Les trésors du père Cartier.

De « confinement » à « enchaîné » il n’y a qu’un songe.
Cette photographie du Russe Gueorgui Pinkhassov vous inspire-t-elle ?
Ce serait gentil de commencer ce qu’elle vous a inspiré par cette remarque d’Oscar Wilde :
« Discerner la beauté d’une chose est le plus grand raffinement que l’on puisse atteindre »

Et si vous le terminiez par ces deux vers d’Agrippa d’Aubigné« Mon penser est bizarre et mon âme insensée
Qui fait présente encor’ une chose passée. »
Ce serait parfait.
Entre les deux, libre à vous.

 

Discerner la beauté d'une chose est le plus grand raffinement que l'on puisse atteindre et
 je suppose que cette personne au teint si clair, ne s'est pas posé la question de savoir d'où venaient les perles de son collier, lorsqu'elle l' a acheté dans la boutique en ligne de chez Cartier.

Cartier, le bijoutier, pas l'épicier qui faisait la tournée dans le village de mon enfance avec son vieux tube bleu. Quand il arrivait, il se positionnait au beau milieu du hameau. Nous étions les plus prés du coup de klaxon et vite accouru de peur que la Popo, notre voisine ne passe avant nous. Car figurez vous qu'il y a des rivalités en tous lieux en ce bas monde. Ainsi, nous gamins, collectionnions à l'époque les images de nos vedettes préférées,  contenues dans les boites de camembert de la marque Blanc-Blanc", je ne sais pas si cette marque vous dit quelque chose. Il était donc d'une impérieuse nécessité que nous arrivâmes les premières, nous ruant sur les boites à fromage, tel un troupeau d' américains sur une cargaison de masques, en période de pandémie. Une façon à lui couper l'herbe sous le pied et  choisir avant elle, celles que nous voulions lui laisser. Sous l'oeil amusé du père Cartier et agacé de la Francine, la mère de la Popo, nous procédions méticuleusement à la sélection hebdomadaire de ce qu'aujourd'hui on nommerait le top 10 des meilleures ventes d'artistes de variété. 
 Le problème, c'est qu'aprés il fallait bien manger ces camenberts, déjà un peu trop faits même si nous préférions le Saint Nectaire et le fromage de la maison. La photo de Claude François, de Johnny ou de Sylvie ne se glissait pas toujours dans la bonne bonne boite et il me semble bien me souvenir que nous choisissions aussi le fromage pour sa qualité, crémeux, fondant à coeur, ce qui faisait l'intérêt d'arriver les premières, tant pis pour la voisine si elle devait se contenter d'un fromage plus malodorant, car chez Cartier, il n'y avait aucun risque d'échapper au fromage trop fait et heureusement il y avait ce trop de Roger pour le manger. 
Pour les images  on ne faisait pas de  quartier et la Popo dans son coin bougonnait à souhait.

 Enfin pour en revenir au collier de la reine, qu'elle a acheté chez l'autre Cartier, celui qui est fortuné, et qui possède son président, si elle savait avec quoi il est fait  ! Je suis certaine qu'il vient des  Iles. Celles du Ponant. Il y a las bas une créatrice de bijoux fantaisies, faits main, à base de crottes de lapins. Loin de moi l'idée de dire qu'ils ne valent pas un pet.
Mais je m'égare, mon penser est bizarre et mon âme insensée qui fait présente encor' une chose passée."


14 commentaires:

  1. Charmant et tu m'as fait rire à la fin de ta chouette histoire.
    Je dois dire que je n'aurais jamais songé à des fromages en regardant ce collier... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas ma faute ! je préfère les fromages aux bijoux et puis pour se nourrir, c'est mieux.

      Supprimer
  2. J'adore ton devoir, le fromage trop fait, lorsque les parents du Goût avaient une maison de campagne dans le Loiret, on avait aussi les commerçants, fallait faire attention, nous étions des parisiens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les commerçants ont tôt fait de gruger les clients qu'ils savent occasionnels. Surtout les Parisiens, dont ils prétendent qu'ils ne connaissent rien.

      Supprimer
  3. Effectivement quelle chute amusante.
    Sinon, chez nous des camemberts faits à point, ma mère défaisant systématiquement le papier pour les tâter... J'avais honte !
    Mais point d'image dedans, c'étaient de vrais camemberts normands, mes parents ayant été élevés en Seine Maritime.

    RépondreSupprimer
  4. Tu sais, je fais la même chose, je ne déplie pas le camembert, mais j'ouvre les boites et je flaire et je tâte, puisqu'on ne peut pas goûter ! Sur le marché je n'achète d'ailleurs qu'à ceux qui font gouter. Ils ne m'auront pas comme ça, les marchands de fromages !

    RépondreSupprimer
  5. Glissement progressif de la consigne particulièrement intéressant et qui donne à sourire ! Très réussi !
    Je suggère un titre à la San Antonio : « Des bijoux dans le fromage ».

    (Cartier à une boutique en ligne ?… Pouah... c'est vraiment à vous dégoûter d'être riche !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a tellement de choses pour nous dégouter d'être riche !

      Supprimer
  6. un collier en crottes de lapin, ça doit coûter cher, c'est bio et on a le parfum en plus ;-)

    RépondreSupprimer
  7. T'as raison, comme c'est bio ça coûte ! Mais je ne l'ai pas inventé, j'ai vu une émission l'autre soir sur la 5 (Échappée Belle) qui m'a donné l'idée de ce texte.

    RépondreSupprimer
  8. Un collier en crotte de lapins, bizarre ! Alors, des crottes de lapin qu'on aurait mis mariner dans une huitre pendant plusieurs années..
    Mon mari ne mange que des camemberts. Il en est d'ailleurs pénible. Du moment qu'ils soient très faits, ça lui va. Mais, ce n'est pas un puriste, il mange aussi des camemberts au lait pasteurisé. Moi, je suis St Nectaire et il est vrai que j'aime les goûter. Mon mari m'achète tous les samedis matins au petit marché du coin, des fromages de chèvres. Mais, là aussi, je suis très difficile. Je les aime pas trop durs, mais quand même fermes. En ce moment, je ne les trouve pas à mon goût...Enfin, j'aime pratiquement tous les fromages...avec un verre de vin...sans vin, pas de fromage..

    RépondreSupprimer
  9. C'est vrai que le fromage sans vin c'est pas pareil. moi aussi j'aime tous les fromages du moment qu'ils ont du gout, c'est à dire qu'ils ne sont pas une pâte insipide fait avec de la poudre de lait et une bonne quantité de sel. Je suis trés difficile sur la qualité, sinon je préfère ne pas en manger. Le meilleur pour moi c'est le saint Nectaire, bien crémeux et coulant à coeur, c'est rare d'en trouver aujourd'hui, car ils sont vendu trop jeunes fait avec du lait de vaches sélectionnées pour leur productivité (elles aussi) ou du lait d'ensilage ce qui est un comble de mauvaise pratique !

    RépondreSupprimer
  10. Quelle performance que de contourner le sujet d'un devoir et prendre des chemins de traverse ! De Cartier joailler (en ligne !) à Cartier épicier itinérant vendeur de camemberts trop faits... quel imagination il faut avoir pour tricoter un tel itinéraire

    RépondreSupprimer

Rire aux larmes

Je l’ai repérée, voire reconnue, tout de suite. Elle m’a évidemment ramené à l’époque où je ne pensais pas à des tas de choses sans intérêt....