Vénus

Petite Vénus n'a pas eu de chance dans sa vie. Arrivée dans notre foyer par une après midi d'été, elle fut un surprise de l'accueil glacé réservé par ses congénères. Elle qui venait d'être arrachée à sa mère et se taper une bonne heure de route dans une cage trop grande pour elle.
Heureusement parmi eux, il y avait Frimouse. Il la pris sous son aile protectrice et entreprit son éducation. Petite Vénus grandit et fut la déesse de la ménagerie. Vous pensez une si belle petite princesse ! Elle partit en vacances, ses premières vacances. C'était en Ardèche, en octobre. Là elle  joua à cache cache, à chat perché et à saute mouton escaladant chaises et buffet.


Elle fit amie amie avec Firette.
Lorsque nous sommes rentrés à la maison, toutes deux ont repris leurs jeux.



Mais elle grandissaient et devinrent bientôt adultes. A peu près du même age, nous les avons faites stériliser l'une et l'autre. Mais Firette devint agressive et d'un naturel jaloux, elle déclara la guerre à ses congénères. Ce fut Vénus qui en souffrit le plus. Fini complicité et jeux.

.


 Vénus resta en la compagnie de Frimouse et de Chaussette ses protecteurs




 Elle jouait dans le jardin, partageait nos repas, se convertit au tricot, à la musique, devint la confidente de sa petite maitresse, explora le jardin et les prés alentours.

Sa vie ressemblait à bien d'autres, choyée, dorlotée, elle était heureuse près de nous. Elle allait avoir 5 ans, déjà !
















Tout le monde pensait qu'elle ne quitterait cette maison  seulement pour suivre sa maitresse lorsque l'heure serait venue de prendre son envol. Nous projetions alors et nous interrogions ensemble sur la meilleure façon de lui assurer une vie sans heurs. Elle prendrait une maison, pas trop loin des champs et des prés pour qu'elle puisse gambader. Un    appartement serait une torture pour elle, habituée à la liberté. Nous la prendrions à l'occasion et elle serait heureuse de retrouver le confort de ses premières années. Quand sa maitresse devrait s'absenter, nous nous ferions une joie de la récupérer parmi les autres chats, qui seraient moins nombreux avec l'age.La plus jeune de tous, elle était promise à un bel avenir. Hélas la vie n'est pas un long chemin pour tout le monde. Certains n'ont pas les mêmes chances que d'autres. A l'aube de ses cinq ans, Vénus tomba malade. Une de ces saloperies que l'on ne guéri pas.
Voilà maintenant deux mois que soumise à une véritable torture, elle se bat et nous avec elle. Cette nuit, elle a dormi à mes pieds, attendant patiemment que vienne le jour. Au petit matin, quand je me suis levée, elle m'attendait dans l'escalier. Elle avait faim. Je lui ai donné son médicament, puis suis allée dans la cuisine. J'ai préparé le déjeuner. Je l'ai entendu crier, elle avait mal. Un mal de chien, tout comme hier, avant que nous allions chez le vétérinaire pour une série de piqures, sensées lui aider à combattre le mal. Je l'ai prise dans mes bras pour la calmer. Peu à peu, elle a retrouvé un peu de sérénité. Je l'ai reconduite au cabinet vétérinaire pour un ultime traitement. Je sais que ses jours sont comptés.  Vénus, ma beauté combien de temps encore ? C'est sûr, tu vas nous manquer. Tu nous manques déjà. J'aimerais tant t'avoir encore ce soir à mes côtés.
 







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Le ciel et la mer

Phrase à insérer :"Le silence éternel de ces espaces infinis m'effraie"   Je ne suis pas marin. Je ne suis pas capitaine...