D'ocre et de blanc.

Après l'ocre, le blanc. Après la pluie, la neige.
Rien à voir avec la couche blanche tombée sur les pays du nord (de la Loire), mais quand même assez pour, comme ailleurs perturber un quotidien déjà malmené par toutes ces intempéries qui durent maintenant depuis deux mois. 
 Ce n'est pas encore aujourd'hui que je vais étendre mon linge dehors ! Pourtant ce matin, blanc de givre j'y croyais presque. Le soleil était là. Vers 9-10h j'ai pris mon baton et zou ! en avant la musique !

J'ai pris le chemin, vous avez vu, ici ils entretiennent les fossés avec des sangliers ! Oui oui, c'est le nouvel outil, mais par contre faut pas regarder le fignolage !
La rivière coulait tranquille, mais le soleil s'est vite caché derrière de vilains nuages, ciel bleu devenu couleur d'acier, puis de plomb. Moins prétentieuse, (ou fatiguée) la rivière avait retrouvé son lit

 J'ai même rencontré un vieillard fatigué et les cheveux blanchis









Et puis la neige s'est remise à tomber. D'abord en grain, du grésil, quoi. Puis en flocons délicats





Quand je suis passée sur l'autre rive, elle avait déjà recouvert légèrement les rochers, mais arrivée à la maison, le chemin était noir, un rouge gorge cherchait sa nourriture en sautillant dessus, dessous la haie.

Et moi j'avais faim ! (il était 13 h 30 mais je n'en avais aucune idée.
En rentrant j'ai pris le courrier. Une lettre du CHU avec la mention prioritaire sur l'enveloppe, écrite à la main. J'ai ouvert, puis reposé l'enveloppe. Je n'avais plus faim. Dehors il neigeait abondamment.
J'ai vite couru au laboratoire faire les analyses demandées puis à la pharmacie chercher le produit pour l'examen. A 15 h j'ai emmené mes petits chats chez la vétérinaire pour leur rappel de vaccin. Il neigeait toujours. L'assistante avait déjà fait la trace deux fois devant le cabinet. Les petits chats vont bien, ils ont pris 500 g chacun, c'est que la maison est bonne chez moi ! Enfin il parait.
Quand tout ça a été terminé, je suis rentrée, j'ai posé les petits chats sur le canapé. Il neigeait toujours.
J'ai repris mon baton, mon appareil photo et rezou !
 Mes Limousines  n'allaient pas tarder à ressembler à des Charolaises (enfin presque !)
 Une longue marche le long du chemin et des prés

 

 le chateau de blanche neige se perdait dans les fonds brumeux




 

Sur le chemin du retour j'ai entrevu une éclaircie et n'ai pas pu m'empêcher d'aller voir le soleil qui se levait (il était temps !)









Au retour, il était au alentours de 17 h 30. La brume  montait de la terre et la nuit s’apprêtait à tomber. La saleuse était passée, le chasse neige aussi. Le prefet venait de lever l'interdiction aux poids lourds de circuler.  Le voisin rentrait du boulot et moi, chez moi. La ponette avait appelé pour prendre des nouvelles de la circulation et pour savoir si elle pouvait aller à la piscine.
Il était 18 h30.  Je lui ai recommandé la prudence, peut être elle dormira en ville.
Demain sera un autre jour.

12 commentaires:

  1. Que tes photos sont belles!!!
    Le naufrage de l'arbre dans la mare, le ruisseau roux qui coupe la neige, la lumière du soleil...
    Mais je m’inquiète. Tu as des problèmes de santé?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Anne. J'ai pensé à toi ce matin, en faisant des photos de mes vaches oranges !
      Pour le reste, ne t'inquiète pas, j'ai fait une écho la semaine dernière et je passe un scanner lundi, mais on me dit qu'il ne servirait à rien de passer un scanner 6 mois après pour confirmer ou affiner des résultats. Alors ! ben on verra bien.

      Supprimer
    2. Oh... Je croise les doigts.

      Supprimer
    3. Merci Anne, tu es gentille, je te fais des bises !

      Supprimer
  2. Bonjour Délia,
    moins de neige qu'en Île-de-France mais suffisamment pour faire de bien jolies photos.
    On ne les rentre pas, les vaches, par ce temps? Je me demande si elles apprécient cette froidure.... :-(
    Moi, hier, j'ai pensé à toi en changeant de chaussettes (petit motif "vaches" dessus ;-)) après être allée faire des photos en forêt (mais j'avais oublié mon bâton, contrairement à toi;-))
    J'espère que les examens médicaux que tu as à faire, ce n'est pas grave.. Je t'envoie de chaleureuses pensées... dans tous les sens du terme!
    Bonne journée à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, mais des enfants bloqués en ville parce que les écoles et lycées ont fermé leurs portes dès midi et que les transports ont été annulés dès 15 heure ! des voitures sur le toit, des gens affolés et moi dans ma neige à me promenais à faire des photos et admirer les paysages. J'ai même rencontrer un monsieur qui m'a proposé de me raccompagner chez moi, d'accord il était immatriculé en Creuse (les creusois sont sympas et plus serviables que les Limougeauds, c'est un fait !)Il a du me prendre pour une femme en détresse pendant que les autres pensaient que j'étais folle !
      Les vaches non elles n'ont pas d'abri ici, qu'il pleuve qu'il vente qu'il neige. J'avais posté en décembre, je ne sais pas si tu te souviens, des photos de tout petits veaux juste né dans la neige. Je ne crois pas non plus qu'elles apprécient le froid et les intempéries.
      Tu sais que j'ai aussi des chaussettes avec des vaches ? Cela te surprend, n'est ce pas ? j'ai même offert un caleçon avec des vaches : de jolies Montbéliardes, à mon fils quand je lui achetais encore ses vêtements,naturellement. Par contre, il n'a jamais voulu le mettre. Il n'y a pas que les bottes qui fassent pecnots sans doute (clin d'oeil à Anne !) Quant au bâton, instrument indispensable pour les balades !
      Pour les examen, j'espère que ce n'est pas grave non plus, mais je psychote quand même ! scanner lundi, il en ressortira bien quelque chose. Merci de te soucier de moi et de ton amitié. Bises et bonne journée. Ce matin soleil et une balade, cet aprés midi idem, on va profiter de la neige car demain il pleut parait-il. Bonne fin de semaine.

      Supprimer
    2. Bonjour Délia, je comprends que tu psychotes quand même, on ne peut pas empêcher ce foutu mental de carburer à tout va... Surtout que si des progrès ont été faits question relation patients/ personnel médical, on se sent quand même une toute petite chose face à cela. Je me rappelle mes premiers soucis médicaux (j'ai commencé jeune à faire du zèle dans ce domaine), c'était l'horreur car on était dans la chambre d'hôpital et personne ne te disait rien de ta propre santé! c'était pour leur "aura" je suppose.... Cela a bien changé, mais dans l'autre extrême.... ils te fichent souvent la trouille pour rien! Dans tous les cas je croise vraiment les doigts pour toi, de tout coeur. Si tu as besoin d'une oreille (ou plutôt d'un oeil), je suis là :-) ma messagerie est ambreneige@orange.fr
      Gros bisous et bon dimanche, Délia!

      Supprimer
    3. voici:
      http://enviededouceur.canalblog.com/tag/op%C3%A9ration%20chirurgicale

      si cela peut te faire sourire et te désangoisser un peu! ;-)

      Supprimer
    4. Merci, tu es trop mignonne, je note ton adresse et je t'écris, bisous .

      Supprimer
    5. Bonjour Délia,
      je n'ai pas trouvé "où contacter l'auteur" sur ton blog alors je t'écris ici... Qu'a donné le scanner?
      Je te fais des bises. Tu peux m'écrire par mail si tu le souhaites, et aussi bien ne pas répondre si tu préfères qu'on te fiche la paix! :-)

      Supprimer
    6. Bonjour, je te réponds à côté. Que veux tu que cela donne ? Ils n'ont pas été plus bavards que la première fois, la manipulatrice a posé dans le box un papier avec des numéros dessus à côté de mes affaires ! (j'ai déjà passé des radios et des scaner pour d'autres examens, je savais que ces numéros c'était mon numéro de dossier et de patient,mais comme je ne sais toujours pas lire les clichés je ne suis pas plus avancée ! Ils sont terribles !!!

      Supprimer
  3. Que tes photos sont jolies ! l'arbre creux est magnifique ! j'aime tout particulièrement la neige dans le soleil orange, et comme Anne le ruisseau orangé avec les branches en travers.
    J'espère pour toi que les examens lundi vont être rassurants...

    RépondreSupprimer

Qu'importe !

Depuis le départ de la douce Ponette, j'en ai remué des choses ! des drôles, des tristes, des belles et des moins belles. Des pages qui...