Que s'est il passé ?

C'était l'hiver, un soir à 5 heure. Je venais de quitter mon travail et courrais à la crèche récupérer Titouan. Le soir était tombé trés vite sur les pavés mouilles qu'un vent glacial transformait en patinoire. Arrivée au coin du boulevard Montesquieu, je fus abordée par un monsieur, bien de sa personne, il me fit l'effet d'un jeune premier qui cherchait fortune. Comme celle ci ne vient pas en tournant autour du pot, il me demanda tout de suite si j'accepterais de prendre un verre.
Vous pensez bien que pressée comme je l'étais, j'avais envie de prendre un verre ! Un verre à 5 heure du soir ! Non mais, il rêve, lui ! Un cinq à sept, en hiver, avec une mère de famille allant à la crèche récupérer son bébé ! C'est inédit ! A quoi pensent les hommes !
 Je le revis plus tard, dans la semaine au bras de ma meilleure amie. il semblait avoir atteint son but. Chrystel, c'est son nom, arrivée ravie le matin au bureau. Dans la journée, elle chantonnait en faisant des jeux de mots. Laids, parfois les jeux de mots. Mais personne ne lui en voulait, elle semblait si heureuse. Le soir, elle qui n'était jamais pressée, car personne ne l'attendait, disait elle, partait la première, sans même prendre le temps d’enfiler son manteau. Vous me direz, c'était toujours tant de gagné, au départ comme à l'arrivée.
Et puis un jour, elle n'est pas venue travailler. Toute la journée, les jours d'aprés, nous avons attendu un coup de fil de sa part pour nous dire qu'elle était souffrante, ou partie voir sa mère, ou bien pour toute autre raison la tenant éloignée du bureau. Les semaines se sont écoulées sans plus de nouvelles. Ce n'est qu'au printemps que nous avons appris par la presse qu'un cadavre venait d'être repêché dans la Sèvre. Les policiers n'avaient pas tardé à identifier Chrystel, grâce à son bracelet qu'elle portait autour du pied. Personne ne su jamais ce qu'il s'était passé.

28 commentaires:

  1. Ce tableau n'inspire la joie, finir au fond de la Seibe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Finir là ou ailleurs, mais bon, elle avait le temps !

      Supprimer
  2. Ben dis donc !
    Faut se méfier des rencontres...
    Quelle histoire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il va falloir le dire à Praline, avec son Loulou, elle prend des risque qui n'en valent pas la chandelle.

      Supprimer
  3. Et le "dragueur" avait lui aussi disparu de la circulation ?
    Quelle triste histoire !

    RépondreSupprimer
  4. Bouh ça fait peur, les prédateurs sont partout ! Je ne sors jamais la nuit toute seule, dès qu'il fait nuit en fait.
    Et le type a disparu, volatilisé, comme de Ligonès !
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourtant l'histoire que tu nous as raconté... T'es sure que le Loulou est si fiable que ça ? Il a eu beaucoup de fiancées (300, c'est ça ? Sais tu ce qu'elles sont devenues, et Mimine, pourquoi est elle partie ? Et les deux autres, comment sont elles mortes ? Tu t'es renseignée au moins ?

      Supprimer
    2. Lol ! non pas renseignée, j'ai eu confiance c'est bizarre hein !
      Aujourd'hui, avec quelques années de plus, il me semble que je ne serais pas aussi téméraire :-)

      Supprimer
  5. Effroyablement possible. Quelques unes ont rencontré des tueurs en séries à qui l'on eut donné le bon dieu sans confession...

    RépondreSupprimer
  6. ah ben ça alors! le grand méchant loup existe?
    (je continuerai à me promener la nuit, les statistiques nous disent que la plupart des femmes qui sont tuées, sont la victime d'un proche, d'un très proche même ;-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Prudence, prudence, il ne faut se fier à personne. Cela dit, je dois être inconsciente moi aussi, car je ne me suis jamais souciée de tout ça et nuit ou pas, si j'ai besoin ou envie, je sors.

      Supprimer
  7. La rumeur prétend qu'elle a étranglé son amant qui n'assurait pas ce soir-là. Il est enterré dans le jardin, brûlé à la chaux. C'était en réalité une tueuse en série. Mais un jour, rongée par les remords, elle s'est jetée dans la rivière.

    RépondreSupprimer
  8. Il faut dire que l'actualité inspire ce genre d'histoires...
    Tout à fait crédible.

    RépondreSupprimer
  9. décidément ! C'est cette photo sinistre. Chez une j'ai cru reconnaître Landru (Praline), chez Le Goût c'est "meurtre à la trançonneuse" et chez toi un autre tueur en série !! Ton héroîne au eu chaud !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est pour ça que j'ai essayé d'écrire un texte plus "léger"! qu'il ne fallait pas prendre au pied de la lettre!

      http://enviededouceur.canalblog.com/archives/2019/10/14/37710341.html

      Supprimer
  10. Mon héroïne oui, elle a eu du nez, pas comme cette pauvre Chrystel qui s'est vu cristalisée !

    RépondreSupprimer
  11. Tu es sans doute la seule à savoir qu'elle avait fait cette rencontre insolite à laquelle tu as su dire non...
    Valait-il un suicide ? Au fait, est-ce un suicide ? Pourquoi pas un meurtre ? Tu devrais creuser l'affaire !

    RépondreSupprimer
  12. Bonjour Délia (je commente sans lire les comms)
    Eh bien dis donc quelle histoire! J'espère au moins que ce n'est pas une histoire vraie, ça fait froid dans le dos!
    Décidément, cette image a inspiré plutôt des faits tristes ou dramatiques! De mon côté, j'ai bien essayé de "faire rire" mais j'ai lamentablement échoué, tant pis! car il fallait prendre mon texte au 2e degré!!!!
    bravo en tout cas pour ton récit!
    (maintenant je vais lire les comms :-))
    Gros bisous!

    RépondreSupprimer
  13. Cette narratrice a eu de la chance, alors... mois que son amie!

    RépondreSupprimer

Spleen (le jeune)

 Pas bien facile d'écrire en ce moment. La vie qui vient la vie qui va. Souvent la même avec ses enchantements ou pas. Il faut bien dire...