Du blanc, de l'ocre et du bleu, du vert et du maron !

Bien oui, effectivement ! demain il pleut avait annoncé la météo. Quelle nouvelle ! n'est ce pas ! demain il pleut, comme si on n'avait pas l'habitude. Mais après la pluie le temps est beau, alors on y croit, surtout que quand c'est pas sûr, c'est quand même peut-être. 
En tout cas, moi, hier j'ai fait 16 km à pied, des photos à m'en faire péter  la carte SD et l'ordinateur, mais dieu que c'était beau, que c'était bon que c'était bien, et avec la Ponette en papotant, encore mieux plus bien !  
Dommage qu'il ait aussi fallu faire des courses (en soirée, le temps est précieux ! ) car je n'ai pas pu profiter du coucher de soleil. Quand nous sommes sorti du carrouf, il était couché et seules quelques traces lointaines à l'horizon nous disaient qu'il avait du être beau. 
La matinée avait été chaude, nous avons bien fait d'en profiter.


 Je vous propose de partager ma journée, aller on y va.  On commence par un cadeau du ciel, petit agneau gris strié de noir mais cela ne se voit pas sur la photo prise par la Ponette.
 Le pré derrière chez nous a déjà essuyé les premiers rayons du soleil
 La route est à présent bien noire
 mes limousines sont redevenues Limousines
 mais le roncier a gardé sa guirlande
 les noisetiers scintillent

 de retour à la maison, la Plume se prête à des acrobaties et joue les équilibristes

 pendant que son ami Flocon se bronze sur sa terrasse. 
Nous avons bien marché 1 bonne heure. J'ai le temps de passer au labo. Les résultats, bof ! Pas pire que d'habitude ! mais moins bien que la fois précédente.
 Nous mangeons rapidement, et repartons. Nous avons pleins de projets en tête pour l'après midi.
La neige est un peu entrain de fondre avec le soleil, il est 14 h, le moment où il est le plus chaud.

Le long de la rivière le vieillard est toujours là accablé par les ans, la pluie, la neige, le froid. Il a encore vieilli depuis hier. Je crois qu'il ne s'en remettra jamais !

A l'aller comme au retour, nous allons longer la rivière et rencontrons Henry 4 et son joli cheval blanc. Nous avons essayé de regarder si la fortune se cachait sous les sabots du cheval, mais n'avons vu que du blanc, c'est étonnant !

L'arbre creux chauffe ses os usés.

La forêt magique étincelle et sur notre promontoire, le trou d'eau est pris sous une épaisse couche de glace .


Nous redescendons par la colline et gagnons l'autre rive.

Le pont donne aux courbes de la rivière  des allures de vallée glaciaire.
Dans le sous bois, la neige a gardé ses reflets, les arbres d'ocre flamboient.

Nous repassons le pont franchi à l'aller, mais en face.


Le séquoia est toujours là. 
Nous avons parcouru 9 km,  en terrain boueux, il nous en reste encore 3. Nous sommes fourbues mais contentes. Demain il parait qu'il fera froid !














5 commentaires:

  1. Belle promenade!
    Et tu as trouvé de l'ocre.

    RépondreSupprimer
  2. Oui, la nature est si belle ! et puis en janvier on n'a pas eu de blanc, alors on se rattrape, de l'ocre et du blanc (on est encore que début février) !

    RépondreSupprimer
  3. Quelle jolie promenade ! les ronces étaient encore plus défensives avec leur guirlande hérissée ! Il ne va pas attraper froid ce petit agneau ?

    RépondreSupprimer
  4. Penses tu ! sa maman lui a tricoté un si joli pull rayé !

    RépondreSupprimer

O rage...

C'est sous un ciel changeant que j'ai pratiqué diverses activités ces derniers jours. Ravie de revenir pour quelques temps encore da...