En campagne.

Non ce n'est pas ce que vous pensez. Bien que je pourrai. Je ne ferai surement pas pire que ceux qui prétendent diriger le pays aujourd'hui. Au moins je saurai comment faire pour relancer l'économie, la vraie, celle qui profite à tous et dont le progrès engendré  n'est pas constitué de plus values boursières. Mais nous n'en sommes pas là, hélas.
Non si je suis en campagne, c'est pour me ressourcer. J'en ai bien besoin, comme chacun me direz vous. Quoique nous n'avons pas forcément les mêmes besoins. J'ai lu hier dans un quotidien qui n'entre pas chez moi, que s'il devait y avoir un deuxième et pourquoi pas un troisième etc... confinement, les français étaient prêts. Et bien pas moi !!!  et vu  ce que j'ai pu observer durant ces deux derniers mois, je ne crois pas être la seule.
Hier donc aprés avoir parcouru quelques âneries déversées par ce quotidien, je suis allée prendre l'air. Le bon air environnant.
De découvertes en surprises, je vous propose de découvrir à votre tour : une maison forte qui fit la gloire de quelques riches propriétaires terriens et pour laquelle le conseil général  se chargea de dilapider quelques deniers publics en pure perte, vu l'état actuel  des lieux.


Ce domaine tombe en délabrement. Destiné à devenir un centre d'accueil des visiteurs avec visite des locaux prestigieux et histoire de cette belle demeure, il n'en subsiste que les murs et le couvert. Les ouvertures sont en lambeaux et non en lambris comme il se pourrait.
Entouré de verdure et de végétation luxuriante si ce ne sont des ronces et des orties, on peut entre autre observer de belles orchidées sauvages et un étang réservé aux membres cotisants de l'association  pour la pêche et la chasse. mais oui, ils ont leurs privilèges eux aussi.


Sur le trajet de belles bâtisses traditionnelles agréablement restaurées voisinent avec des champs de blé allégrement sulfatés.
Sur ce domaine est morte de fatigue durant la première guerre, en 1917, une ancêtre de mes enfants. Elle en avait 3  dont un nourrisson de quelques mois à peine et un mari, là haut vers le nord quelque part dans les tranchées.

Aujourd'hui, changement de cap. Je suis revenue voir robot Cop sur son ile. Fabriqué avec des détritus pêchés dans la rivière, il symbolise la préservation de la nature.
Tombé à l'eau l'an dernier lors des inondations et crues, il a refait surface cette année et se porte comme un charme, lui qui n'en manque pas.
 J'ai pu bavarder avec le paysan qui loue les terres agricoles  et pratique l'élevage laitier. Plus de 4 ans qu'il se bat pour faire vivre une agriculture de proximité avec un vrai respect de l’environnement. Qu'il propose des produits bios de qualité dans le respect du vivant en particulier des animaux. Négara, une de ses vaches pleurait aujourd'hui. On venait de lui retirer son petit. Moi qui sait combien le coeur d'une mère peut saigner, j'ai eu mal en voyant de vraies larmes couler de ses immenses yeux où on pouvait lire le désespoir et toute la souffrance que l'homme peut infliger.
Et ne me dites surtout pas que les animaux n'ont aucune sensibilité !
Nous lui avons parlé, elle nous a écouté, fait semblant de brouter et voyant que nous ne l'aiderions pas, elle est repartie pleurer.


De plus le troupeau va être démantelé. Fini les bons laitages. Le conseil général, encore lui, abandonne le projet. pour quelles raisons ? Et bien ? C'est tout ce que nous en savons (?). Il n'y aura plus de vaches sur l'ile. Robot Cop pourra pêcher tranquille.
Au retour, j'ai vu une grande couleuvre, mais difficile à avaler.
Dommage l'ile avait repris vie depuis 5 ans !


Encore de l'argent foutu en l'air. Et vous pensez toujours qu'on ne peut pas faire autrement et mieux que tous ces technocrates aux mains blanches et désenchantés ? Desenchanteurs, surtout !

13 commentaires:

  1. Bonjour Délia
    tes photos sont magnifiques mais les propos réalistes qui les accompagnent font mal au coeur. Comme le tien a dû saigner, toi qui aimes tant les vaches....
    Qui peut penser une seule seconde que les animaux n'ont pas de sensibilité?

    PS as tu vu qu'une de tes photos (la 4e) a été publiée en très grand? je m'en suis aperçue en lisant ton article une 1ere fois dans ma messagerie

    Bonne journée à toi Délia, bisous ♥

    RépondreSupprimer
  2. Belle balade, mais les nouvelles par contre, elles, étaient tristes...
    Pour toi qui avais besoin de te ressourcer, ce n'est pas top !
    J'ai vu des vidéos de vaches sautant de joie...
    Là, j'ai ma chienne qui se blottit contre moi, terrorisée par le vrombissement de la vieille moto que remet en état Zhom...
    Bonne journée Délia
    Gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les animaux sont sensible et n'aiment pas le bruit. Ta chienne doit se demander ce qui se passe, elle doit avoir confiance en toi car elle sait que tu la protèges. Ils ne demandent pas grand chose et donnent tant !

      Supprimer
  3. Oui, j'ai essayé de la réduire mais c'est pareil alors comme ça me fatigue et que j'ai autre chose à faire, qu'elle reste comme ça. Aprés tout, elle n'est pas si mal. Te souhaite une vraie belle journée avec des gros bisous.

    RépondreSupprimer
  4. Tes photos sont belles, sur la première on ne dirait pas que le domaine se délabre. Quel dommage !
    Mais oui, les animaux sont dotés de sensibilité (plus que certains humains !) j'ai aussi vu des vaches se faire des mamours. J'ai aussi entendu des vaches pleurer et appeler leur bébé ! mais pourquoi leur enlève-t-on ? pour récupérer le lait ? et alors le petit veau il est nourri comment ? déjà sevré ?
    Bisous ma sensible Delia !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous leur menons la vie dure à nos animaux dits domestiques. Dans ce cas, le veau a été vendu pour sa viande c'est le lot de presque tous les veaux. Pas drôle tout ça, mais l'homme veut manger et le viandard est difficile !

      Supprimer
    2. Je ne mange que rarement de la viande, et sans plaisir ! Tout d'abord en pensant à la façon dont sont traités les animaux et puis gustativement je n'aime plus la viande, ou exceptionnellement.

      Supprimer
  5. Lorsque tu vis en ville et que tu as un chat, tu sais que les animaux sont sensibles et il suffit de voir ta bête se blottir contre toi lorsque tu n'as pas le moral.

    RépondreSupprimer
  6. Eponges en plus les chats. Il suffit de les observer, oui et là on est renseigné, pas besoin de faire de hautes études en comportement animal.

    RépondreSupprimer
  7. Oui, on essaie de se balader pour prendre l'air, se ressourcer, mais souvent la réalité se rappelle à nous ! Quelle tristesse pour cette vache ! Je ne peux plus m'empêcher de penser à ce que deviennent les vaches et les veaux quand j'en croise !
    Idem pour l'abandon du projet, je ne comprends pas pourquoi on n'aide pas plus ce genre d'initiatives plutôt que de dilapider l'argent à on ne sait trop quoi ! ma collègue nous a appris que suite au covid, la micro-crèche où elle faisait garder sa fille va fermer, le protocole sévère rend la structure non viable et là, pas d'aide de l'état ??? 10 enfants ne seront plus gardés !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Décidément les dégats collatéraux sont bien pires que le virus lui même au vu de tout ce qu'il nous a fallu et font, feront endurer tous les jours. Combien de nous seront largués sur les routes du malheur ?

      Supprimer
  8. Tiens pour toi
    https://cdn-s-www.ledauphine.com/images/25C9F724-A809-4E75-89A0-632F91C2847F/NW_detail/vaches-au-charmant-som-(isere)-photo-prise-par-carole-berger-1591023500.jpg

    RépondreSupprimer
  9. Merci Fabie, elle est belle cette Tarine, je l'ai conduite au pré vers ses copines.

    RépondreSupprimer

Spleen (le jeune)

 Pas bien facile d'écrire en ce moment. La vie qui vient la vie qui va. Souvent la même avec ses enchantements ou pas. Il faut bien dire...