Rêverie d'un soir.

Ah qu'il fut doux de me pendre à son cou ! j'en rêvais depuis si longtemps. Aussi quand ce soir là au bal du 14 juillet il m'invita pour la danse finale, je n'en crus pas mes yeux. Mes oreilles se mirent à bourdonner au son des flonflons et les mots qu'il me susurrait me laissaient pantoise. Tantôt balancée, tantôt serrée contre   sa robuste poitrine, je ne me sentais plus voler. Son regard chatoyant posé sur mes épaules quasiment nues me donnait des frissons que je n'osais réfréner. Je me laissais alors aller à une douce et tendre rêverie, blottie, là contre lui.
Le décor de la salle de danse évoquait une ile perdue au loin  dans un vaste océan où je m'égarais en perdition au bras de mon bel amant.
Quand il m'allongea sur l'herbe, parmi les fraiches fougères, je délirais déjà. Le  majestueux frôlait l'indécence et je me laissais entrainer pour une douce nuit de folie. Cela ne dura qu'un moment, le temps du plaisir assouvi, mais pour moi ce fut la plus belle des nuits. On me dit à présent que le temps des moissons ne dure pas plus que celui d'une saison. Mais ne vous a t- on jamais appris que les plus belles d'entre elles sont celles qui se font quand le grain est mur à point et qui se terminent avant l'orage ? Aujourd'hui quand vient l'ennui auprés d'un vieux mari aigri,  je repense à cette nuit où tout me fut permis. Je revois en rêve ce corps de bel athlète, plus beau  qu'un dieu grec, et je sens battre en moi mon coeur si fort que ma poitrine se déchire à en perdre la raison. Je ferme alors les yeux et je revis ces instants où deux corps enflammés s'unissaient dans une danse ultime et criaient à la lune leur plaisir unanime.

17 commentaires:

  1. Ah! Qu'il est doux de commencer la semaine de si jolie façon: en te lisant, ma chère Délia.
    Ton texte moi aussi m'a fait rêver....
    Je te souhaite un joli lundi. Gros bisous :-)

    RépondreSupprimer
  2. Tu nous fais partir de l'été pour nous ramener au printemps.
    Belle performance et chouette histoire.
    Tu me sembles bien leste ce matin...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu vois que tu as bien fait de remplacer la maitresse, tu nous donnes l'occasion de partager nos histoires.

      Supprimer
  3. J'adore ton texte, moins le vieux mari ronchon.

    RépondreSupprimer
  4. C'est souvent comme ça la réalité est bien moins prometteuse qu'il y parrit et puis les maris ne vieillissent pas tous bien !

    RépondreSupprimer
  5. Pourquoi n'est-ce pas lui que tu as épousé ?

    RépondreSupprimer
  6. Peut être pour garder ce rêve intact et n'avoir que le bon côté des choses, vas savoir, si le coeur a ses raisons, la raison n'a pas toujours de coeur.

    RépondreSupprimer
  7. Ca sent le vécu tout ça. Je m'y reconnais aussi...Mais, toi, je suppose qu'aucune petite graine n'est venue gâcher le tableau, comme dans les films de Pagnol, la fille du puisatier par exemple. Qui n'a pas de tels souvenis !...Parfois, on se dit "quel aurait été ma vie si j'avais épousé un tel ou untel amoureux d'un soir !"..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pécaïre ! c'était une autre époque. Nous on avait la pilule.

      Supprimer
  8. Heu, ma 1ere petite graine n'est arrivée que 14 mois après le mariage. Non, je parle de tant et tant de filles "perdues"...dixit la "bien-pensance".

    RépondreSupprimer
  9. Je viens de te laisser un message
    Zut il a disparu
    Il faut que je recommence
    Je te disais donc
    Tu as ouvert le tiroir des souvenirs souvenirs
    C'est bien mieux que de nos jours ou les nanas et les mecs à filles collectionneurs et collectionneuses n'ont qu'à faire un clic pour faire des essais de partie de jambes en l'air
    Toi au-moins tu en gardes le souvenir de la chatouille de l'herbe hihi
    Je me retire sur la pointe des pieds, je te laisse à ton rêve , ...
    Bisous
    @+

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En même temps, les personnages du tableau n'ont pas l'air tout jeunes non plus ! Quant aux galipettes virtuelles, je me demande où est leur charme !

      Supprimer
  10. elle devrait essayer de le retrouver sur FB!!!! mais....va savoir s'il a mieux vieilli que le vieux mari aigri ????

    RépondreSupprimer
  11. C'est très joliment écrit. J'aime beaucoup !

    RépondreSupprimer
  12. Beau et triste à la fois, mais bravo !

    RépondreSupprimer

Spleen (le jeune)

 Pas bien facile d'écrire en ce moment. La vie qui vient la vie qui va. Souvent la même avec ses enchantements ou pas. Il faut bien dire...