Au fil de l'eau


Nous somme aujourd'hui le 19ième jour du début de l'année. Il ne pleut pas (eh ! j'ai compté : 4 jours sans pluie depuis le début ! c'est énorme, non ? ) Il y a même un peu de soleil sous les nuages encore nuancés de gris. Tout à l'heure, s'il ne pleut pas, on ira se promener (la Ponette est en congés !) hier aussi, elle y était. Mais pas la pluie.
 Mercredi il faisait beau. J'ai pris  mes ustensiles trés utiles et suis partie au fil de l'eau
La rivière était ronde et faisait des ronds dans l'eau.  Moi j'ai fait quelques photos.






En marchant, j'ai rencontré un petit ruisseau. Il y a un sentier de randonnée qui le traverse, mais il était trés haut. D'habitude, il se franchit à gué. Mais là, sans botte, ce n'était pas possible ou alors faire l'équilibriste sur les arbres déracinés couchés en son travers. Mais il valait mieux ne pas tenter. Bien que kamikaze à mes heures, je n'étais pas équipée.

confluent

En y pensant, je me disais : si tu tombes là dedans, il n' y aura personne pour te repêcher. Tu en seras quitte pour un voyage sans retour jusqu'à Nantes. C'est loin Nantes ! Si j'avais su nager, j'aurais tenté l'expérience. Je me serais laissée glisser jusqu'à la Vienne,
la Vienne en bas de chez moi
J'aurais traversé Aixe St Junien et confolens comme ce chien et j'aurais suivi le courant encore un peu passant par Chauvigny,  jusqu'à Candes St Martin. Mais là au lieu de descendre, j'aurais pris le cours du fleuve et remonter le courant.
La Vienne à Aixe
La Vienne à L'ile de Chaillac près de St Junien

Confolens
Chauvigny
Arrivée à Nevers, j'aurais suivi une autre rivière,  dont Jean  Anglade dit que c'est elle le fleuve Puis j'aurais passé par Moulins, Pont Duch,  Le Bateau près des Martres de Veyres, Longues, Coudes et Montpeyroux,
l'Allier en amont du pont de Longues
le pont de Coudes

Montpeyroux

Issoire
La cascade sur l'Eau mère à Sauxillanges

pour arriver à Issoire, puis au pont de Parentignat. Là j'aurais emprunté l'Eau Mère et à Sauxillanges j'aurais remonté ma toute petite rivière, jusqu'au ruisseau des Verts

Lastroux

le ruisseau du Blondin

 
le fond du village.
et montant  par les prés de travers où court mon tout petit ruisseau  il m'aurait déposé au bout de mon voyage,  là, tout en bas du village. Je n'aurais eu, plus que quelques pas à faire.
Papa, Maman, j'arrive ! Préparez mon calepin, j'ai plein de choses à vous dire  et encore à écrire, si vous le voulez bien !

10 commentaires:

  1. Les bois du limousin, comme d'ailleurs, sont un peu tristes en cette saison!Je ne connais pas la haute-vienne, juste un peu la Corrèze où j'ai un peu de famille.
    Quant à tes photos Puy de dômesque, c'est un peu chez moi! Le pont de longue, où l'été les baigneurs abondent,le pont de Coudes(célèbre pour son huile...)là, c'est le pont SNCF.Montpeyroux, reconnaissable à son donjon. Issoire, bon vin à boire, belles filles à voir, telle était sa devise avant que "la non incitation à l'alcool" et la "non discrimination féminine" soient passées par là. Sauxillanges, où je ne connais qu'un restaurant gastronomique. Les autres photos ne me disent rien... Hormis le ruisseau du "blondin"! Un peu fan de Clint Eastwood, c'est son surnom dans ce film:Le bon, la brute, le truand. Je ne savais pas qu'il avait un ruisseau à lui, ici.:)

    RépondreSupprimer
  2. Je ne voulais pas venir ici ce soir, je voulais aller dormir mais je passe par ma messagerie pour fermer le tiroir et je vois ton message. Alors c'est un peu chez toi ce val d'Allier ? C'est aussi un peu chez moi. J'ai des origines Auvergnates depuis plein de générations. Le dicton, sur Issoire,je l'ai toujours entendu dire et je le répète souvent (enfin chaque fois que j'en ai l'occasion) Pour le vin, cela date sans doute du temps où Issoire était une région viticole, depuis on en a trouvé de meilleur. Pour les filles, ma fois, c'est comme ailleurs ! Je ne connais pas le restaurant de Saux (la table de Martin si je ne m'abuse) mais il y a aussi l'auberge du moulin de Civadoux. Montpeyroux aussi a sa table avec le restaurant de Cyril Zen, je ne connais pas non plus, que de nom. Mais on mange bien par chez nous ! Tu parles de l'huile de Coudes, mais les vallées du ruisseau de Chaméane et du ruisseau de Lastoux qui se joignent en amont de Sauxillanges et prennent le nom d'Eau mère étaient peuplées de moulins à huile. Il ne reste aujourd'hui que les ruines de certains et les souvenirs des anciens. Voir trés anciens. Le Blondin (je ne savais pas pour Clint Eastwood - lol) c'est un hameau de la commune de Condat Les Montboissiers, il n' y avait qu'une scierie dans ce hameau, mais elle était réputée et on y venait de loin. Je me souviens y être allée avec mon père. Si tu ne connais pas ces vallée, vas y dés le printemps, tu verras comme elles sont belles ! Mais j'aurais l'occasion surement de dévoiler d'autres aspects de ce coin perdu du Livradois ! Je te souhaite une bonne fin de soirée, moi je vais dormir de ce pas.

    RépondreSupprimer
  3. Quel joli coin par chez toi!
    Je ne connais pas du tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois qu'on a de la chance quand même, c'est beau la France, partout !

      Supprimer
  4. J'ai adoré cette promenade au fil de l'eau, comme c'est joli! Tu sais bien aussi accompagner les images ... Ne va pas tomber dans l'eau, qui nous raconterait, après? :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne va pas tomber dans l'eau, qui nous raconterait, après? :-)

      Euh ? Ben la ponette pardi !

      Supprimer
  5. Te laisser glisser et porter au fil de l'eau, mais quelle idée par ce froid ! :-) Jolies photos, chez moi aussi je dois sauter un petit ruisseau qui traverse un sentier balisé... en ce moment ce ne doit pas être possible ou alors il faut faire un pas de géant ! Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mais chez toi, c'est vraiment beau. Chez moi c'est classique presque banal ! et puis tu sais avec un bon pull over, j'ai pas froid ! évidemment s'il est mouillé, c'est autre chose !

      Supprimer
  6. ça donne vraiment envie de se balader par chez toi ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourtant par chez moi aujourd'hui, c'est beaucoup moins beau que par chez moi hier. Mais hier, c'est toujours chez moi, et aujourd'hui ne sera jamais vraiment chez moi, comprenne qui pourra (Henri- Pourrat ! lol !)

      Supprimer

Le ciel et la mer

Phrase à insérer :"Le silence éternel de ces espaces infinis m'effraie"   Je ne suis pas marin. Je ne suis pas capitaine...