C'est la rentrée.

Aout est fini, ça y est. Et avec lui, l'été ? En effet, ce matin temps gris et sec, un peu bas. Je ne sais si la rentrée qui s'annonce morose, sera socialement chaude ou pas. Mais d'après ce que je lis dans la revue "Tout et n'importe quoi", nous ne sommes pas au bout de nos peines. il faut vous dire aussi que celui ci est à tendance "G J" et que les événements de l'automne dernier sont dans toutes les têtes.
Il y a ceux qui appréhendent cette rentrée car elle représente un grand danger pour leur avenir. Par exemple, les retraités à qui on promet une nouvelle réforme et qu'on va mettre au régime si ce n'est pas une nouvelle fois au banc de la société. Les actifs qui vont faire les frais de cette même réforme, les chômeurs que notre président va propulser à l'autre bout de la rue, d'un coup de pied au cul bien appuyé, et qui n'ayant pas pu se constituer un bon pactole, seront privé du droit de se reposer quand devenus vieux, ils seront usés. Il y a les professeurs qui vont encore une fois, être mis au pain sec et à l'eau et devront faire des miracles pour instruire les élites de demain. Il y a les élèves eux mêmes, dont le parcours est sans doute Sup mais loin d'être simple. Il y les soignants et hospitaliers à qui on annonce sans complexes des coupes encore plus sombres dans leur budget, avec de plus en plus de malades,  de moins en moins d'effectifs et de moyens et toujours plus de souffrances à soulager qu'avec leur bonne volonté et un sens plus qu'aigu du service à rendre à l'usager. Il y a les paysans mis au pain sec et sans eau, qui faute de nourriture suffisante vont être contraints à se séparer d'une bonne partie de leurs troupeaux. Il y a les cheminots qui vont devoir affronter une nouvelle dérèglementation  mettant encore plus mal un réseau déjà bien maltraité. Il y a les commerçants qui n'auront moins  de clients, plus de taxes et des vitrines à faire réparer. Il y a les artisans,  qui croulent sous les tâches à accomplir et ne roulent pas sur l'or pour autant. Il y a les banquiers qui eux ne se plaignent jamais ni du temps qu'il fait, ni des difficultés, mais qui, ne gagnent jamais assez.

Bref, je ne suis pas pressée, pressée de rentrer vu tout le fourbi qui m'attend à la maison et là ça tombe plutôt bien, parce que j'ai du prendre le seul train qui circulait, si je ne voulais pas rentrer à pied. C'est un tortillard datant du début du siècle dernier, qui va mettre 16 heures pour faire les 100 km qui séparent  Clermont Ferrand  du  Puy en Velay, mais ici on n'est plus à ça prés, entre les pannes de secteur, les feuilles mortes qui encombrent les voies, les ronces qui poussent trop vite, les tunnels qui s'effondrent, les ponts qui n'ont plus de jambe, les locos qui sont en rade, les chauffeurs en grève (là je les comprends et même je les soutiens) ou en congés (et pas remplacés) les gares qui sont fermées et les lignes supprimées ! Du reste je crois même qu'il n'y a plus de train entre Clermont et Le Puy, c'est pour ça que j'ai du passer par Saint Etienne, Lyon et Valence pour remonter par la Corniche, Lamastre, Langeac, Brioude, plein d'autres petite villes dont je ne me souviens plus du nom, enfin bref, l'aventure, c'est l'aventure !

18 commentaires:

  1. Remarque ton train te fait faire une bien belle balade ;)
    Oui, cette rentrée risque d'être agitée pour toutes les raisons que tu annonces,pour que les uns aient toujours et encore plus d'argent, on met sur la paille tous les autres, on casse notre système social, notre système de santé, et autres...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est une façon de choisir la positive attitude, mais ... enfin je suis d'accord à 100% avec ton analyse.

      Supprimer
  2. Même pour aller chez mes soeurs, on change à Bourges, ils nous veulent sans voiture et à pied.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est ça, mais comme il déplace les centres d'intérêt général de plus en plus loin on est pas prêt d'arriver ! enfin là où ce sera encore suffisamment rentable, il y aura toujours les cars macrons.

      Supprimer
    2. Nous, sur la ligne Paris-Vichy-Clermont-Ferrand, nos trains sont directs, nous en avons plusieurs par jour, mais, bonjour les retards. On a pas voulu donner le TGV aux auvergnats...Pire même, on nous fourgue à Bercy. Fini pour nous la belle gare de Lyon..Bon, ma belle-soeur qui monte souvent à Paris aime bien la gare de Bercy...

      Supprimer
  3. Eh ben !
    Ce tableau de Hopper t'a rendue révolutionnaire ce matin !
    Mais j'aime bien tes coups de gueule.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut reconnaitre qu'il y a de quoi !

      Supprimer
    2. As tu besoin de "tableau" pour être révolutionnaire ? ;-)
      lol je ne crois pas!

      Supprimer
    3. Non ! c'est ma première nature !

      Supprimer
  4. le tableau est gris, gris foncé même ;-)

    RépondreSupprimer
  5. Parfois le gris se transforme en rouge, rouge de l'espoir naturellement !

    RépondreSupprimer
  6. Alors, d'après toi, la rentrée sera chaude ? Remarque, tous les ans on dit ça...Mais, qui a vu venir le coup des Gilets jaunes l'année dernière ! Le président d'ailleurs prend des gants maintenant pour nous taxer, même qu'il nous fait des cadeaux. Il a peur que le jaune ne redevienne encore à la mode cet automne.
    Quant aux trains qui arrivent en retard, en Auvergne, effectivement, on est servi. Même que parfois, faut 14 heures pour faire Paris-Clermont-Ferrand. Sur la ligne directe Paris-Clermont, c'est la révolte des usagers. D'ailleurs, parait qu'à cause des voies en mauvais état, les trains en 30 ans mettent beaucoup plus de temps pour aller d'un point A à un point B....Même les TGV pour qui on est aux petits oignons n'arrivent pas toujours à l'heure..Dire qu'avant, on disait qu'on avait le meilleur réseau ferroviaire d'Europe. Nous n'avons plus rien à envier aux English.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le cas pour l'ensemble du réseau et aussi pour tous les autres services publics, j'ai pris l'exemple du train parce que la jeune fille du devoir était dans le train, mais j'aurai aussi bien pu prendre l'exemple de l'hopital, des postes, de la communication ou de l'éducation.... et pour que la rentrée soit chaude ma foi, si les minorités agissantes étaient rejointes pas la majorité silencieuse, ça chaufferait sans doute plus vite.

      Supprimer
  7. J'ai traîné mes guêtres un peu partout dans le monde... et je ne changerais de lieu de vie pour aucun autre pays que la France !
    Croyez-moi... ailleurs, c'est pire !

    RépondreSupprimer
  8. Alors, j'y vois moi, une excellente raison pour défendre nos acquis et pour ne pas laisser nos services, j'allais dire de proximité mais pas que, se dégrader à tout va pour ressembler à ceux des autres pays qui nous les ont d'ailleurs envié.

    RépondreSupprimer
  9. Je rejoins le commentaire de Gwen... quand on quitte la France, on réalise à quel point on est "bien" dans notre pays !

    RépondreSupprimer
  10. raison de plus pour ne pas les imiter, non ?

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour Delia, un automne qui s'annonce agité, je le crois aussi.
    16H pour faire Clermont/Le Puy, quelle galère. Hier en voiture j'ai mis à peine 3h pour faire Royat/chez moi (presque Chambéry).
    Des bises.

    RépondreSupprimer

Rire aux larmes

Je l’ai repérée, voire reconnue, tout de suite. Elle m’a évidemment ramené à l’époque où je ne pensais pas à des tas de choses sans intérêt....