Les maçons de la Creuse

Voyez ces monuments .... le Louvre et l'Odéon, Notre Dame jolie....
 Citation empruntée au site géoculturel des artistes du Limousin, dont je salue le mérite :

"Attribuée au maçon Jean Petit, dit Jan dau Boueix, cette chanson, dont il existe de nombreuses versions et qui est évoquée par Martin Nadaud dans ses Mémoires de Léonard, ancien garçon maçon, est parfois considérée comme étant l’hymne des Creusois. Très populaire parmi les Limousins exilés à Paris notamment, elle a été reprise et interprétée de nombreuses fois, notamment par Martin Cayla et Jean Ségurel, auxquels elle est parfois abusivement attribuée."

"On a fait des chansons
De toutes les manières
Sur les joyeux garçons,
Les guerriers, les bergers.
Pour ne pas répéter
Une chose ennuyeuse,
Amis, je vais chanter
Les maçons de la Creuse.
Quand revient le printemps,
Ils quittent leur chaumières,
Laissant leurs grands-parents,
Leurs enfants et leur mère.
Cachant leur désespoir,
Les filles amoureuses,
S’en vont dire « au revoir »,
Aux maçons de la Creuse.
Les voilà tous partis,
Pour faire leur campagne,
On les voit à Paris,
En Bourgogne en Champagne,
Ils vont porter ailleurs,
Leur vie aventureuse,
Ce sont des travailleurs,
Les maçons de la Creuse.
Tous les chemins de fer
Qui traversent la France,
Et tous les ports de mer,
Ont connu leur souffrance,
Les canaux et les ponts,
De la Seine à la Meuse,
Pourraient citer les noms
Des maçons de la Creuse.
Voyez le Panthéon,
Voyez les Tuileries,
Le Louvre et l’Odéon,
Notre-Dame jolie,
De tous ces monuments,
La France est orgueilleuse,
Elle en doit l’agrément,
Aux maçons de la Creuse.
Au retour de l’hiver,
Ils sont près de leurs belles,
Les souffrances d’hier,
S’oublient vite près d’elles,
Et toute une saison,
Les filles sont joyeuses,
D’avoir à la maison,
Un maçon de la Creuse.
L’auteur de la chanson,
N’est pas un grand poète,
C’est un garçon maçon,
Buvant sa chopinette,
Sans envier autrui,
Sa vie s’écoule heureuse,
Ils sont tous comme lui,
Les maçons de la Creuse."


Évidemment comme vous tous j'ai été émue par le drame culturel qui a frappé Notre Dame.
Pourtant je vais dénoter dans le paysage et  au risque de  choquer certaines âmes sensibles, je vais vous livrer le fond de ma pensée.
Si triste que soit le sort de ce chef d'oeuvre d'architecture dont on ne peut qu'admirer la beauté, cela ne   peut faire oublier la souffrance humaine qui est celle de bon nombre de nos compatriotes pour ce qui nous concerne et celle de bien d'autres parmi le monde. Sort  au quel tous les crocodiles de la planète qui s'émeuvent pour Notre dame,  la main sur le coeur, là où le portefeuille bien garni les protège, restent insensibles pour les uns,  continuent d’aggraver pour les autres.
Voir une telle avalanche de promesse de dons, car ce ne sont que des promesses, me choque profondément. Comment  une véritable débauche financière de cette nature est elle possible alors qu'on nous rabâche à longueur de journée sur tous les tons et avec tous les arguments philosophiques, économiques, culturels, j'en passe et des moins bons, que les caisses sont vides, qu'il nous faut mettre la main à la poche, accepter de payer plus pour avoir moins, qu'on ne peut pas entretenir ni l'école, ni les transports, ni la santé, ni la culture, ni le logement, ni la solidarité, ni l'aide aux plus démunis, aux sans abri, ni l'accueil aux populations immigrées, ni les crèches, ni les hôpitaux, ni les maisons de retraite, ni  tout ce dont un peuple issu d'une grande nation comme la notre a construit, ni  augmenter les salaires, ni les pensions,  ni améliorer les conditions de vie et de travail ? Comment  peut on, comme ça d'un coup et sans retenue, trouver autant de moyens financiers  en si peu de temps ?
Il faut qu'ils arrêtent 5 minutes de nous prendre pour des buses. 'Ils" : le président en tête, la banque Européenne qui met les peuples sur la paille, - souvenez vous de la Grèce qui est obligée de vendre ses iles au plus offrant pour couvrir sa dette !- les trumps et compagnie qui n'hésitent pas à financer des massacres au proche Orient et ailleurs, où ils ne se soucient pas du devenir des monuments historiques ni de leur préservation...  les grands groupes financiers qui mettent les gens sur la paille, exploitent leurs salariés de manière éhontée pour les jeter comme des kleenex  pour un meilleur profit... Je crois que la liste est longue.
Alors ma pensée va à tous les gens sincères qui pleurent un patrimoine, qui pleurent leurs souvenirs, mais elle va surtout à tous ces ouvriers, maçons de la Creuse et d'ailleurs qui ont, génération après génération   pendant des siècles mouillé de leur sueur, de leur sang et de leur larmes, les pierres brulées  de cette cathédrale, comme les pierres d'autres monuments souvent au sacrifice de leur vie pour que nous ayons ce patrimoine, que nos décideurs ne savent ni protéger, ni préserver. Seulement s'en servir à l'effet esbroufe, à l'image de qui nous subissons.

5 commentaires:

  1. Je dois être bien naïve, j'aurais souhaité qu'on divise cet argent en deux, restaurer la cathédrale même si ça dure plus longtemps et donner le reste aux plus démunis, c'est d'ailleurs pour ça que j'ai mis deux photos de la rue des Archives, c'est aussi la misère dans les quartiers riches à Paris.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heure Bleue c'est une jolie idée que tu proposes, mais cela n'irait pas car aussitôt, d'autres organismes d'aide se manifesteraient: Et nous alors? il y a les plus démunis, il y a les sans abris, il y a les malades, c'est sans fin.........

      Supprimer
  2. Cet argent ils l'ont, le donneront-ils c'est une autre question, car s'ils le donnent ils ne l'auront plus ! Depuis le temps qu'ils pleurent pour ne rien donner ! surtout aux plus démunis, ni aux autres non plus, d'ailleurs.
    J'ai bien saisi le parallèle dans ton article.

    RépondreSupprimer
  3. Recoucou vous deux,

    je n'avais pas eu le temps de commenter mais je me réjouis d'avoir imprimé ce post pour le relire tranquillement. Quelles réflexions! J'ADORE! C'est tellement sensé, ça devrait être tellement ça (ou ce qu'en propose Heure Bleue) qu'on se demande vraiment dans quel monde ils vivent.
    J'ai pensé un peu différemment que vous: j'ai pensé à ces centaines de milliers d'euros que gagnent certains candidats de jeux télévisés. On nous montre ça, et ensuite on vient nous demander à nous, les "petites gens" (j'estime en faire partie, vivant avec moins du smic)de participer à la reconstruction de Notre Dame. Ma réaction est d'ailleurs la même chaque fois qu'on nous sollicite pour quelque chose. Ceux là même qui ne donnent même pas l'aumône aux plus démunis. C'est vrai qu'avec un don on peut s'acheter une bonne conscience, alors que la misère, elle, est sans fin...
    Le sujet est sans fin, lui aussi...
    L'avenir fait peur, pour nos enfants..
    Je vous embrasse les amies

    RépondreSupprimer
  4. D'où une réflexion justifiée sur l'utilisation des ressources financières, de la réforme de la fiscalité et du rétablissement de l'ISF. Dans un premier temps. De l'argent y en a plein qui dort ça ou là. Les jeux télévisés sont bien financés par quelqu'un, en effet, la pub aussi les salaires exorbitants de quelques footeux qui ne jouent pas si bien que ça en fin de compte, alors oui, au dessus d'un certain montant de revenus même si on prenait tout, il leur en resterait encore assez pour mener grand train et faire la belle vie ! alors les crocodiles, hein !

    RépondreSupprimer

Spleen (le jeune)

 Pas bien facile d'écrire en ce moment. La vie qui vient la vie qui va. Souvent la même avec ses enchantements ou pas. Il faut bien dire...