Que de....

Que de citrouilles ! Voilà que le Patou se prend pour le prince charmant ! Remarquez bien que depuis qu'il me prend pour Cendrillon !
 La table où il grignote ses noisettes en est remplie.
 Le pécher en est investi. Il n'a pas eu de pêche mais il a des citrouilles ! si si... Une !

des grosses des vertes des mures des .... de toutes les couleurs vous dis je !

Le Patou ne sais plus où les ranger.
Alors lui vient une idée: Il va en donner au rouquin pour remplacer celles de l'an dernier qu'on lui a piqué.
Qui  ? Mais j'en sais rien, moi ! Vu que l'enquête n'a rien donné.
Pourtant des investigations il y en a eu, des supputations aussi. Du monde a été débarqué spécialement pour ça, même à Kalé il s'y sont mis, sans aucun résultat.


 Enfin on pourrait penser cette histoire classée, mais ben non, il y en a qui s'en souviennent encore, et je vais vous la raconter, telle qu'elle est parue dans les journaux de l'époque.

"L'affaire des citrouilles

- L'inspecteur Derrick veut  te parler !

-A qui ? A moi ?

-Ouais, à toi. Descends donc, il est là qui t'attend en bas.

-Mais  c'est quoi  donc qu'y m'veut ?

-Qu'est ce j'en sais, moi ? Ça doit être rapport à l'enquête.

-L'enquête, de quoi que tu m'causes ?  

-Ouais, l'enquête, t'es pas au courant ?

-Euh, non ? Qué que c'est y qui se passe ?

-Descends, je t'espiquerai. Mais qu'est ce donc fais tu ainsi perché à danser d'un pied, comme ça, à gigoter dans l'vide su ce tonneau ?

-J'étais  z entrain de refixer mon enseigne que les gus m'ont arraché l'aut' nuit. Y z étaient saouls, Raoul, tu peux pas t'figurer !  Fiolés com' des cochons, qui zétaient. Tiens, ça tanguait que t'aurais dit   Godewarsvelde quand la mer monte ! Y sont monté là haut, après avoir sifflé j'n'sais combien de pintes d'affilé. Et ça chantait. Et ça dansait. Et ça hurlait.  T'aurais vu le chantier, non d'un fieu !  La bibine coulait à flots. Y avait de la blanche, y avait de la blonde, y avait de la rousse, y avait de la  brune. De la brume aussi. Oui, oui.  De la gigolette aussi ! A volonté.  J'te dis qu' ça !
Après y sont partis cuver dans un coin. Au bout d'un moment, y sont allé régurgiter  dans le champs d'à côté. Enfin, je pense, pace que j'entendais des cris, mais de ces cris !Tu sais comme c'est quand qui zégorgent le goret ! t'aurais cru l'pocalise  !

- Le pot calyse ? Le pot calyse, mais c'est pas çui qu'on fout au cul des bagnoles ?

-Mais non , ballot ! c'est comme dans le fiml  de la télé, tu sais.
-Ah woui  ! c'est un fiml qu'a été tourné à Halloweed ! C'est ça ?
-Je sais pas, mais ce qu'y faisaient,  ça faisait un raffut là dedans !  Ça gueulait, ça criait, ça chahutait.
T'aurais entendu ça, mon vieux ! Alors ce t' enquête ? Tu m'en dis un peu plus ?

-Ben justement, y a Le Roux qui s'est plaint.

-Le Roux ? Lequel ? Le Guy ou le Gaston ?

- Ni l'un ni l'aut', Le Gaston ch'sais pas ce qui faisait, mais c'est toujours pareil, quand on a besoin d'un comme y sert, y sert pas à grand chose, le Guy , à mon avis y se pendait après les branches. mais l'aut' là, le traine zouille, y parait qu' cette nuit, pendant qu'y dormait,  ses citrouilles ont disparues !

-Ah bon ? Disparues ?  

-Oui. 5. Il en avait mis 25. Ce matin, lui en manquait 5, je te dis.

-Ah ben ! En v'là -t-i une histoire ! C'est ça que j'entendais, alors ! Ça f'sait un boucan d'enfer : de brouette qu'on rondelait. T'aurais dit le bon Dieu qui lavait ses tonneaux !   5 tu dis ? Mais 5 d'un coup ?

-Et qu'est ce que j'en sais, moi ? J' l'entendais  qui discutait avec la mère Le Noire, ce matin. Y saurait qui ça pouvait être, qui disait le Zouille, à la vieille pie. Mais, moi, j'ai pas tout compris. Y z étaient devant chez le colonel.

-Le colonel ?

-Oui, Chabert. Je crois qu'ils pensent que c'est lui qu'a fait l' coup !

-   Qu'est ce qui ferait Chabert, avec autant de citrouilles ? J'sais bien que c'est bientôt a l'eau wine, mais enfin ! Y fait jamais d'cuisine, lui. Et pis y les aime pas les citrouilles et depuis que la cendrillon l'a largué, y fait pu rien !

-Justement, ça pourrait faire un coupab' idéal, ça, réfléchis bien !    Il a plus rien à bouffer, l' frigo est vide, la Jubine qui s'barre... Enfin ce qu'j'en dis moi !

-Remarques, Cendrillon qui met les bouts. 5 citrouilles pour un carrosse. Avec le chien et le chat en guise d'attelage.  L'était pas une fée du logis non plus, la Quilliane, et pis pas finaude avec ça !. Plutôt du style à se faire la malle avec le premier zig qui passe  qu'à débroussailler  la corniche !  Ça tiendrait la route ton histoire !

-Ah, tu vois, t'arrives à la même conclusion qu'moi ! Enfin, si tu sais quéque chose, rapplique vite fait, y a le Derrick qui veut te parler, j'te rappelle !

-Ouais, je vais y aller. Mais qu'est ce  tu veux qu'j'y raconte moi à môsieur l'inspecteur ? Je vais tout de même pas m'embrouiller avec toute la commune pour des citrouilles. 5, en plus !  Si y croit que j'ai qu'ça à fout', moi ! D'ailleurs, y  veut faire quoi l'autre nig zouille de tous ces potirons ?  Lait comme il est, y va quand même pas se transformer en prince charmant comme ça, d'un coup de baguette magique. Et avant qui trouve chaussure à son pied... hein , y aura de la bière qu'aura coulé sous l' enseigne de mon net ça minet! Et pis, l'a des relations qu' y parait.

- Ouais !  L'a qu'à demander à son copain Maigret  d’enquêter.  Mais vas y quand même avant qu'la Marlot débarque,  t'y viendras m'y dire,  pace que  j' voudrais ben savoir de quoi qui r'tourne moi avant d'avoir des histoires avec la police, cré vain dieu !"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

O rage...

C'est sous un ciel changeant que j'ai pratiqué diverses activités ces derniers jours. Ravie de revenir pour quelques temps encore da...