Nostalgie...

C'était samedi. Un samedi ordinaire où tous en famille on venait de terminer de déjeuner. Après avoir regardé Petit Poney faire la vaisselle, plus que de l'avoir aidé, nous partîmes en balade profiter du soleil et de la belle journée. Des chevaux galopaient au milieu des prés. Un chat blanc et roux se frotta aux jambes de la Ponette, un chien baveux vint enlacer Petit poney qui ne sachant plus comment s'en défaire, choisit de le laisser l'embrasser. Mes belles Rousses  au poil frisé pâturaient une herbe rase et sèche où la motte affleurait.


Quand nous revînmes au logis, le Patou et son fils avaient quitté les lieux.
A peine quelques minutes  aprés notre retour, le Patou revint de chez Casto ou Brico, où mécano, ou je ne sais trop quel mot en o dont il est familier. Le grand air lui faisant défaut, il partit au jardin. La lune ayant terminé son noeud, (il ne faut pas jardiner si noeud lunaire il y a, c'est le précis du guide Clause qui le dit, alors !) il sema ses petits pois. Dans quelques mois, nous allons donc pouvoir manger autre chose que les balles de fusils que j'ai acheté chez Grand Frais et qui ne voulait pas cuire !
Mais pourquoi je vous raconte tout ça, moi ? Je voulais juste vous dire que j'étais contente d'avoir mes petits et que je fus trés triste quand ils sont partis !
Ben oui,  Poney et Ponette de leur côté et mon grand chez lui, là bas, dans mon pays.
Mais pourquoi ils me manquent tant ?
Du coup j'en ai profité pour terminer le pull de la Ponette. Je l'ai même lavé  et même qu' un orage de grêle (giboulées de mars !) s'est chargé de le rincer copieusement.
Comme d'habitude quand je mets mon linge dehors, il m'arrive des bricoles. Si ce n'est pas les voisins qui l'enfument ce sont les paysans qui le parfument et là madame est servie ! purin d'un côté, matières plastiques carbonisées de l'autre, je n'ai plus qu'à recommencer et faire sécher à l'intérieur ! le comble quand il fait beau. Donc hier, les voisins au boulot, ne restaient plus que les paysans qui avaient déjà fumé leurs prés,  j'ai tenté mes lessives, pas de bol, grosse pluie abattit grand vent. Qu'importe nous sommes tous en vie !
 Samedi c'était aussi un anniversaire. 28 ans qu'il est parti. C'était un deux mars. Je ne l'ai pas oublié. Tous les détails encrés dans ma mémoire. Les larmes. La douleur. La séparation. Le retour à la maison. Les volets fermés oubliant que  la vie continuait. Tout. J'ai tout gardé.
28 ans aujourd'hui qu'il repose dans son dernier habit.

Sous un soleil radieux, nous l'avons accompagné. Le fourgon marchant premier, ma soeur aux premières loges. Nous derrière. Arrivés au tournant des Bèzes, de gros sanglots montèrent en moi. C'est alors que je réalisai que pour lui, c'était la dernière fois. Lui qui tant de fois avait franchi ce tournant, tant de fois gravi la rude côte qui monte aux champs de la Bugette puis s’adoucit jusqu'au Lavadour pour remonter sur quelques mètres jusqu'à  la route de Lospeux. Passant par la Pinatèle où il fallait faire la trace les mois d'hiver tant la neige était épaisse. Nous avions choisi cette fois de passer par le moulin de Géry, nous n'étions pas pressé de l'emmener et voulions rester le plus longtemps possible derrière lui. Lui qui tant de fois nous avait montré le chemin. Tant de fois nous avions mis nos pas dans ceux de ses sabots ! Lui qui disait toujours avec regret et contrariété : 

"Il faut  encore que je passe le premier"

Une fois de plus, il est parti d'abord. Laissant la Francine loin derrière lui. Ils étaient du même age.  Non.  Elle avait un an de plus.
Non je n'ai rien oublié.
Hier son premier petit fils avait 40 ans. J'y ai pensé toute la journée, mais ce n'est que ce matin que je lui ai envoyé un message pour lui souhaiter.  "Bon anniversaire, mon grand". Je sais que tu ne me liras pas. Mais je pense quand même à toi.
Bisous, si quelqu'un me lit et le lui dit.

6 commentaires:

  1. Tu a l'âme triste en ce moment, il te faudrait un peu de soleil dans le cœur.

    RépondreSupprimer
  2. oui, c'est vrai, le soleil manque pourtant aprés un mois de ciel bleu, enfin c'était le plus court, il faut dire !

    RépondreSupprimer
  3. Oh, les aventures de linge sur le fil! C'est un problème à la campagne. Mais en même temps nous pouvons pendre le linge dehors.
    Et sinon, je te trouve bien morose... Il est temps que le printemps arrive et te réchauffe!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Anne, le linge qu'on peut étendre (quand il n'y a pas de parfumeurs autour) sent tellement bon et c'est tellement agréable de le toucher quand il est tout frais ramasser. C'est une chance en effet. Aujourd'hui grand vent encore, moi qui avait projeté de laver mes draps, il pleut !

      Supprimer
  4. Bonjour Délia,
    pourquoi ils te manquent tant? Ben c'est normal, ce sont des petits bouts de toi, et pas des moindres...
    Je risque de ne pas te consoler, mais je crois bien que ça m'a pris un an (deux?) avant d'accepter le départ du dernier de mes enfants.. Bien sûr, quand ils repartent ils manquent toujours mais ce n'est plus pareil, ce n'est plus douloureux comme au début... Il n'y a plus ce poids dans la poitrine, ce chagrin, on pense déjà à la fois d'après... car naturellement, tes enfants reviendront te voir, et le reste du temps ils ont leur vie à vivre, on sait tous ça, même si nous les mères, on a du mal parfois à s'y faire au début..
    Je te souhaite plein de soleil dans le coeur. Merci de partager ta nostalgie avec nous, parfois cela fait du bien de la déposer quelque part.. Pour le reste, c'est bientôt le printemps!
    Je te fais de gros bisous!

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour Ambre, c'est trés juste ce que tu dis. Hier je pensais que la Ponette serait passée avant d'aller à sa séance d'équitation pour récupérer son joli pull si fastidieusement tricoté. Mais puisque ce n'était pas hier, peut être aujourd'hui ou un autre jour...
    C'est juste un manque, un manque sidéral comme un vide. Pour le printemps, il revient, il a déjà troqué son habit gris pour des couleurs plus vives, du vert au jaune des fleurs de mimosa, de pisenlis de forsythia (je ne sais jamais l'écrire) de primevère et même de jonquille, bientôt le mauve des lilas, des campanules, des iris et depuis longtemps le bleu des pervenches et des violettes parsème les touffes d'herbes sèches. Vive le printemps et les temps nouveaux pourvu qu'ils soient beaux ! (ce dont je doute quand même un peu, surtout quand on entend le coucou de l'Elysée se répandre dans tous les nids d'à côté) ! Belle journée à toi et gros bisous.

    RépondreSupprimer

Spleen (le jeune)

 Pas bien facile d'écrire en ce moment. La vie qui vient la vie qui va. Souvent la même avec ses enchantements ou pas. Il faut bien dire...