A un de ces plus !

La prochaine fois que j'irai en Auvergne, il faudra que j’aille chez Madame Charmensat  : chercher du vin, à Boudes, du rouge, du blanc et du rosé, tous trois parfumés et délicats à souhait. Chez le rouge, le vin qui rend fou, j'apprécie sa résistance, son caractère très fort et sa volupté. Chez le rose, son parfum de terre et l'amertume des premières gelées et chez le blanc, son arôme subtil qui s'arrondit en bouche, laissant un délicat parfum de brise et de terre rouge mêlés. Quand les averses baignent la terre des coteaux et que le vent se fait léger.


Et puis j'irai à Saint Nectaire. Quoi faire ? ben, devinez ! La ferme Bellonte  (je ne sais pas si vous connaissez) me donnera le vrai gout du fromage. J'en reviendrais avec plein mon coffre pour moi, pour les amis, les amis de la Ponette (qui n'aime pas le fromage : j'ai du faire quelque ratés !) mais au goût de cave creusée dans le rocher.

J'irai à Grandval chez ma copine, le miel est délicat, fleurit, boisé, aux gouts de fleurs butinées par les abeilles loin des  espaces industrialisés. C'est un soleil mis en pots à l'ombre des grands bois de sapins comme il y en a en Livradois.


 J'irai à Saint Genés laTourette faire provision de bon yaourts au lait bio et là j'en suis sûre ! les vaches je les vois dans les clos  de la Francine, quand Dominique les y amène pour brouter l'herbe tendre du printemps à l'automne, et même le regain de l'été !. Elles paissent tranquilles  dans les Coulires, à la Bugette, au Lavadoux, à la Voissette. Il n'y a pas d'engrais sur ces terre, seuls les trésors de la nature se mêlent aux pâtures ! Parfois l'herbe a gout de noisettes, parfois de menthe verte ou de subtile reine des prés.


 Il faudra aussi que j'aille faire une visite à mes copines. Maintenant que je les ai retrouvé, ce serait bête de les reperdre, j'ai tant de choses à leur confier. Tant de choses aussi a entendre. C'est qu'il s'en est passé durant toutes ces années !

7 commentaires:

  1. Il te faudra peut-être attendre le printemps, l'Auvergne y est plus belle en avril/mai. Pour le fromage, je le prends dans le cantal, quand je vais me ressourcer.Le saint nectaire, j'en avais ramené de La Ferme de l'Oiseau au Chambon sur lac, au cours d'une escapade dans les montagnes du Sancy, il y a bien longtemps .

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Xoulec, je ne sais pas si j'aurais la patience d'attendre jusque là ! Même si comme toi j'aime bien cette période de renaissance où tout s'éveille et tout s'agite, j'ai aussi découvert des merveilles en janvier, en février parce que l'Auvergne c'est beau tout le temps. Je ne connais pas cette ferme dont tu parles, suite à une mauvaise expérience de jeunesse où nous nous sommes fait roulés par des paysans peu scrupuleux, je fais trés attention et quand je vois des tas d'ensilage et des vaches Holstein autour, je fuis ! pour moi il y a deux conditions primaires essentielles pour que le fromage soit bon : la saison et l'herbage. Après viennent les conditions d'élevage et la race de la vache. La taille de l'exploitation et sa situation sont aussi importante. Le meilleur que j'ai mangé venait d'une petite ferme aux environs du Mont Dore. Les vaches étaient des Montbéliardes et l'exploitation n'avait qu'une dizaine de vaches. C'est quasi impossible aujourd'hui de trouver ce critère là. Mais il y a encore des gens respectueux de l'environnement.

    RépondreSupprimer
  3. Tu sais quoi? Tu donnes envie de prendre un aller direct pour cette région! :-)

    RépondreSupprimer
  4. Bon, alors on va organiser un séjour merveilleux (ceci n'est pas une boutade !)et on verra pour le retour !

    RépondreSupprimer
  5. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Délia, je découvre cet article qui me fait remonter loin dans mon enfance. j'allais en colonie de vacances à "Chambon le château" je connais un peur pour y être passée au Puy du Sancy avec mon père qui allait faire des cures à Vichy C'est uh beau département pas très gai en hiver mais si belle au Printemps et en été. Que de bons souvenirs... Merci.

    RépondreSupprimer
  7. Les souvenirs de l'enfance, souvent enjolivés, restent magiques !

    RépondreSupprimer

Elle part...

Elle part. Comme on part prendre le train. Tout au bout de la route et de notre chemin Elle part vivre sa vie ma boucle de Sarrasin. El...