein de projets m'animent, combien d'entre eux je réaliserai ?
La Ponette, elle aimerait bien que sa situation se règle et qu'enfin elle puisse en faire des projets. Pas facile quand on est jeune et dans la précarité de pouvoir se poser !
Son frère aussi aimerait bien voir sa situation évoluer. Quand au Patou, lui, c'est son jardin qui lui tient de projet. Voilà de quoi bien l'occuper pour les jours prochains, maintenant que le printemps s'amorce et que pousse l'herbe au jardin !
Mais demain, le grand projet, c'est de prendre nos ailes et en voiture vers l'Auvergne. Quand je reviendrai, il y aura plein de mauve à vous montrer. Des fleurs, des montagnes, des vaches, heu non, ça c'est pas chez nous !
J'ai mil temps à la trouver celle là, c'est la vache à Milkron !
 Et là, c'est la poule à... Machin, mais si vous savez bien,  du presque même nom à quelques lettres prés.

(Mais kélékon !)

3 commentaires:

  1. Le mauve tout en bonne humeur!!!
    J'adore les iris!

    RépondreSupprimer
  2. Qu'elles sont jolies tes photos! ça donne vraiment envie de marcher dans tes pas..
    "la Jubine" ? ???? Un surnom?
    Bonne route pour l'Auvergne, avec de bons moments, malgré tous les malgré..
    Gros bisous, Délia!

    RépondreSupprimer
  3. Un jour je te raconterai pour la Jubine, c'est un feuilleton familial trés cocasse (j'ai dit cocasse, pas connasse, mais j'aurais pu aussi !!!!) et une histoire à rebondissement parfois comique, parfois dramatique mais dans tous les cas un personnage peu commun qu'il ne faut pas regretter de n'avoir pas connu !!

    RépondreSupprimer

Elle part...

Elle part. Comme on part prendre le train. Tout au bout de la route et de notre chemin Elle part vivre sa vie ma boucle de Sarrasin. El...